Fucking Team

[FUCKING TEAM] : Le " Fucking " bilan de l’année ciné 2019 - Partie 3


Mieux qu'un tableau de notes, on vous donne tout simplement nos avis (parce qu'on aime bien le faire quand-même) sur ce qui a fait, pour nous, le troisième trimestre ciné de la riche année ciné 2019.

Parce que si un tableau de notes c'est bien, un vrai article regroupant tous nos avis sur les sorties du mois, c'est quand-même un poil mieux.
Du coup, chaque trimestre, nous reviendront sur toutes les sorties que nous avons pu couvrir sur le blog (en salles, en VOD, e-Cinema ou même Netflix), et nous vous donneront modestement nos avis au pluriel, histoire de mieux vous faire une idée de ce que l'on a pu penser des séances du moment.
Bref, à vos clics et on ne vous encouragera jamais assez de nous balancer vos avis à vous sur les sorties du mois, que ce soit sur Facebook, Twitter ou même en coms sur cet article.

Pour retrouver nos premières parties Fucking Bilan de l'année ciné 2019, rdv ici et ici.
Enjoy it!



Juillet 2019


Spider-Man : Far From Home de Jon Watts (sortie le 3 juillet 2019)
" Même si le Spider-Man de Tom Holland nous donne une certaine empathie pour lui, Far From Home est fade. Encore qu'il arrive à faire mieux que certains Marvel en mettant un enjeu humain, mais nous sommes encore loin de la fluidité et le danger de la mise en scène de Sam Raimi. " - Laura

" Dans la droite lignée de Homecoming, généreux et divertissant même si franchement frustrant sur certains points, Spider-Man : Far From Home est un divertissement estival léger, drôle et spectaculaire, qui fait réellement mouche lorsqu'il laisse parler le teen movie qui est en lui. " - Jonathan
" Un nouvel opus du MCU très oubliable, mais dans la forme assez divertissant, surtout dans son approche de la comédie romantique adolescente. Pour ce qui est du film de super héros, on enchaine les poncifs chiants et les incohérences assez stupides. " - Kevin

" Spider-Man: Far From Home est dans le même esprit que le premier film et reste sympathique à regarder mais il faut bien avouer qu’il peine à surprendre. " - Jules 

" Ok, Spider-Man : Far From Home est très bon. Plus sombre que son prédécesseur, il nous amène habilement sur le thème de l'héritage et sur la responsabilité d'être un héros. Enfin, Jake Gyllenhaal rend le perso de Mysterio interessant et important. " - Jason 

" Je n’avais pas adhéré à Homecoming et je lui ai préféré sa suite. Jake Gyllenhaal n’y est probablement pas étranger, j’ai adoré son personnage ! Un bon divertissement et une fin explosive. " - Claire

So Long, My Son de Wang Xiaoshuai (sortie le 3 juillet 2019)
" La politique de l'enfant unique en Chine à travers le prisme de 2 familles. Une fresque de 4 décennies à la narration entrelacée et particulièrement soignée. Un mélo transfiguré par Y. Mei et W. Jingchun et qui dépeint la résilience avec une grande dignité. " - Anaïs

" Au travers d'un scénario aussi brillant qu'il est proprement bouleversante, So Long, My Son imisce l'intime d'une double tragédie familiale au coeur de la grande histoire de la Chine, entre réalisme sociale puissant et fresque politique subtile. Une belle et grande claque. " - Jonathan

" Cette triste symphonie, parfois inutilement alambiquée finit, par son approche intimiste du sujet et sa composition simple et juste de ses personnages, par laisser au spectateur le goût doux-amer de la résilience. Un des plus beaux films de cet été. " - Manon

Yesterday de Danny Boyle (sortie le 3 juillet 2019)
" Dans notre morosité contemporaine Boyle/Curtis appliquent sur nous une pommade ou la musique se desincarne en une puissance universelle qui défie les lois de la science, de l’espace et du temps. Et si Yesterday était le meilleur biopic sur les Beatles? " - Thibaut

" Feel good movie de l’été, plutôt efficace en tant que tel, même si le film reste assez mineur dans la filmographie de Danny Boyle. Il reste une touchante déclaration d’amour aux Beatles, et surtout leur musique, puisque le film en s’affranchissant de l’existence même des créateurs permet de remettre l’œuvre au centre de l’attention plutôt que l’ego. "
- Kevin


" Dommage que Boyle ait fait de la romcom son matériau principal. Il tenait dans ses mains un joyau (son ébauche de réflexion sur la puissance de la musique, sa transmission). A l'arrivée, un feel-rien-du-tout qui souffre de la mauvaise écriture de ses personnages. " - Anaïs

" Entraînant même si sans surprise, ne bradant jamais son humour ni ses émotions, Yesterday est un pur délice de romcom fun et charmante, doublée d'une vraie épopée musicale pleine de panache.
Un beau feel good movie comme on les aime, qui vibre à l'amour sous toutes ses formes... "
- Jonathan


" Yesterday est une romcom très sympathique, puis bon quand il y a les Beatles dans les parages ça ne peut être que bon.
De plus, de part certains dialogues et certaines situation on reconnait la patte de Richard Curtis et ça fait plaisir de le retrouver. "
- Jason 


" Une sympathique comédie musicale dont j’ai aimé BO sans surprise. Je craque toujours autant pour Lily James que je trouve lumineuse dans chacun de ses rôles. Je fais partie de ceux qui ont aimé l’histoire d’amour. J’ai passé un très chouette moment. Je n’en attendais pas plus. " - Claire

Les Enfants de la mer d'Ayumu Watanabe (sortie le 10 juillet 2019)
" Une perle un brin méta qui parvient à mixer l'animation et les effets numériques sans altérer la beauté du trait et la cohérence de l'ensemble. Époustouflant sur la forme, limite expérimental avec un bouquet final vertigineux. Le trip de l'année. " - Anaïs

