Critiques

[CRITIQUE] : Hors Contrôle


Réalisateur : Jake Szymanski
Acteurs : Zac Efron, Adam DeVine, Aubrey Plaza, Anna Kendrick,...
Distributeur : Twentieth Century Fox France
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h39min.

Synopsis :
Dave et Mike, frères et rois de la fête, sont mis sous pression par leur entourage qui leur réclame de se ranger. Grâce à une annonce en ligne, ils trouvent deux femmes parfaites pour les accompagner au mariage de leur sœur à Hawaï, mais les deux garçons se retrouvent complètement dépassés par ce duo qui s’avère en réalité encore plus incontrôlable qu’eux.



Critique :



Avec ses allures de beau gosse façon young Tom Cruise, Zac Efron a beaucoup trop vite été cantonné au rôle d'idole des teenagers par une firme aux grandes oreilles (Disney quoi) ne voyant en lui qu'une pompe à frics pouvant chanter et danser sur commande dans des productions formatées et impersonnels - High School Musical.

Fort heureusement, le Zac à l'instar de Ryan Gosling en son temps, a su très vite démontrer une fois le cordon ombilicale coupé, qu'il en avait sacrément dans le ventre et dans les abdos pour ne pas être qu'un simple It-Boy aux tablettes de chocolat méchamment dessinées.


Entre quelques apparitions dans des productions plus ou moins recommandables et des passages répétés en cures de désintox, il choppe les premiers rôles du Me and Orson Wells de Richard Linklater, de The Lucky One signé Scott Hicks ou encore du Secret de Charlie de Burr Steers.
Mais ce sera finalement en second couteau de luxe que le bonhomme dévoilera toute l'étendue de sa palette d'acteurs, aussi bien chez Peter Landesman (le mésestimé Parkland) que chez Lee Daniels (le glauque Paperboy).

Désormais capable de porter des péloches sur son simple nom grâce au carton de Nos Pires Voisins et sa suite - bien plus réussite - mais surtout son statut de nouveau fer de lance de la comédie US, le bonhomme nous revient pile poil un an après le sympathique mais insignifiant We Are Your Friends, avec le potentiellement délirant Hors Contrôle (ex-Incouchables), dans lequel il retrouve la délurée Aubrey Plaza quelques mois à peine après le tout aussi barré Dirty Papy.

S'inspirant plus ou moins d'une histoire vraie, celle des frangins Strangler qui, en 2013, avait fait le buzz sur la toile - ils sont même passés à la télévision américaine - avec leur annonce sur Craiglist, visant à trouver deux cavalières bien sous tous rapport pour les accompagner au mariage de leur cousine; suit comment Mike et Dave, habitués de mettre le feu aux soirées familiales - dans tous les sens du terme - vont se faire gentiment duper par deux jeunes filles, Tatiana et Alice, bien plus incontrôlables qu'eux...


Potacherie totalement assumée et prévisible (le film s'apparente à un ensemble de sketchs, heureusement réussis pour la plupart, à la morale finale risible) se basant lourdement sur un duel des sexes entre deux duos au sommet de leur forme (mention à Adam DeVine et Aubrey Plaza, habitués à franchir les limites), Hors Contrôle enfonce la porte du trash jusqu'au fondement - et le mot est faible - pour incarner un petit moment de cinéma étonnement solide et jubilatoire, au casting littéralement déchainé.

C'est méchamment décomplexé, ça fait souvent mouche (les répliques assassines sont légion) et ça cabotine sévère à tous les niveaux mais surtout, ça ne ment jamais sur la marchandise car tout du long, le film de Szymanski (à la réalisation et à la direction d'acteurs peu inspirés) épouse pleinement son statut de divertissement estival régressif au possible.

Bref, un bon délire sous forme de dessert bien chargé et jamais ennuyeux qui, après les excellents Nos Pires Voisins 2 et Bad Moms, permet à la comédie US de finir l'été en beauté.


Jonathan Chevrier



John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.