Critiques

[CRITIQUE] : Whitney


Réalisateur : Kevin MacDonald
Acteurs : Whitney Houston
Distributeur : ARP Sélection
Budget : -
Genre : Drame.
Nationalité : Britannique, Américain.
Durée : 2h00min.

Synopsis :
Elle a vendu 200 millions d’albums.
Elle détient le record du plus grand nombre de numéros 1 consécutifs.
Sa chanson « I Will Always Love You » est le single le plus vendu par une chanteuse.
Derrière les records, les rumeurs, les scandales, les secrets et la gloire, voici la vraie Whitney.



Critique :




Plus qu'aucune autre diva à la voix d'or du vingt-et-unième siècle, feu la merveilleuse Whitney Houston, dont les plus beaux tubes résonneront éternellement dans nos oreilles (la candeur énergique de I Wanna Dance With Somebody et How Will I Know, la puissance romantique de I Will Always Love You...), avait une voix incroyable qui n'avait d'égale que l'existence chaotique qu'a pu lui offrir la vie et la célébrité; une bouleversante tragédie humaine qui a mené à sa disparition, il y a déjà plus de six ans maintenant.



Que l'excellent réalisateur (Le Dernier Roi d'Ecosse, L'Aigle de la Neuvième Légion, Black Sea) mais surtout brillant documentariste (Un Jour en Septembre, Marley), Kevin MacDonald, décide de s'attacher à conter son histoire non pas dans un biopic musical, genre qui pulluleces temps-ci sur grand écran, mais bel et bien dans un documentaire intime et fouillé, avait donc de quoi, sur le papier, nous allécher au plus haut point.
Sobrement intitulé Whitney, le documentaire se place au coeur de la vie de la chanteuse, de sa famille (actrice à part entière de sa chute, de ses parents à ses frères en passant par son compagnon de souffrance - dans tous les sens du terme -, Bobby Brown) aux vraies raisons de sa déchéance - exemple typique du Rise & Fall fournit l'american dream -, quitte à littéralement saisir par la puissance autant de son propos, que de sa véracité, tant il décortique sans phare et avec un oeil affreusement clinique - mais pas moins tendre pour autant -, l'image de " La Voix ", comme jamais cela n'a pu être fait auparavant.



Vrai travail d'investigation construit de manière chronologique pour mieux croquer sa trajectoire compliquée et agitée, MacDonald survole le spectre Houston en à peine deux heures, entre joie et noirceur (le film s'avère limite glaçant et sordide quand il dépeint les névroses de la chanteuse), entre douceur et tristesse, et donne une partie des clés du " pourquoi un tel destin funeste ? " tout en offrant à son oeuvre un ton étonnament politique - comme pour Marley -, en plaçant l'artiste autant en figure importante de la communauté afro-américaine (qui ne l'a pas toujours acceptée), qu'en petite fille chouchou de l'Amérique en plein boom de la période pop MTV.
Méticuleux, passionnant et parfois très dur (voire même un peu chiche en émotions), Whitney est brillant documentaire, bien monté et prenant, un joli must-see pour les cinéphiles et encore pour les amoureux d'une diva dont l'image, passablement écornée par les frasques et le temps, se voit ici sensiblement redorée.


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.