" Trip mystique et quasi métaphysique, Les Enfants de la Mer ne laisse pas indifférent.
Spectacle d’animation magnifique, le film nous plonge tête la première dans les profondeurs de la mer, quitte à ne plus vouloir nous laisser remonter. On n’en sort pas indemne. "
- Laura

Vita & Virginia de Chanya Button (sortie le 10 juillet 2019)
" Biopic surprenant par sa qualité et la subtilité de son montage, Chanya Button s'intéresse à deux autrices et nous montre autant leur romance que leurs œuvres. Les passages épistolaires sont d'une beauté incroyable, capte au plus près leur désir et la puissance des mots. Le script méritait plus de substance, la musique est hors de propos et le jeu de Gemma Arterton un peu poussif. Mais dans l'ensemble, le résultat est réussi. " - Laura

" Vita & Virginia ne se veut pas comme un portrait définitif ni même comme un effort théâtrale suprême, mais bien comme une envolée légère et passionnante, entre convention et bohémisme, d'une histoire d'amour infiniment intrigante, incarnée par le sublime duo Gemma Arterton/Elizabeth Debicki. " - Jonathan

Face à la Nuit de Wi-ding Ho (sortie le 17 juillet 2019)
" Face à la nuit est une déception. Une intrigue alambiquée, des personnages féminins mal écrit, un sous-texte politique facile, le film ne tient pas ses promesses. " - Laura

" Avec un nihilisme glaçant et une rigueur visuelle semblant tout droit sortie des songes filmiques d'un Wong Kar-Wai, Face à la Nuit dépeint une vision obscure mais réaliste de l'humanité. Dommmage en revanche, qu'il enterre ses bonnes intentions dans une pluie de scories à la limite du dérengeant. " - Jonathan

Le Roi Lion de Jon Favreau (sortie le 17 juillet 2019)
" Avis mitigé concernant ce live-action du film Le roi lion, car si visuellement magnifique avec une prouesse technique incroyable fourmillant de détails, cela ne matche pas avec le récit. Les séquences musicales montrent le décalage entre l'histoire et le visuel de façon encore plus flagrante, parce que ce besoin d'être réaliste ne permet aucune fantaisie. " - Laura

" Si le parti pris de l'hyper-réalisme du film en fait une prouesse technique mémorable, ce qu'on y perd en expressivité des personnages, et donc en émotion, est énorme. On s’interroge encore sur la nécessité d’un tel remake. " - Kevin

" Visuellement magnifique, je n’ai pas boudé mon plaisir devant cette séance pleine de nostalgie. Le Roi Lion étant le premier film que j’ai vu au cinéma. Sans surprise, il n’apporte rien de nouveau au dessin animé d’origine. Je préfère les chansons d’origines, trop de vocalises dans les nouvelles ! " - Claire

" Victime du parti-pris de sa proposition artistique novatrice autant que de sa propension à n'apporter strictement rien de neuf à l'oeuvre originale, Le Roi Lion réussit pourtant la prouesse d'incarner un film à part, certes moins réussi que son ainé, mais qui a le mérite d'exister. " - Jonathan

Wild Rose de Tom Harper (sortie le 17 juillet 2019)
" Bonne dose de country dans un Glascow gris et terne, Wild Rose est naïf et prenant. Jessie Buckley crève l'écran. " - Laura

" L'immense talent de Jessie Buckley (aperçue dans Chernobyl et Jersey Affair) et les partitions -excellentes- de Walters et Okonedo ne suffisent pas à faire décoller cette bluette musicale. Pas désagréable en soi mais hautement dispensable. " - Anaïs


Crawl d'Alexandre Aja (sortie le 24 juillet 2019)
" Crawl est un survival sympathique mais très oubliable. Un poil (pour être gentille) survendu. " - Laura

" Une vraie réussite. Le film s'attache à construire un huis-clos claustrophobe très efficace sur fond de drama familial, et des gens se font bouffer gratuitement en nombre suffisant pour assurer le fun de son côté série B animalière. " - Kevin

" Entre le film de crocos mordant et le huis clos haletant, Crawl est un pur B movie comme on les aime, un survival brutal et maîtrisé à l'efficacité redoutable, dont la modestie n'a d'égale que l'enthousiasme non feint qu'il procure à sa vision. Et comme Aja a retrouvé son mojo... " - Jonathan

" Crawl n’est ni plus ni moins qu’un humble film d’horreur d’été, à la mise en scène efficace et au décor contagieux, mais qui tombe parfois dans le jumpscare facile et n’apporte rien de plus au genre. Ou peut-être une certaine satisfaction pour les amoureux des chiens. " - Manon

" Typiquement le genre de films dont je raffole en été : une énorme tempête, des animaux mangeurs d’hommes… J’ai passé un excellent moment, l’héroïne est badass et n’est pas là pour faire de la figuration, le suspens et la tension sont là, les crocodiles et la tempête sont vraiment bien faits. J’ai adoré ! " - Claire

" Le meilleur du cinéma d’Alexandre Aja. Un huis clos naturel terrifiant et haletant du début à la fin, porté par une Kaya Scodelario très convaincante en nageuse devenue sauveteuse, malgré elle. Vous en aviez marre des requins ? Passez aux alligators, c’est (presque) mieux... " - Eloïse

303 d'Hans Weingartner (sortie le 24 juillet 2019)
" Un road-movie volubile et agréable qui disserte sur la question des opposés qui s'attirent sans révolutionner les codes de la romance. On se laisse envoûter par l'alchimie des 2 acteurs et la beauté des paysages au point (presque) d'oublier la BO insipide. " - Anaïs

