Critiques

[CRITIQUE] : Le goût du vin


Réalisateur : Prentice Penny
Acteurs : Mamoudou Athie, Courtney B. Vance, Niecy Nash, Sasha Compere, ...
Distributeur : Netflix France
Budget : -
Genre : Drame
Nationalité : Américain
Durée : 1h44min

Synopsis :
Un jeune homme poursuit son rêve de devenir maître sommelier contre l'avis de son père qui souhaite le voir reprendre le restaurant familial de barbecue.



Critique :


Le réalisateur, scénariste et producteur américain Prentice Penny, plus connu pour être le co-producteur de la série Scrubs créée par Bill Lawrence voit son premier long-métrage sortir sur la plateforme Netflix le 27 mars. Le goût du vin (Uncorked en anglais) suit un jeune homme essayer de réaliser son rêve, devenir maître sommelier.


Copyright Nina Robinson/Netflix

Si le synopsis n’avait pas de quoi nous surprendre, le propos lui, détenait une vraie nouveauté. Elijah, un jeune homme se cherche. Son père voudrait bien qu’il reprenne le restaurant familial basé sur Memphis, un restaurant spécialisé dans les travers de porc. La cuisson au feux de bois, la provenance de la viande, le service, tout ceci demande une forte présence et beaucoup de travail. Mais Elijah ne veut pas de cet héritage, il veut tracer sa propre voie. Et la sienne contient du tanin, plusieurs couleurs et se déguste : il voudrait devenir sommelier. Il travail dans un magasin de vin local à ses heures perdues. Cela ne lui suffit pas, évidemment. Il souhaite intégrer une école prestigieuse, pour apprendre à distinguer les vins à l'aveugle et pouvoir exercer ce métier dans les meilleurs restaurants. Son père ne l’entend pas de cette oreille et n’hésite pas à lui faire savoir.
Le goût du vin avait tout pour se démarquer, car Prentice Penny place sa caméra dans une famille afro-américaine de Memphis. Un choix original. Quand on parle de vin, nous avons toujours droit au cinéma à des paysages français la plupart du temps, et un monde privilégié, presque exclusivement blanc. Comment Elijah peut accéder à cet univers alors qu’il vient d’un milieu social où le vin n’existe pas ? Ce parti-pris avait de quoi allécher. Le réalisateur allait-il en profiter pour intégrer une critique acerbe de ce monde, tout en montrant son personnage se débattant avec les stéréotypes de son milieu et le racisme ambiant ? Il n’en est rien. 

Copyright Nina Robinson/Netflix


C’est ici que le bas blesse. Le film est peu exigeant, voir pas du tout. Le goût du vin ne déploie jamais son propos inédit, pour se réfugier dans une trame narrative lourde et déjà vue mille fois. La confrontation entre génération, la recherche de vocation et la perte de confiance en soi. Le film ne fait que mettre en parallèle les deux mondes qui se confrontent chez le personnage, l’héritage familial et le vin, comme le montre le début du film, un montage parallèle entre la préparation de travers de porc et d’un chablis fabriqué dans un domaine en France. Et il n’ira pas plus loin que cela.
Il est dommage que le métrage ne prenne pas plus de risque, surtout venant de la part de Prentice Penny, qui a notamment produit la série Insecure de Issa Rae et la maintenant célèbre Brooklyn Nine-Nine. Le goût du vin n’a pas la carrure, ni le bon cépage pour mériter nos palais, même si nous nous ennuyons pendant le confinement.


Laura Enjolvy 



Laura Enjolvy

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.