Critiques

[CRITIQUE] : Mamma Mia ! Here We Go Again


Réalisateur : OI Parker
Acteurs : Amanda Seyfried, Dominic Cooper, Andy Garcia, Christine Baranski, Julie Walters, Pierce Brosnan, Colin Firth, Stellan Skargard, Meryl Streep, Cher...
Distributeur : Universal Pictures International France
Budget : 75 millions de $
Genre : Comédie musicale
Nationalité : Américain
Durée : 1h54min.

Synopsis : 
Sur l’ile -imaginaire- de Kalokairi, Sophie vient tout juste de finir les travaux de l’hôtel auquel sa défunte mère, Donna a consacré sa vie. Rencontrant différents soucis avant l’ouverture, Sophie trouve du réconfort auprès des amies de sa mère qui lui conseillent de prendre exemple sur le parcours de cette dernière.



Critique :


Coincé entre le prequel et la suite, ce Mamma Mia ! Here we go again peine a renouer avec l’énergie communicative du premier opus. Il faut dire, que le Mamma Mia original s’appuyer largement sur l’ébouriffante Meryl Streep qui s’amusait comme une gamine dans sa salopette et nous entraîner sans effort dans cet univers résolument pop/kitsch.
Sauf qu’ici Meryl Streep n’est plus -enfin presque plus elle a deux petites scènes. Alors forcément, cette suite n’a pas la même saveur. Dès lors, on sent que OI Parker tente désespérément de trouver quelque chose a quoi se raccrocher d’où cette intrigue flash-back retraçant la jeunesse de Donna interprétée par une Lily James qui fait le job. En dehors de cela ? Pas grand-chose. Pour tout dire le scénario de cette suite -un peu comme l’original- tient sur un post-it et tout se devine à l’avance sans qu’une once de surprise ne vienne un peu pimenter le récit.


Le problème au centre de cette suite c’est qu’elle dégage une certaine mélancolie, qui ne colle pas vraiment avec ce qu’on attend d’un Mamma Mia ! De plus, ayant épuisé les hymnes fédérateurs tels que Dancing Queen, Money, Money, Money ou encore Gimme ! Gimme ! Gimme ! (A man after midnight), cette suite prend le pari d’aller puiser dans les balades et les morceaux moins connus du répertoire d’ABBA. Si certains tableaux fonctionnent, notamment Angel Eyes ou My Love, My Life ou le final sur Super Trouper, le reste est d’une assez grande fadeur.
Si l’apparition de Cher est évidemment éclatante, elle n’est au fond que peu présente et ne bénéficie que d’un tableau musical sur un Fernando qui manque en plus de punch, a cause notamment d’un Andy Garcia aussi convaincant que Pierce Brosnan dans le premier volet. De manière plus générale, l’ensemble du casting est convaincant, on prend un grand plaisir à retrouver Christine Baranski et Julie Walters qui amènent avec elles l’humour du premier volet.


En bref, ce Mamma Mia ! Here we go again n’est qu’une copie mal réalisée du premier opus. Si le plaisir d’entendre quelques mélodies d’ABBA est toujours présent, il manque à cette suite de la vitalité, de cette flamboyance kitsch qui faisait au fond tout le charme du Mamma Mia ! 


Thibaut Ciavarella

Thibaut Ciavarella

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.