" Petite bulle de légèreté façon road trip existentiel passionnément loquace, 303 s'inscrit dans la droite lignée du vénéré Before Sunrise et incarne une belle odyssée initiatique et thérapeutique vraiment charmante, qui laisse pleinement le temps aux émotions de naître et de mûrir " - Jonathan

Promare d'Hiroyuki Imaishi (sortie le 31 juillet 2019)
" Promare nous éclate la rétine en proposant un moment d'animation totalement fou, énergique et hautement coloré ! On ne peut pas en sortir indemne. " - Laura

" Une montagne russe de couleurs aux contours très marqués, à la limite du caricatural. Un divertissement qui assume ses archétypes et à qui on pardonne les quelques faiblesses tant il est généreux. Peut-être bien le meilleur film de super-héros de 2019. " - Anaïs

" Le meilleur bockbuster de l'étén'est ni un film live, ni une super production US, mais bien un bouillant animé énervé et jouissif. Merci Promare. " - Jonathan

" Ça parle d’intégration au sein d’une société, d’élite corrompue et de magma jaillissant des profondeurs de la Terre. C’est beaucoup trop coloré, beaucoup trop joyeux, beaucoup trop rapide. Promare est, en somme, un film-friandise aussi bouillant que rafraîchissant et à l’animation admirable. " - Manon


Midsommar d'Ari Aster (sortie le 31 juillet 2019)
" Pensant son cauchemar comme une entité dense et intelligente ménageant ses effets pour mieux marquer/troubler, Ari Aster fait de Midsommar une oeuvre magistrale, éreintante, cathartique et imprévisible, jamais écrasé par ses nombreuses références, ni même ses immenses ambitions. " - Jonathan

" Malgré des petits défauts, Midsommar est un tour de force. Rigoureux, il veut dépoussiérer le genre et c'est rafraîchissant. Il plonge dans un cauchemar profond, une émancipation violente mais cathartique. " - Laura

" Derrière une réalisation impeccable et une grande beauté visuelle se cache un film qui ne parvient pas à créer tension ou effroi. " - Laure

" Aveuglant de beauté froide et de gore pur, le nouveau film du prodige d’Hérédité prend aux tripes à travers une familiale et amoureuse dans le fin fond de la Norvège. Déroutant et indispensable. " - Léa

" Le film qu’il ne fallait pas rater cet été, un conte païen au potentiel traumatique inouï, d’une beauté plastique aussi profonde que l’horreur qu’il convoque, Midsommar n’a pas à se cacher dans l’ombre ou derrière des jumpscare pour terrifier l’audience. On n’en ressort pas indemne, et c’est ce qu’on attend d’une telle œuvre. " - Kevin

" Un récit formidable mais parfois étouffé par certaines grossièretés. " - Manon

" La lente et douloureuse agonie des personnages de Midsommar projette le film dans une sphère peu exploré du cinéma d'horreur. La maîtrise de son réalisateur, Ari Aster, permet à l'histoire de développer toute la potentialité de sa mythologie ce qui en fait une expérience unique et marquée au fer rouge. " - Baptiste

" Second film de Ari Aster et quel film, totalement réussi et à la hauteur du précédent. J’ai été glacée d’effroi du début à la fin, une tension palpable et une atmosphère étouffante malgré ces grands espaces. J’ai hâte de le revoir pour déceler les détails dissimulés ça et là. Grosse claque de l’été ! " - Claire


Août 2019


Trainé sur le Bitume de S. Craig Zahler (sortie le 3 août 2019)
" Entre le buddy movie à l'épaisseur inédite, et le polar noir nihiliste et brutal virant dans son final au western crepusculaire, Trainé sur le Bitume est un diamant noir " Mannien " à la violence outrancière - mais jamais gratuite -, une oeuvre puissante, radicale et tragique. " - Jonathan

"  La sortie VOD de l’année à ne surtout pas manquer. Le grand retour de S. Craig Zahler avec un thriller noir plongé dans la noirceur et la violence, dans un environnement oppressant brillamment filmé. " - Eloïse

 Fast & Furious : Hobbs & Shaw de David Leitch (sortie le 7 août 2019)

" Blockbuster testostéroné, généreux et cartoonesque à souhait, Hobbs & Shaw est un pur divertissement popcorn qui étire malheureusement son délire jusqu'à l'épuisement. Bigger, faster mais pas better qu'un autre Fast & Furious, le délire est solide mais ne séduit pas complètement. " - Jonathan

" Hobbs & Shaw ne se prend jamais au sérieux et c'est ce qu'il nous plaît. Malheureusement, on s'attendait à un peu plus de qualité niveau action de la part du co-réalisateur du premier John Wick et du réalisateur de Atomic Blonde. " - Laura

" Ce spin-off est sans conteste, bel est bien porteur de l'ADN de sa mère saga, pour le meilleur et pour le pire. Le film a ses moments de grâce burnée, mais reste globalement beaucoup trop bas de plafond et facilement écrit pour vraiment fonctionner. Pas aussi jouissif que promis, mais sympa. " - Kevin

Dora et la Cité perdue de James Bobin (sortie le 14 août 2019)
" Jouant autant de la nostalgie que du décalage, avec son héroïne dont la singularité est tourné en dérision, pas toujours fin dans son humour ni ses effets, Dora et la Cité Perdue n'est pas totalement le ratage redouté ni même la réussite un poil espéré. Un entre-deux pas désagréable. " - Jonathan

" Bien que la naïveté mignonne de Isabela Moner fonctionne parfaitement, Dora et la cité perdue ne sait pas ou se placer. Film pour ado, pré-ado ? Pour enfant ? Il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent. " - Laura

Le Gangster, le flic & l'assassin de Lee Won-Tae (sortie le 14 août 2019)
" Entre le polar noir, le buddy movie frénétique et l'actionner burné, incarné à la perfection par un trio de comédiens puissants et impliqués, Le Gangster, Le Flic et l'Assassin est un puissant B movie brutal, jubilatoire et généreux. Un pur film de genre qui dépote comme on les aime. " - Jonathan

