Critiques

[CRITIQUE] : Marshall


Réalisateur : Reginald Hudlin
Acteurs : Chadwick Boseman, Josh Gad, Sterling K. Brown, Kate Hudson, Dan Stevens, James Cromwell,...
Distributeur : Sony Pictures Home Entertainment
Budget : -
Genre : Biopic, Drame.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h58min.

Synopsis :
Alors que la nation chancèle à l'aube de la seconde guerre mondiale, Marshall est envoyé dans un Connecticut conservateur afin de défendre un chauffeur noir dans un très public procès pour agression sexuelle et tentative d'assassinat. Marshall se voit associé à Samuel Friedman, un jeune avocat juif qui n'a jamais défendu un client. Ensemble, ils luttent contre une vague de peur et de préjugés, mais parviennent à découvrir la vérité dans ce procès dramatisé qui annonce le Mouvement des Droits Civiques à venir.



Critique :

On oublierait presque qu'avant de littéralement exploser dans la peau du prince - puis roi - T'Challa au sein du MCU, le talentueux Chadwick Boseman s'était fait connaître en étant l'interprète vedette de deux puissants biopics : 42, premier joueur de baseball afro-américain, Jackie Robinson, et Get on Up, biopic du Minister of New New Super Heavy Funk, James Brown; figure sulfureuse, géniale, mégalo, incontrôlable, imprévisible, électrique, parti de rien et revenu de tout, ayant tâté de la case prison et incarnant à la fois un showman sans égal.
Beaucoup plus sage, Marshall : La Vérité sur l'Affaire Spell de Reginald Hudlin, n'en est pas moins un biopic important, puisqu'il s'attache à conter une l'histoire vraie d'un avocat émérite (et premier Afro-Américain à siéger à la Cour Suprême), Thurgood Marshall, appelé à défendre dans le Connecticut des années 40, un chauffeur noir accusé de viol et de tentative d'assassinat sur une riche bourgeoise de Greenwich.



Evènement important dans la fondation du Mouvement des Droits Civiques qui allait pointer le bout de son nez deux décennies plus tard, vraie bataille ouverte contre les mensonges et les préjugés raciaux enrobée dans une douce nostalgie vaporeuse et une légèreté parfois déroutante - même si contrebalancée par une tension croissante -, Marshall, drama judiciaire/biopic ciblé sobre et assez conventionnelle, mis en boîte sans grande implication par Hudlin (fantomatique, même s'il respecte au pied de la lettre le genre et les faits) et pas aidé par une interprétation générale à la limite du cartoonesque (Kate Hudson et Josh Gad en tête), puise in fine entièrement sa force et son importance dans la passionnante quête de justice et de vérité d'un Chadwick Boseman imposant.
Imperturbable, charismatique comme jamais, énergique et doté d'un idéalisme féroce, il est le coeur et le moteur du film, et l'une des raisons majeures de sa vision.


Jonathan Chevrier



John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.