Ben Stiller

[CRITIQUE] : La Nuit au Musée : Le Secret des Pharaons


Réalisateur : Shawn Levy
Acteurs : Ben Stiller, Owen Wilson, Robin Williams, Rebel Wilson, Steve Coogan, Ricky Gervais, Rami Malek,...
Distributeur : -
Budget : -
Genre : Comédie, Aventure, Fantastique.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h37min.

Synopsis :
Ben Stiller réendosse le rôle de Larry, le gardien de musée le plus survolté, dans le dernier volet de la saga La Nuit au Musée. Il quitte New York pour Londres où il va vivre sa plus grande aventure. Accompagné de ses amis le Président Roosevelt, Attila, le Romain Octavius, Jedediah et le pharaon Ahkmenrah, ainsi que de nouveaux personnages délirants, il va tenter de sauver la magie avant qu’elle ne disparaisse à tout jamais.



Critique :


Nous aurons beau dire ce que nous voulons, que ce soit du point de vue des détracteurs ou des amoureux du cinéma de ce comédien phare du Frat Pack (nous sommes de ce camp là), avec son sublime La Vie Rêvée de Walter Mitty, Ben Stiller a mis tout le monde d'accord et prouvé que son talent se situait bien au-delà du simple terrain balisé de la comédie US savoureusement irrévérencieuse.

Aboutie, poétique et savamment dosée à la pop-culture, la bande au cœur aussi imposant que ses ambitions, s'était imposé comme l'une des plus grosses claques de l'année ciné 2014 tout autant que comme la plus belle réalisation de son metteur en scène, improbable héritier de Steven Spielberg dans sa mise en scène de l'émotion aussi pure que sincère.

Alors le revoir, déjà, de retour avec une nouvelle production indiscutablement commercial, a de quoi perturber un brin, même si il est évident qu'aujourd'hui à Hollywood, tout auteur un minimum ambitieux se doit d'accumuler les passages remarquées vers un cinéma plus vendeur pour avoir la chance de monter des projets plus intimes et personnels.


Le voilà donc en ce mois de février, une troisième fois dans la peau du sympathique et survolté veilleur de nuit Larry, dans La Nuit au Musée 3 : Le Secret des Pharaons, ultime opus d'une franchise divertissante mais qui n'aurait jamais dut dépasser le stade d'un premier film joliment réussi, surtout aux vues du désastreux second épisode ou figurait notamment la merveilleuse Amy Adams.

Mais, malheureux hasard de la vie, la péloche incarne également la dernière composition sur grand écran de l'immense et regretté Robin Williams, disparu en aout dernier peu de temps après la fin du tournage.
Du coup, et même si ce troisième opus ne casse clairement pas la baraque aussi sympathique soit-il, La Nuit au Musée 3 est l'un des films les plus immanquables de ce début d'année ciné 2015, ne serait-ce que pour dire un vrai au-revoir à l'un des plus grands comiques qu'ait pu connaitre l'histoire du cinéma ricain.

Dans Le Secret des Pharaons, nous suivront les aventures de Larry et de ses amis le Président Roosevelt, Attila, le Romain Octavius, Jedediah et le pharaon Ahkmenrah, qui quitte leur cher New-York natal pour foutre un boucan du diable à Londres.
Là-bas, au milieu d'une pléthore de nouveaux personnages délirants, ils vont tenter de sauver la magie avant qu’elle ne disparaisse à tout jamais, et vivre l'épopée la plus épique de leurs existences...

Dans la lignée d'un second opus aussi facile que mou et ennuyeux, ce troisième film se voit porté par un pitch tout aussi limité que le précédent, et qui ne sert finalement que de faible prétexte à la Fox pour pondre une nouvelle production racoleuse de billets vert dans les salles obscures mondiales (les recettes du film restent cependant bien en deçà des deux précédents au box-office US).


Bien triste sort pour l'une des productions familiales - et non animées - surnaturelles les plus gentiment novatrices de ses dernières années.
Pire, l'intrigue en elle-même (sauver la magie qui animent tout le petit monde des musées), d'une simplicité affligeante, n'est même pas motivé par un enchainement de privates jokes chers à la franchise, puisque la péloche est la moins riche en humour et en gags de situations de la trilogie.

Mais ce qui mue en réalité La Nuit au Musée 3, c'est un élan de mélancolie, de nostalgie, de " au-revoir " aux personnages proprement touchant, bien évidemment accentué par la présence d'un Robin Williams toujours aussi excellent en Président Roosevelt (sa dernière scène, terminée sur une petite blague, pousse presque aux larmes).

La bande multiplie ainsi les clins d’œils au film original (les caméos sont foison, dont un surprise de Hugh Jackman), et offre de nouveau au génial Ben Stiller, un moyen de se lâcher un brin (nous ne sommes pas chez les Farrelly non plus) dans un one man show sympathique et burlesque à souhait, avec le double rôle de Larry et de son double préhistorique.

Techniquement irréprochable, divertissant, mignon et charmant à défaut d'être franchement hilarant - malgré une Rebel Wilson en roue libre -, cohérent et abouti, avec Le Secret des Pharaons, Shawn Levy boucle la boucle et conclut de manière honorable et sans trop se forcer, une trilogie inégale mais au capital sympathie assez imposant auprès notamment, de nos petites têtes blondes.


Les enfants vont adorer, les adultes un peu moins même si à chaque apparitions du magistral Williams, ils se verront foudroyer par un putain de pincement au cœur incurable, conscient qu'ils ont irrémédiablement perdu l'un des plus doux, extraordinaire et désopilant clown que le cinéma ricain - et même mondial - n'est jamais connu, un génie capable de nous faire passer des rires aux larmes en un simple regard.

Ô Capitaine, mon capitaine, nous te disons tous adieu même si ton talent est immortel, nous t'aimons tous et tu resteras à jamais dans nos cœurs et tes films dans nos mémoires.


Jonathan Chevrier

John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.