Critiques

[CRITIQUE] : Destination Wedding


Réalisateur : Victor Levin
Acteurs : Keanu Reeves, Winona Ryder, Scott Andrews,,...
Distributeur : Amazon Prime Video
Budget : -
Genre : Comédie, Romance.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h27min.

Synopsis :
L'histoire de deux invités à un mariage, développant malgré eux une attraction mutuelle.



Critique :

Il y quelque chose de férocement excitant à l'idée de voir le beau duo Keanu Reeves/Winona Ryder se réunir, autant par pur plaisir de les mirer s'échanger des mots face caméra que pour, nostalgiquement, se laisser emporter parce que les deux comédiens représentent dans l'imaginaire collectif : deux talents ayant marqué de leur empreinte une décennie - les 90's - qui n'aurait sans doute pas été pareil sans leur présence et les excellents films auxquels ils ont su s'attacher.
Les admirer à nouveau sur grand écran (enfin sur le petit pour le coup, merci Amazon Prime parce que ce n'était pas gagné), c'est un peu comme s'ils prolongeaient notre jeunesse, surtout qu'ils partagent cette fois bien plus de scènes que dans leurs trois sorties combinées (le chef-d'oeuvre Dracula de Coppola, A Scanner Darkly et Les Vies Privées de Pippa Lee).
Pour les amoureux de cette époque bénie aussi bien que des deux acteurs, Destination Wedding était donc un pari " presque " gagné d'avance : une romcom acide sous fond de mariage dans un coeur de vignoble Californien, où les deux ne cachent pas une seule seconde le plaisir immense qu'ils ont de pouvoir se retrouver... tout pour nous conquérir de la plus belle des manières quoi.



Et cette impression positive ne nous quittera pas une seule seconde durant sa vision, tant la péloche de Victor Levin est un petit bijou de comédie romantique qui ne l'est pas réellement non plus, corrosive et cynique à souhait, totalement vouée aux interactions de ses deux héros, catapultés dans des situations toutes plus drôles et rocambolesques qui soient; un divertissement à l'ancienne, dans tout ce qu'il a de plus simple et charmant.
Articulée autour de deux misanthropes géniaux et totalement opposés, Lindsay et Frank, dont la passion première est de critiquer tout ce qu'ils voient - même dans leurs professions -, consternés à l'idée d'aller à un mariage dans un lieu à l'extravagance tordue (ils ne veulent absolument pas être là, elle est l'ex-fiancée du marié, lui est le demi-frère du marié), et qui vont peu à peu passer outre une haine mutuelle de l'autre (et ce dès les premières secondes, dans une scène d'ouverture qui annonce la couleur, en plein aéroport) et même du monde qui les entoure, pour mieux tisser des liens qui ne les méneront pas forcément là ou on le pense - tout du moins pas aussi facilement que prévu -, Destination Wedding use et abuse des lieux communs et des clichés pour mieux les détourner avec fraicheur dans un sommet de joute verbale où tous les seconds rôles n'existent in fine que pour que Ryder et Reeves, absolument parfaits et impliqués, ne les insultent copieusement !



Une heure de plainte clandestine hilarante et jamais barbante grâce au charme évident de ses deux interprètes complices comme jamais, façon vengeance appuyée - voire même parfois vraiment méchante - sur le mariage et tout le faste souvent égoïste qu'il représente, le tout enrobé d'un score délicieux de William Ross, Destination Wedding est une oeuvre étonnante et intelligente, un gros doigt d'honneur séduisant et qui n'a jamais peur de l'embarras, sous couvert d'une romance qui n'en est pas totalement une (zéro déclaration enflammée au compteur, malgré un final joliment très ouvert), sur des personnages qui restent tout du long fidèle à eux-mêmes.
Tout le monde n'aimera pas cette proposition loufoque, ludique et cynique, mais le peut qui se laisseront charmer ne regretteront pas ce voyage piquant piloté par deux héros de notre enfance, qui n'ont pas si vieillit que cela finalement.


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.