Chroniques

[FUCKING SERIES] : The Walking Dead saison 9 : Un nouveau départ salvateur


(Critique - avec spoilers - du season premiere)



Comme chaque saison, nous attendions avec une impatience férocement déclinante, l'arrivée de la nouvelle cuvée de la (jadis) vénéré The Walking Dead, dont la qualité franchement discutable depuis l'aube de la saison 5 (beaucoup diront que ça sentait déjà le cramé dès la saison 4), a grandement entaché notre amour pour le show.
Mais, même si elle boitait nettement plus qu'elle marchait droit, la saison 8, dominée par un long mais Vrai duel Rick vs Negan, relevait un chouïa le niveau et s'offrait même le luxe de signer quelques envolées émotionnelles (la mort de Carl en tête) et burnées vraiment prenantes.

Mais une fois la guerre terminée entre les Sauveurs et la Team Alexandria/Colline/Royaume, l'occasion était parfaite pour la série de faire table rase du peu reluisant passé pour mieux repartir de plus belle en opérant un retour aux sources alléchant autant qu'un balayage de printemps salvateur (renouvellement du casting et des showrunners), avec l'espoir de charmer un public de moins en moins présent devant sa télévision.


Tout un symbole donc que ce season premiere de la saison 9, sobrement intitulé The New Beginning et chapeauté en solo par la nouvelle tête pensante du show, Angela Kang, qui nous catapulte plusieurs mois après (près de deux ans) les événements du season finale de la saison 8, avec une communauté se remettant tranquillement mais surement de la guerre, et un Rick salué mais sensiblement fragilisé par sa décision de ne pas tuer Negan; car rien n'a réellement changé au sein du groupe des héros, personne ne digère réellement ce choix, et encore moins ses fidèles lieutenants Darryl et Maggie, pour qui la perte de Glenn est toujours (et logiquement) douloureuse et impardonnable.
Exit l'union, c'est une révolte bouillonnante au sein même de la famille TWD qui menace d'éclater (avec des nouvelles alliances et amitié à la clé), un affrontement presque inévitable et dont le potentiel émotionnel surclasse sans trembler tout ce que le show a pu proposer jusqu'à ce jour.
Une intrigue infiniment excitante, à laquelle ce season premiere ajoute une atmosphère profondément viscérale et tendue, un " retour " précaire à une nature primaire dangereuse et à la violence implacable (les zombies font un comeback attendu), qui fait sensiblement écho aux trois premières saisons - les meilleures -, ou la sécurité ne se retrouvait nulle part, pas même au sein de son propre groupe (coucou Shane).


L'heure est à la reconstruction, aussi dure et sauvage qu'elle annonce être, mais surtout au regard tourné vers le futur.
Replaçant gentiment mais surement ses pièces sur l'échiquier en remettant sur le devant de la scène les héros originaux - Maggie en tête, imposante comme aux grandes heures du personnage -, épousant pleinement l'aspect survival du show perdu depuis un bon moment (et bien plus présent dans sa petite soeur Fear The Walking Dead), rythmé au couteau (on ne s'ennuie jamais, et encore moins avec cette excursion risquée à Washington pour récupérer du matériel agricole) et à dimension humaine, cet opener, riche en moment d'action solide et en rebondissements étonnants (finally Gregory...), laisse présager du très, très bon pour la suite de cette neuvième saison.
Et il était temps, vraiment...


Jonathan Chevrier

John Chevrier

1 commentaires:

  1. Superbe analyse! Honnête, concis et plein d'humour, ce franc parler est rafraîchissant ! Merci pour cette critique

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.