" Polar jubilatoire, burné et rythmé, Le Gangster, Le Flic et l'Assassin est un bon film de série B, rafraîchissant parce qu'il montre qu'on peut montrer le monde des gangsters sans femmes sexualisées à côté. " - Laura

" Série B totalement assumée avec son lot de grosses ficelles, ses arcs narratifs hautement prévisibles et sa morale un peu débilou mais généreuse et survitaminée donc si on y va en connaissance de cause, c'est plutôt un bon moment. " - Anaïs

" Le Gangster, le Flic et l’Assassin nous offre de belles scènes de combat et propose une ambiance lourde sublimée par la pluie.
    Sa grande faiblesse reste ses personnages qui incarnent leur rôle maladroitement. Le gangster en devient alors un personnage presque attachant. " - Elisa

" Le Gangster, Le Flic et L'Assassin est un bon divertissement mais il y a mieux. Je n'ai pas été transporté, les causes peut-être à un jeu des comédiens moyens, à un montage étiré et par conséquence à une mise en scène mal rythmée. " - Jason

Once Upon a Time in... Hollywood de Quentin Tarantino (sortie le 14 août 2019)
" Lettre d'amour grandiose à la Cité des Anges tout autant qu'à toute une époque disparue, portée par un désenchantement et une mélancolie poignante sans jamais brader sa folie volubile, Once Upon a Time in... Hollywood est une errance fantasmée et tragicomique renversante, et un QT majeur. " - Jonathan

" Je suis restée hermétique au conte fantasmé du Hollywood des années 60 de Tarantino. Reste un excellent duo, une bromance entre DiCaprio et Pitt qui ont une alchimie incroyable. " - Laura

" Tarantino revient avec un film de qualité, tant la réalisation que dans le casting. Pitt et DiCaprio offrent de sublimes interprétations. " - Laure

" Onirique maxi best-of de références où Tarantino fait frétiller le cinéphile, l’œuvre finie par s’égarer dans son propre labyrinthe voulant scruter une époque qu’elle ne fait qu’effleurer, elle finit par agoniser dans un cul de sac navrament sanglant. " - Thibaut

" Madeleine de Proust indigeste (1ère partie trop longue, catalogue de références assez éreintant) doublée de choix discutables mais -et c'est un gros mais- peut-être le premier film de Tarantino qui réussit à m'émouvoir. Il y a quelque chose de très naïf dans ce conte, parfois même immature, dans cette volonté de réécrire l'histoire. Un mash-up de fiction et réalité qui souhaite donner cette force de vie et de mort au cinéma et qui réussit. " - Anaïs

" Une plongée dans le milieu du cinéma des années 60, avec ses idéaux et ses divisions. Le duo DiCaprio/Pitt est à la fois drôle et explosif - dommage que Margot Robbie ait été cantonnée à sourire et danser dans ses trop rares apparitions. " - Victoire

" Tarantino fait de la fiction un outil cathartique qu’il utilise pour réécrire l’histoire, tout en écrivant une lettre d’amour aux oubliés de l’industrie hollywoodienne. Un de ses très grands films, un très grand film tout court. " - Kevin

" Inspiré par l’idée d’un cinéma qui répare les affres du temps et rapproche les êtres, Quentin Tarantino signe son œuvre la plus touchante – qui laisse néanmoins un goût d’inachevé, comme si le sujet en béton n’était pas observé dans son ensemble. " - Manon

" Once Upon A Time In... Hollywood n'est pas le meilleur Tarantino mais reste un spectacle plaisant où s'enchaîne un nombre incalculable de guests. Toutefois, à vouloir trop en faire, Tarantino bâcle certaines des histoires racontées et minimise l'importance de "La Famille". On notera aussi l'inutilité de la présence de Margot Robbie. En revanche, mention spéciale à Brad Pitt qui est de retour au 1er plan et vole la vedette à DiCaprio. " - Jason

" J’ai trouvé le film horriblement long, il ne raconte pas grand-chose au final et je n’ai pas adhéré, malgré quelques excellents moments. Manson est au abonné absent, Sharon Tate incarnée par la sublime Margot Robbie est trop peu présente à l’écran… Je retiens toutefois les performances de Leonardo DiCaprio et Brad Pitt ainsi que la BO. " - Claire

" Probablement une des oeuvres les plus controversées du grand réalisateur. Apparemment, on déteste ou on adore… et bien moi j’adore. Un retour à la lenteur perdue des débuts de notre Quentin bien aimé, accompagné évidemment de tous ses signes distinctifs (sauf une apparition, qui viendra peut-être dans la version longue ?). Un casting cinq étoiles, qui comprend non seulement les deux mastodontes de la performance masculine américaine mais également une ribambelle de seconds rôles que l’on adore (Austin Butler et Margaret Qualley, elle est pour vous celle-là). Un pur délice à voir et revoir sans modération. " - Eloïse


Le Mystère des Pingouins d'Hiroyasu Ishida (sortie le 14 août 2019)
" Sous ses petits animaux mignons, Le Mystère des Pingouins s’adresse plutôt aux adolescents, à travers une histoire de science-fiction aux allures psychédéliques et aux enjeux qui nous dépassent rapidement. On ne sait finalement plus trop où le film, perdu entre le récit initiatique, la fable écologique et les blagues potaches, veut en venir mais on rigole bien. " - Manon

" Hiroyasu Ishida balaye avec justesse une palette d’émotion, ainsi qu'une atmosphère mystique bien dosée, et fait du réussi Le Mystère des Pingouins un beau premier jet pour le jeune studio Colorido, dont on a hâte de voir ce qu’il nous réserve pour le futur. " - Laura

