Alyssa

[FUCKING SERIES] : Gentleman Jack : Pionnière de la liberté féminine


(Critique- avec spoilers- de la saison 1)


Nous avions quitté l’excellente Suranne Jones dans la peau du Docteur Foster et la revoici deux ans plus tard, en vedette dans la brillante série Gentleman Jack, série qui conte le portrait d’une femme libre qu’on ne peut qu’admirer pour sa force et son ambition au coeur d'une Grande-Bretagne conservatrice. Gentleman Jack, alias Anne Lister, est une propriétaire de terres homosexuelle voulant briser les conventions sociales et épouser une riche héritière nommée Ann Walker, au grand dam de leurs familles respectives, à l'époque de la Révolution Industrielle.
Après un long travail de recherche opérée par la créatrice Sally Wainright (Happy Valley), qui était passionnée depuis plus de 20 ans par cette femme que les habitants locaux surnommaient Gentleman Jack, autant en raison de la façon qu'elle avait de s’habiller (vêtements noirs masculins et chapeau haut de forme) que pour les rumeurs à propos de sa sexualité. Anne Lister faisait parler d’elle aussi bien dans l’admiration que la haine.
Le show s’étire sur 8 épisodes principalement consacrés à l’histoire d’amour entre Anne Lister et Ann Walker et les conséquences de cette union contre nature pour l'époque, même si depuis il y a - heureusement -, une évolution des mœurs, gageons que le thème reste toujours férocement d’actualité.


Sans forcer, Suranne Jones trouve ici son meilleur rôle, follement charismatique en figure féminine importante de l’histoire britannique, puisqu'elle est considérée comme la première lesbienne moderne, à la personnalité avant-gardiste.
C’était une femme qui gérait les affaires familiales avec une poigne de fer sans se laisser intimider par les hommes - majoritairement abusifs et misogynes -, à l’aube de l’ère Victorienne, au domaine de Shibden Hall dans la ville d’Halifax, un domaine légué par son oncle qui la jugeait plus en mesure de prendre la relève que son propre père.
Au fil des épisodes, on pourrait presque croire que cette héroïne semble tout droit sorti d’un roman de Jane Austen, de par son histoire pittoresque typique des œuvres de la romancière. Perpétuellement en mouvement, Anne Lister avait une âme d’aventurière qui aimait s’enrichir culturellement et passionnellement, avec une multitude d’amantes à travers l’Europe. En apparence, il s’agissait d’une femme libre et fière aux yeux de tous, malgré le harcèlement constant sur son attitude et ce qu'elle incarnait, mais Anne Lister était aussi et surtout une femme sensible, constamment en quête du grand amour  et ayant eu trop souvent le cœur brisé par des femmes dont elle était folle amoureuse.
Malheureusement, la pression sociétale austère les obligeait toujours à se marier avec un homme de bonne famille. Une déception qu’elle ira noyer dans le travail et les voyages jusqu’à ce qu’elle rencontre, à son retour de Paris, l’amour de sa vie Ann Walker, une jeune riche héritière fragile qui va enfin vivre une vie loin de toute convenances.


On est par ailleurs, totalement en admiration devant la retranscription parfaite de cette époque au travers des costumes, coiffures et autres décors, soigné et appliqué afin d’être en totale immersion dans la campagne anglaise du Yorkshire.
L’inspiration principale pour adapter Gentleman Jack était les nombreux journaux intimes d’Anne Lister, qu’elle écrivait en partie dans un langage codé, tout en chiffres et symboles, pour décrire ses relations secrètes et ses idées novatrices.
Comme Ann Walker, on succombe facilement pour Gentleman Jack qui brise le quatrième mur pour partager son point de vue, après une réunion de travail ou lors d’une discussion familiale, en particulier avec sa sœur Marian Lister (Gemma Whelan, en totale opposition avec son personnage de Yara Greyjoy) ou parfois tout simplement nous lancer des regards pleins de malice, histoire de nous faire comprendre ses intentions, comme une autre héroïne de fiction qu’on adore : Fleabag.
Renouvelée pour une deuxième saison pour l’année prochaine, la série est d'ailleurs actuellement disponible sur OCS.


Alyssa Adjaoui



John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.