Anaïs Demoustier

[CRITIQUE] : Situation Amoureuse : C'est Compliqué


Réalisateur : Manu Payet et Rodolphe Lauga
Acteurs : Manu Payet, Emmanuelle Chriqui, Anaïs Demoustier, Phillipe Duquesne, Jean-Pierre Cayrey, Romain Levy,...
Distributeur : StudioCanal
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Français.
Durée : 1h40min.

Synopsis :
À trente ans, Ben est sur le point d'épouser Juliette. Sa petite vie tranquille et sans danger va basculer lorsqu'il retombe sur la personne qu'il a secrètement le plus envie de revoir : Vanessa, la bombe du lycée qui ne l'avait jamais regardé. Elle est de retour à Paris et ne connaît, aujourd'hui, que lui…



Critique :

Difficile de ne pas admettre que l'on aime beaucoup Manu Payet par chez nous, fer de lance attachant et discret de la comédie à la française au cinéma, ayant gouté à tous les stades possibles de l'humour, du one man show sur scène aux premiers rôles, sans oublier les passages obligés dans les peaux de sidekicks sympathique et même ceux des caméos improvisés mais délirant (cf Les Infidèles).

Un visage plutôt bankable et (très) drôle, un tantinet plus populaire et moins archi-présent sur les écrans qu'un Kad Merad ou même qu'un Frank Dubosc, bref tout pour que l'on en soit fan et encore plus, que l'on s'amuse à le suivre dans les salles obscures à chacune de ses rares sorties.

Ou la raison première pour laquelle nous attendions avec une certaine impatience non-dissimulée, son premier passage derrière la caméra, avec Situation Amoureuse : C'est Compliqué, tant sa capacité de rire - et de faire rire - de tout, peut s'assimiler à presque tous les sujets, avec une facilité déconcertante.
Pour sa première fois, épaule par son comparse de Radiostar, Rodolphe Lauga, le Manu s'essaie à un genre pas réellement mis en valeur dans l'hexagone ses dernières années, la comédie romantique...


Pas un petit pari donc, pour un film qui compte l'histoire de Ben, un trentenaire bien dans ses baskets et qui a tout pour être heureux.
Mais alors qu'il est sur le point d'épouser Juliette, son amour de jeunesse, Vanessa, une Franco-Américaine à la beauté renversante, revient sur Paris et s'incruste dans sa vie, elle qui pourtant, ne l'avait jamais regardé à l'époque du lycée...

Alors, trompera t-il sa promise pour assouvir son fantasme ou non ?

En voilà une question qui manque cruellement d'originalité - même dans le sillon de la romcom à la française - et pourtant, force est d'avouer que c'est encore une fois dans les vieux pots, que l'on sert la meilleure soupe, et si Situation Amoureuse : C'est Compliqué ne pète pas dans la soie de l'originalité, il n'en est pas moins une excellente comédie générationnelle comme on aimerait en voir plus souvent dans la production hexagonale.

Romcom existentielle sur l'un des maux inhérents à la vie de trentenaire (le temps qui défile à une vitesse folle, l'envie de se " ranger " contredit par la peur de la routine), Parisienne jusqu'au bout des ongles, joliment référencé (et pas uniquement Facebook comme le précise le titre, puisque cela cite même ouvertement tonton McTiernan et le culte Die Hard), le film est un feel-good movie assumée et enthousiasmant, rappelant constamment le très cool Radiostar ou Payet figurait déjà en rôle-titre et ou Romain Lévy - ici co-scénariste - assurait la réalisation avec brio et panache.


Foutrement réaliste et contemporain, finement écrit et clairement pourvu d'un capital sympathie au moins aussi imposant que son interprète vedette, le film vaut surtout pour sa jolie galerie de personnages irrésistibles, tous impeccablement incarnés.
De l'excellent beau-papa trop bavard (génial Phillipe Duquesne) au poto décalé (excellent Jean-Pierre Cayrey), en passant par les sublimes - et incroyablement naturelles - Emmanuelle Chriqui (on en tombe encore une fois amoureux) et Anaïs Demoustier, sans oublier un Manu Payet touchant en grand enfant obligé de murir, tous semblent prendre un sacré plaisir à tourner sous la direction de l'acteur.

Et si derrière la caméra, sa mise en scène ne crève pas forcément le plafond - tout comme un dernier quart d'heure très convenu -, on ne peut que le féliciter d'avoir amplement réussi sa mission, divertir les cinéphiles que nous sommes sur un petit peu plus d'une heure et demie, tout en leur refilant une patate du tonnerre en sortant de la salle.

Certes pas la meilleure comédie française de l'année - et encore moins le feel good movie de la saison -, ni même la plus originale, mais certainement l'une de ses plus douce et rafraichissante.

Et c'est déjà (vraiment) pas mal...



Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.