Late Night de Nisha Ganatra (sortie le 21 août 2019)
" Late Night est une très bonne surprise. Le film ne dépasse peut être jamais son côté "feel good", il est bien écrit, une comédie moderne sur l'importance de l'inclusivité. Ça fait du bien. " - Laura

" Quel plaisir de comédie, le style Mindy Kaling est bien palpable avec cet humour vif qui se pare ici d'une satire qui gratte la gorge. Car sous son côté "romcom", le film scrute l'époque, son humour, son racisme, son sexisme avec panache. " - Thibaut

Scary Stories d'André Øvredal (sortie le 21 août 2019)
" Porté autant par la plume envoûtante et si reconnaissable de Guillermo Del Toro que par la mise en scène élégante d'André Øvredal, Scary Stories, certes un peu sage niveau horreur, transpire le fantastique au coeur d'un film d'épouvante efficace et à l'ancienne, au rythme prenant. " - Jonathan


" Scary Stories porte en lui le sentiment de nostalgie quand il suffisait d'une lampe torche et d'unz bonne petite histoire d'horreur pour donner des frissons d'angoisse. Dommage que le réalisateur insert autant de jumpscare, comle s'il voulait se rassurer. " - Laura

" Scary Stories est l'exemple parfait du film qui avait tout pour être un bon film d'horreur-rappelons qu'il se base sur une trilogie comptant pas moins de 85 nouvelles d'horreur- mais qui passe complètement à côté pour finir par un être un mauvais divertissement. " - Laure

" Film d’Halloween de nature, cette aventure adolescente de facture classique s’avère efficace et créative dans les moments d’horreur, sans toutefois rien révolutionner ni proposer de développement de personnage convaincant. Sympathique. " - Léa

" Vendu comme Le Film d’Horreur de l’année, le long-métrage produit par Guillermo Del Toro est très décevant voire mauvais. Les situations sont grotesques, le scénario n’a aucun sens et les comédiens jouent mal. Sans parler de la fin… Bref, oubliable. " - Jason

Wedding Nightmare de Tyler Gillett et Matt Bettinelli-Olpin (sortie le 28 août 2019)
" Wedding Nightmare est un heureux et énervé mariage de sang et de comédie sur fond de satanisme et de lutte des classes généreuse et sadique, qui n'hésite pas à monter crescendo en tension et de pousser son histoire jusqu'à ses extrêmes limites, tout comme sa badass d'héroïne. Fun. " - Jonathan

" Survival fun et surprenant, porté par une incroyable Samara Weaving, Wedding Nightmare ne va jamais plus loin que ce qu'on lui demande mais on lui pardonne facilement. " - Laura

" Wedding Nightmare est un sympathique mélange entre thriller et comédie. Le spectateur basse un agréable moment entre rebondissements et humour. " - Laure

" Une comédie horrifique totalement réussie, limite burlesque par moment. Le casting est super sympa, j’ai adoré l’héroïne incarnée par Samara Wearing et c’est toujours un bonheur de retrouver Adam Brody sur grand écran ! Le final est jouissif. " - Claire

" Extrêmement fun et décomplexé, porté par un casting très en forme et qui a l’air de s’éclater, parfois outrageusement gore : Un petit plaisir horrifique qu’il serait dommage de manquer. " - Kevin

" Wedding Nightmare n'est pas fou fou, très prévisible et se retrouve coincé entre le 1er degré bien mauvais et le 2ème degré qui ne se prend pas la tête. Malheureusement, le ton n'étant pas défini, le film se perd un peu et le plaisir est plus ou moins gâché. " - Jason

Une fille facile de Rebecca Zlotowski (sortie le 28 août 2018)
" Une Fille Facile est un peu fade. Cependant, comment ne pas être fascinée par Zahia, filmée superbement par Rebecca Zlotowski. Le film prouve qu'un regard féminin est important et que le consentement verbal pendant un acte sexuel ne gâche absolument rien, au contraire. " - Laura

" Chronique d'un été brûlant jamais vraiment séduisante ni prenante, Une Fille Facile est un récit initiatique qui n'inspire qu'un ennui poli et n'incarne jamais la fable critique sur une génération 2.0 dénué de toute morale et glorifiant la richesse matérielle. Anecdotique et tiède. " - Jonathan

" Un récit initiatique assez quelconque, bien trop creux sur la question des femmes et autrement plus intéressant lorsqu'il s'attache à représenter les frontières sociales de ses personnages. Hormis quelques dialogues, Zlotowski n'atteint malheureusement jamais la justesse d'un Rohmer. Reste le casting, la surprise n'étant pas Zahia (médiocre) mais Mina Farid. Mention spéciale pour Benoît Magimel enfin dans un rôle discret, presque brisé ici, et qui crève l'écran. " - Anaïs

" Rebecca Zlotwski signe un conte moral très cannois (dans tous les sens du terme), intéressant mais inégal. Une fille facile est bon quand il parle d’adolescence et d’icône féminine mais tape un peu à côté et manque de finesse lorsqu’il traite de l’opposition entre les classes sociales. " - Manon


La Vie scolaire de Grand Corps Malade et Mehdi Idir (sortie le 28 août 2019)
" Encore une réussite pour Grand Corps Malade, on passe par toute une palette d’émotions, du rire aux larmes, les personnages sont attachants. Le casting est parfait, mention spéciale pour Zita Hanrot et Liam Perron. Coup de cœur ! " - Claire

" Plongée énergique dans le quotidien d'un lycée de banlieue, La Vie Scolaire est un pur délice de comédie sociale drôle, honnête et humaniste, où les punchlines fusent à une vitesse folle au coeur d'une histoire touchante, faisant joliment la part belle à ses attachants personnages. " - Jonathan

