1 Cinéphile : 1 Film Culte

[1 CINÉPHILE = 1 FILM CULTE] : Toy Story 3


#40. Toy Story 3 de Lee Unkrich (2010).

"
Chères lectrices et chers lecteurs, aujourd’hui je vais vous parler d’un film qui m’ait aussi très cher à mes yeux, il s’agit de Toy Story. Et comme l’indique l’image, du troisième volet. Alors pourquoi le trois et pas les autres ? Et bien tout simplement parce que, comme une grande partie d’entre nous avons grandi avec la trilogie Toy Story. Une très grande partie de mon enfance et ce troisième opus sorti en 2010 clos avec perfection le chapitre de mon enfance. Parce que comme Andy, je jouais avec mes jouets tous les jours étant plus jeune et parce que comme Andy, je me créais des histoires avec eux et j’y accordais une grande importance. Je passais mes journées entières à jouer et créer des intrigues de toutes sortes et dans ma tête, mes jouets prenaient vie, comme Woody, Buzz, Jessie et compagnie.
Toy Story fait partie de ces films qui ont révolutionné le cinéma de genre esthétiquement parlant. C’est le premier long métrage entièrement réalisé en image de synthèse et depuis cette tout nouvelle technologie en son temps, Toy Story a conçu une nouvelle manière de créer et d’imaginer l’animation. L’esthétique, c’est ce qui fait sa force à cette trilogie, mais pas que puisque l’histoire est une force également fondamentalement cruciale. La création du film consiste en partie à rendre ces jouets plus vivants que possible. Après avoir vu chaque film, je me demandais même parfois si mes jouets aussi l’étaient et menaient leur vie bien tranquillement pendant que je dormais sur mes deux oreilles et depuis je ne les regardais plus de la même manière (true story). Il faut dire qu’on l’a un peu tous rêver pendant notre enfance. 



Toy Story 3 touche à quelque chose de très profond et dispose d’une rare puissance émotionnelle. Une ode à l’enfance et du passage à l’âge adulte. Parfois drôle, mais aussi très émouvant, le film met ainsi en scène le cauchemar ultime des jouets, être oublié ou remplacé par son propriétaire. La psychologie des personnages est une grande force de l’histoire qui puise en eux pour faire de ce film, un film débordant d’émotion, de passion, mais aussi bien sûr d’une grande nostalgie. J’ai versé des larmes à la toute fin avec la scène finale, mais aussi parce que Toy Story 3 nous fait comprendre que le monde de l’enfance est bel et bien terminé pour ceux comme moi qui ont grandi avec ces films et qu’en l’espace de ces 1h40, nous retrouvons notre âme d’enfant pour notre plus grand bonheur. Avec le temps, je deviens nostalgique et me rends compte à quel point la magie de ces années me manque cruellement.
J’ai grandi avec cette trilogie. Ces trois films sont cultes pour moi, mais le troisième opus clos en beauté ce chapitre de ma vie. Et parce que comme Andy (non je ne suis pas parti à l’université), j’ai abandonné mes jouets après avoir ouvert mon coffre à jouets une toute dernière fois en leur faisant un dernier adieu avec une dernière histoire et ce après avoir vu Toy Story 3 au cinéma. Voilà pourquoi ce film est culte à mes yeux. "



David Pereira

Passsionné de littérature et du septième art. Le cinéma je suis tombé dedans quand j'étais petit grâce à un cinéaste nommé Alfonso Cuaron et J.K. Rowling me donna le goût de la lecture. J’idolâtre Daniel Radcliffe, Andrew Garfield, Emma Watson et Emma Stone. Mes autres passions : The Walking Dead et Spider-Man.




Unknown

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.