Armando Ianucci

[CRITIQUE] : La Mort de Staline



Réalisateur : Armando Iannucci
Acteurs : Steve Buscemi, Simon Russell Beale, Jeffrey Tambor, Paddy Considine, Rupert Friend, Jason Isaacs, Olga Kurylenko, Michael Palin, Andrea Riseborough
Budget : -
Distribution : Gaumont Distribution
Genre : Historique, Comédie dramatique
Nationalité : Américain, Français, Britannique
Durée : 1h48

Synopsis :
Dans la nuit du 2 mars 1953, un homme se meurt, anéanti par une terrible attaque. Cet homme, dictateur, tyran, tortionnaire, c'est Joseph Staline. Et si chaque membre de sa garde rapprochée - comme Beria, Khrouchtchev ou encore Malenkov - la joue fine, le poste suprême de Secrétaire Général de l'URSS est à portée de main. (Inspiré de faits réels...)




Critique :


La mort de Staline est une adaptation d'un roman graphique du même nom, de Fabien Nury et Thierry Robin. Et quelle bonne idée de la part des producteurs de faire appel à Armando Iannucci. Car le réalisateur n'en ai pas à son premier coup d'essai pour disséquer les rouages de la politique, tout en humour et sarcasme. Ce dernier est entrainé grâce à ses deux séries The Thick of It (série britannique aux tons politiques) et Veep (satire politique américaine). 

 
« Inspiré de faits réels ». Cette dernière phrase du synopsis est ce qui fait tout le charme du film. Car La Mort de Staline tient son charme par son mélange d'humour et d'horreur. Cet homme moustachu qui meurt baigné dans sa pisse a fait régner la terreur en Russie (l'Union Soviétique à l 'époque). Pendant son agonie, le combat entre ses bras droits pour obtenir sa place fait rage, tout en faisant semblant de pleurer sa mort. Que la police politique a du ratisser tout Moscou pour trouver des médecins car tous les bons docteurs ont été envoyés au goulag (car accusés de vouloir empoissonner Staline... oui tous). Tout est véridique.
C'est cette tension, qui vient de l'effroi des situations, qui donne aux scènes cet aspect faux et qui donc fait rire aux larmes le spectateur.  



Cela le déroute, il ne sait pas s'il doit se laisser aller à rigoler franchement ou s'il doit frisonner devant ces hommes politiques.
Le côté film choral fonctionne aussi parfaitement, donnant l'occasion à Armando Iannucci de passer d'un excellent acteur à un autre excellent acteur, débitant les dialogues savoureux, brûlants de sarcasme. La direction d'acteur est maitrisée de bout en bout, jonglant avec succès entre les situations comiques et les autres situations plus violentes.
Le film ne sera pas projeté en Russie malheureusement. Alors que, comme le dit si bien le réalisateur, le film ne se moque jamais du peuple russe, mais du pouvoir mis en place à l'époque et des hommes politiques.



La Mort de Staline nous propose une vraie satire de la tyrannie de l'Union Soviétique, drôle, cynique. Un vrai bon morceau de comédie britannique. 

Laura Enjolvy


 

Laura Enjolvy

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.