Vif-Argent de Stéphane Batut (sortie le 28 août 2018)
" Vif-Argent est timide. Un monde onirique, poétique mais le film n'embrasse jamais vraiment à fond son sujet et nous laisse sur le bas côté. " - Laura

" Porté par les maladresses évidentes mais pleine de charme des 1ers essais, sans doute un poil trop long pour que son émotion impacte réellement son auditoire, Vif-Argent n'en reste pas moins touchant dans sa mélancolie et sa poésie autant que dans sa singularité totalement assumée. " - Jonathan

" Une romance onirique qui revisite avec autant de maladresse que de tendresse l'histoire d'Orphée et Eurydice. A l'exception de la fin, très réussie, un conte qui peine à donner corps à sa mythologie et pâtit d'une distribution inégale. " - Anaïs


Septembre 2019



Ça : Chapitre 2 d'Andy Muschietti (sortie le 11 septembre 2019)
" Ça : Chapitre 2 est un pétard mouillé. De bonnes idées sont englouties dans un méli-mélo de jumpscare, de psychologie ratée et d'un mauvais montage. C'est mal géré, long et ne rend pas justice au 1er. " - Laura

" Passé la magie enivrante du teen movie initiatique, Ça : Chapitre 2 s'avère être une suite complémentaire mais plus laborieuse, tirant en longueur et croulant un brin sous ses belles ambitions. Une oeuvre macabre, étrange et osé, qui gagne en spectaculaire ce qu'elle perd en émotions." - Jonathan

" Suite décevante pour le tant attendu Ça : Chapitre 2 qui ne parvient pas à créer de tension ou de sentiment de peur. Il passe à côté de l'horreur qu'on attend pour être un récit assez plat reposant sur un excellent casting mal exploité. " - Laure

" Si j’avais été déçue par la première partie, ça n’a pas été le cas pour sa suite. Je l’ai trouvé bien plus horrifique et terrifiante, Pennywise est bien plus présent. J’ai aimé les flashbacks et le casting est parfait. J’aime toujours autant le personnage de Beverly. " - Claire

" Chaotique, défiant toute logique et passant parfois trop vite sur des intrigues (en 2h50), ce Ça : Chapitre 2 parvient pourtant à garder l’esprit du premier film intact et à nous faire nous attacher encore plus à cette belle bande de losers. Une conclusion réussie. " - Léa

" Souffrant des mêmes problèmes d’écriture trop mécanique que le premier chapitre et échouant vraiment à faire peur car usant d’effet beaucoup trop grotesque, le film reste un très sympathique hybride entre une œuvre mélancolique sur le souvenir et l’oubli, et un divertissant train fantôme. Un peu trop long, néanmoins. " - Kevin

Tu Mérites un Amour d'Hafsia Hersi (sortie le 11 septembre 2019)
" Tu Mérites un Amour s’affirme après ses premières minutes balbutiantes et raisonne alors avec une sensation constante de justesse, ce qui le rend très touchant. " - Manon

" Porté par une mélancolie et une spontanéité louable, masquant les jeux approximatifs de certains acteurs/actrices, Tu Mérites un Amour est un premier film intéressant, notamment dans sa façon de dépeindre notre génération avec réalisme et sans fioriture. " - Laura

" Sympathique mais un peu maladroit dans l'enchaînement des situations, Tu Merites Un Amour vaut surtout pour l'excellent jeu de sa comédienne principale Hafsia Herzi qui est bluffante. " - Jason

 Deux moi de Cédric Klapisch (sortie le 11 septembre 2019)
" Film doux-amer, où on plonge dans l'univers parisien esseulé, Deux Moi raconte la pré-relation de deux êtres, déprimés. " - Laura

" Vrai conte moderne pétri de bons sentiments doublé d'un joli portrait sociétal sur deux âmes en peine qui ne demandent qu'à se trouver, Deux Moi, aussi drôle qu'il est poignant, fait l'apologie du beau cinéma simple et convivial, et incarne un feel good movie affûté et enchanteur. " - Jonathan

" J’ai adoré suivre Rémi et Mélanie, deux trentenaires parisiens vivants en parallèle, je me suis reconnue en chacun d’eux. J’ai été touchée par ces destins superbement mis en scène par Cédric Klapish, qui fait également de Paris un personnage à part entière. Une fois de plus, François Civil est parfait mais Ana Girardot n’est pas en reste ! Coup de cœur ! " - Claire

" De ces âmes esseulés dont le jeu de l’amour est algorithme, Klapisch sonde le spleen urbain, sa solitude, sa beauté bétonnée, les connexions inconscientes, une musique qui apaise le cœur, qui colle le sourire avant de voir la mélancolie envahir. Beauté simple. " - Thibaut

" Quand Klapisch revient à Paris, ça donne un film dont la principale héroïne est la capitale de la France. Je considère le réalisateur de L’Auberge Espagnol comme une sorte de Woody Allen qui aime sa ville et ses personnages. Bien que le film soit un peu long, on est conquis par le duo Girardot/Civil et on se laisse porter dans leurs aventures de la vie quotidienne. " - Jason

Ad Astra de James Gray (sortie le 18 septembre 2019)
" Ad Astra est un beau film, nous emmenant dans la, solitude écrasante de l'espace, comme si l'on ressentait l'appel de la Terre, la perte d'un être cher, ce besoin latent d'obtenir des réponses. Brad Pitt nous offre une prestation de toute beauté. " - Laura

" Traitant la mélancolie et le désespoir par la métaphysique dans une sorte de songe médidatif catalysant pléthore de nos peurs existentielles, Ad Astra est une odyssée homérique fixant ses propres bornes science-fictionnelles pour incarner une véritable entité unique et renversante. " - Jonathan

" Errance et odyssée spatiale dépressive, Ad Astra est une œuvre magnifique aussi bien dans l’approche de ses thématiques que visuellement, jouissant de la photographie virtuose de Hoyte Van Hoytema. Assez compliqué d’accès, mais c’est bien tout ce qu’on puisse lui reprocher. " - Kevin

