Critiques

[CRITIQUE] : Tout simplement noir


Réalisateurs : Jean-Pascal Zadi et John Wax
Avec : Jean-Pascal Zadi, Fary, Caroline Anglade, Claudia Tagbo, Fabrice Eboué, JoeyStarr, Ramzy Bedia, Melha Bedia, Lilian Thuram, Cyril Hanouna, Vikash Dhorasoo, Kareen Guiock, Lucien Jean-Baptiste, Eric Judor, Fadily Camara, Rachid Djaïdani, Amelle Chahbi, Jonathan Cohen, Matthieu Kassovitz, Ahmed Sylla, Eriq Ebouaney, Soprano,...
Distributeur : Gaumont
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Français.
Durée : 1h30min.

Synopsis :
JP, un acteur raté de 40 ans, décide d’organiser la première grosse marche de contestation noire en France, mais ses rencontres, souvent burlesques, avec des personnalités influentes de la communauté et le soutien intéressé qu’il reçoit de Fary, le font osciller entre envie d’être sur le devant de la scène et véritable engagement militant...



Critique :


Si la comédie est un genre usé plus que de raison dans les productions hexagonales chaque année, rares sont celles à offrir une séance un tant soit peu drôle et agréable mais surtout, celles étant capables de s'inscrire pleinement dans notre époque, sans taper dans le racolage facile de l'humour potache et - souvent - répétitif.
C'est dire donc la prouesse faite par le tandem Jean-Pascal Zadi/John Wax avec leur premier passage derrière la caméra, Tout simplement noir, objet parodico-politique qui n'a aucune vocation à n'être plus qu'un bout de cinéma plein de verve, s'amusant à démonter un par un tous les clichés socio-ethniques qui gangrène notre société actuelle, non sans une certaine finesse.

Copyright 2020 GAUMONT – C8 FILMS

Catapulté au coeur du cinéma made in France, dans ce qu'il a de plus vraie et pris sur le vif avec son simili-casting sauvage habilement orchestré, le film rapporte la fausse histoire d'un comédien raté qui se lance dans le projet d’organiser une grande marche de contestation des hommes noirs de France; à une heure ou notre quotidien est justement rythmé par les questions identitaires et de mémoires nationales, avec les injustices criantes qui en découlent depuis des décennies.
Entre le comique de situation et le délire méta corrosif mais d'une intelligence dingue, Tout simplement noir prend le parti pris judicieux et salvateur de ne jamais s'imposer comme une oeuvre critique, mais bien d'incarner un objet singulier et incroyablement cynique, visant à pointer du bout de la pellicule des interrogations universelles (notamment l'existence et la nécessité du communautarisme en France), mais surtout le ratage poli et de plus en plus gênant, d'une nation incapable de s'entendre (et avant tout, de donner le temps de parole à tous pour le faire).
Fustigeant les raccourcis révoltants et absurdes, dézinguant les clichés avec un enthousiasme non feint pour mieux se servir de certains à bon escient, la péloche capture son chaos comique avec une volonté constante de faire rire, consciente que c'est par l'union chorale - et non le drame - que la réflexion s'avérera la plus efficace et propice à être partagé en masse.

Copyright 2020 GAUMONT – C8 FILMS


Documenteur/film à sketchs poussant son concept jusqu'à l'extrême (et n'ayant jamais peur ni de la répétition, ni de provoquer un quelconque malaise) au moins autant que ses intervenants, qui frémissent pas de se jouer de leurs images (mention au génial Lucien Jean-Baptiste), tous articulés autour d'un Jean-Pascal Zadi volontairement largué - et juste excellent -; Tout simplement noir ne s'embarasse de rien ni personne, et incarne une véritable petite bombe qui, malgré ses petits défauts inhérents à son concept même (que ce soit le manque de ligne directrice claire, dû en grande partie à son concept, ou le simple fait qu'il soit un premier long, donc sujet aux scories diverses), saura trouver un écho important dans notre quotidien, autant que de potentiellement embellir un été cinéma sous-Covid-19, qui en avait cruellement besoin.


Jonathan Chevrier



John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.