" Enieme variation d’un drame familial dans l’espace, le film fourmille d’idées non exploitées pour se concentrer sur une trame convenue. Dommage. " - Léa

" Quête de l’intime où la douleur s’étouffe dans le scaphandre. Avancer. Au bout, là où les étoiles s’enduisent d’aliénations, trouver dans  l’humain désincarné la déchirure, son cri tout autant que son apaisement. Les étoiles se teintent alors d’espoir. " - Thibaut

" Comme le cinéma l’a souvent fait, par le biais de récits fictifs ou par son existence même, Ad Astra recherche à placer l’Homme dans l’espace tout en semblant se refuser la prétention de la trouver. Cet élégant aveu de l’échec, sujet même du film, se transforme en un chant mi-mélancolique, mi-épicurien. A défaut d’avoir trouvé le salut de l’humanité, on en tirera toute la beauté possible. " - Manon

" Si je lui reconnais volontiers ses qualités, je suis restée extérieure au film et je n’ai que très peu été touchée et émue. Brad Pitt est incroyable (à quand un oscar ?) et le film est si beau mais ça ne l’a pas fait pour moi. Dommage ! " - Claire

Un jour de pluie à New York de Woody Allen (sortie le 18 septembre 2019)
" Woody Allen revient à son éternel amour de New-York, et c’est surement le personnage qu’il filme le mieux. Une bouffée d’air frais comme seuls savent l’être ses films, une petite douceur qu’on aurait tort de se refuser. " - Kevin

" Un petit bonheur. Sous l’apparence d’un pur film Allenien se cache un drôle d’hybride, comme si cette jeunesse avait teint son cinéma d’un irrépressible optimisme. Rien n’est important, surtout pas la pluie qui imbibe l’œuvre d’une irrémédiable fantaisie. " - Thibaut


Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma (sortie le 18 septembre 2019)
" Une histoire d'amour interdit qui prend son temps pour démarrer, mais dans laquelle on plonge volontiers. Dans le casting réduit au strict minimum, Noémie Merlant est tout simplement lumineuse. " - Victoire
   
" Avec Portrait de la jeune fille en feu, Céline Sciamma signe un portrait délicat, passionnel d'un amour interdit, qui amène un nouveau regard sur la création et les images. Un duo d'actrice de qualité, une photo sublime, peut-on parler de chef d'œuvre ? " -
Laura

"
Portrait de la jeune fille en feu est une véritable toile de maître sur pellicule, intense, spirituelle, humble et irradiante de grandeur, sublimée par les compositions délicates d'Adèle Haenel - incroyable -, et Noémie Merlant - la révélation française de l'année -, pièces vitales d'une oeuvre profondément féministe, pertinente et flamboyante. " - Jonathan

" Délicat coup de pinceau qui sous le désir rosissant de la chair enflamme la toile. De cette brulure charnelle, il ne reste qu'un tableau au souvenir Eurydicen, émotion d'un moment qui pourtant ne parvient pas à se frayer un chemin dans mon cœur. "
Thibaut

" Pictural et splendide, cette romance incandescente se montre subtile et militante. Prenant son temps pour installer sa sensualité, on aurait même aimé qu’elle dure plus longtemps ! " -
Léa

" L’océan dans le
Portrait de la jeune fille en feu est d’une grande beauté et nous transporte avec douceur, mais n’en reste pas moins dangereux et sans pitié. Telle est l’histoire que le film nous raconte.
    Néanmoins, sa froideur prend le dessus, difficile d’en ressortir ému. " -
Elisa

" Si j’ai trouvé les débuts froids, la tension sexuelle et amoureuse monte peu à peu. Noémie Merlant et Adèle Haenel crèvent l’écran. Le film est superbe esthétiquement, les plans sont vraiment beaux, les scènes de peinture sont incroyables. Rien ne nous est épargné et certaines scènes nous touchent au plus profond en tant que Femme. Certains dialogues m’ont mise à terre et je n’ai pu retenir mes larmes à la fin. Très très beau film. " -
Claire

" Œuvre d’une sensibilité folle derrière son allure assez froide au premier abord, filmant la passion intense mais contenue avec une maestria rare. " -
Kevin

" Portrait de la jeune fille en feu est le film de l’espace d’un temps, ce même temps qui se ravage lui-même et se transforme en souvenir, dont l’image est vecteur de mémoire autant que d’amour et de tendresse. " -
Manon
Downton Abbey de Michael Engler (sortie le 25 septembre 2019)
" Downton Abbey est un film réalisé spécialement pour les fans. Quel plaisir de revenir au château, suivre chaque méandre des histoires des personnages. On ressort du cinéma le sourire aux lèvres, le cœur léger, des étoiles dans les yeux." - Laura

" Réalisé comme un épisode de série, pour les fans de la série, le film Downton Abbey n'en reste pas moins un divertissement très agréable : l'intrigue est légère, mais les personnages assument leur rôle jusqu'au bout, en particulier l'inénarrable Lady Violet et ses répliques savoureuses. " - Victoire

" Downton Abbey suscitera ou le rejet tant il est criblé de facilités et construit sur du fan service ou, si vous retirez votre casquette cinéphile (mon cas), un plaisir fou : retrouver les persos, les voir (ENFIN !) tous heureux. Sans oublier le Violet show. Dah. " - Anaïs

" Malgré toute la bonne volonté du monde (je parle de la mienne), il faut vraiment aimer très fort l’univers des Grantham pour apprécier les deux heures de mondanité. Alors bien sûr, on est ravis de retrouver tous les personnages et d’assister à leurs péripéties terribles (on empêche quand même un assassinat royal). Mais le côté « tout est bien qui finit bien » prévisible dès le générique est un peu trop mielleux à mon goût… Enfin, si vous aimez la série, allez-y ! " - Eloïse

" Peu importe s'il tombe tête la première dans le fan service passionné qui ne parlera qu'aux afficionados déjà conquis du show, Downton Abbey est un pur plaisir de cinéma dont on ressort aussi conquis que charmé. On en reprendrait bien une part assez vite. " - Jonathan

Port Authority de Danielle Lessovitz (sortie le 25 septembre 2019)
" Un récit d'apprentissage teinté d'une romance qui n'échappe pas aux écueils du genre mais a le mérite de s'affranchir de l'angle habituel (relation impossible). La caméra de Lessovitz sublime les prestations de Fionn Whitehead et Leyna Bloom. " - Anaïs

" On peut regretter un petit côté convenu, mais Port Authority porte en lui une merveilleuse mélancolie qui nous donne envie de plonger tout entier dans ce New York. La romance ne va jamais là où on l'attend. Leyna Bloom brille de mille feu. " - Laura



Rambo : Last Blood d'Adrian Grunberg (sortie le 25 septembre 2019)
" Entre les jouissives bandes Cannon et les bisseries ritales gores des 70's, plongeant tête baissée dans une complaisance grindhouse qui en laissera plus d'un sur le carreau, Rambo : Last Blood est un pur actionner old school (avec ses qualités et ses défauts), guerrier et décomplexé. " - Jonathan

" L'un des plus faibles opus en termes d'histoire, Rambo : Last Blood reste tout de même très divertissant. Un film d'exploitation hyper violent, bien fun dans lequel Stallone brille de nouveau dans le rôle de l'ex soldat US. Et la dernière partie est exagérée mais jouissive. " - Jason


Nos critiques


Sorties du mois de juillet 2019

Spider-Man: Far From Home de Jon Watts
Yesterday de Danny Boyle
So Long, My Son de Wang Xiaoshuai
Pour les soldats tombés de Peter Jackson
Petite forêt de Yim Soon-rye
Haut les filles de François Armanet
Anna de Luc Besson
Annabelle - La Maison Du Mal de Gary Dauberman
Les Enfants de la mer d'Ayumu Watanabe
Vita & Virginia de Chanya Button
Face à la nuit de Wi-ding Ho
Le Roi Lion de Jon Favreau
Le Coup du siècle de Chris Addison
Wild Rose de Tom Harper
Persona non grata de Roschdy Zem
Roads de Sebastian Schipper
Her Smell d'Alex Ross Perry
Crawl d'Alexandre Aja
Wonderland, le royaume sans pluie de Keiichi Hara
Give Me Liberty de Kirill Mikhanovsky
The Operative de Yuval Adler
Manta Ray de Phuttiphong Aroonpheng
Halte de Lav Diaz
303 de Hans Weingartner
Factory de Yuri Bykov
Comme des bêtes 2 de Chris Renaud et Jonathan Del Val
Midsommar d'Ari Aster
Promare d'Hiroyuki Imaishi
Diego Maradona d'Asif Kapadia
Les Faussaires de Manhattan de Marielle Heller



Sorties du mois d'août 2019

Fast & Furious : Hobbs & Shaw de David Leitch
Une Grande fille de Kantemir Balagov
Playmobil, Le Film de Lino DiSalvo
Never Grow Old d'Ivan Kavanagh
Once Upon a Time in... Hollywood de Quentin Tarantino
Dora et la Cité perdue de James Bobin
Le Mystère des pingouins d'Hiroyasu Ishida
Je promets d'être sage de Ronan Le Page
Le Gangster, le flic & l'assassin de Lee Won-Tae
Roubaix, une lumière d'Arnaud Desplechin
Thalasso de Guillaume Nicloux
Late Night de Nisha Ganatra
Good Boys de Gene Stupnitsky
Scary Stories d'André Øvredal
Les Baronnes d'Andrea Berloff
La Vie scolaire de Grand Corps Malade et Mehdi Idir
Une fille facile de Rebecca Zlotowski
La Chute du président de Ric Roman Waugh
Wedding Nightmare de Tyler Gillett et Matt Bettinelli-Olpin
Frankie d'Ira Sachs
Vif-Argent de Stéphane Batut




Sorties du mois de septembre 2019

Inséparables de Varante Soudjian
Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec
Fourmi de Julien Rappeneau
Viendra le feu d'Oliver Laxe
Le Mariage de Verida de Michela Occhipinti
Deux moi de Cédric Klapisch
Ça : Chapitre 2 d'Andy Muschietti
Tu mérites un amour d'Hafsia Herzi
Jeanne de Bruno Dumont
Music of my life de Gurinder Chadha
Ad Astra de James Gray
Un jour de pluie à New York de Woody Allen
Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma
Le Chardonneret de John Crowley
Rambo de Ted Kotcheff
Lucky Day de Roger Avary
Au nom de la terre d'Edouard Bergeon
Downton Abbey de Michael Engler
Rambo: Last Blood d'Adrian Grunberg
Port Authority de Danielle Lessovitz
Ne croyez surtout pas que je hurle de Frank Beauvais




Sorties VOD/Netflix/DTV/Amazon

Attaque à Mumbai d'Anthony Maras
Point Blank de Joe Lynch
Trainé sur le Bitume de S. Craig Zahler
In The Shadow of The Moon de Jim Mickle


Le " Fucking " bilan de l'année ciné 2019 - Partie 1, avec tout plein de beaux avis dedans :



https://fuckingcinephiles.blogspot.com/2019/04/fucking-team-le-fucking-bilan-de-lannee.html

et la Partie 2, avec encore tout plein d'avis tous beaux dedans :


https://fuckingcinephiles.blogspot.com/2019/07/fucking-team-le-fucking-bilan-de-lannee.html

John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.