Critiques

[CRITIQUE] : Taxi 5


Réalisateur : Franck Gastambide
Acteurs : Franck Gastambide, Malik Bentalha, Bernard Farcy, Anouar Toubali, Ramzy Bedia, Sabrina Ouazani, Edouard Montoute,...
Distributeur : Europa Corp/ARP Selection
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Français.
Durée : 1h42min.

Synopsis :
Sylvain Marot, super flic parisien et pilote d’exception, est muté contre son gré à la Police Municipale de Marseille. L’ex-commissaire Gibert, devenu Maire de la ville et au plus bas dans les sondages, va alors lui confier la mission de stopper le redoutable « Gang des Italiens », qui écume des bijouteries à l’aide de puissantes Ferrari. Mais pour y parvenir, Marot n’aura pas d’autre choix que de collaborer avec le petit-neveu du célèbre Daniel, Eddy Maklouf, le pire chauffeur VTC de Marseille, mais le seul à pouvoir récupérer le légendaire TAXI blanc.



Critique :


Passé un quatrième opus WTF-esque et tout juste divertissant grâce à l'abatage génial de Bernard Farcy, qui arrivait sans peine à faire du culte Comissaire Gibert, notre Frank Drebin national, la franchise Taxi semblait morte et enterrée, un moindre mal quand on sait qu'elle incarnait le cheval de Troie d'Europa Corp et de sa franchisation à outrance, de toutes ses sympathiques séries B plus ou moins originales.
Mais à une époque où les reboots, suites, prequels et compagnie sont légion - et pas uniquement chez Hollywood la putain -, la célèbre Peugeot 406 était appelée à revenir tôt ou tard dans les salles obscures hexagonales.


Confié à l'un des artisans majeurs du renouveau de la comédie un tantinet trash made in France, Franck Gastambide, dont les deux premiers essais nous avaient franchement convaincus (Les Kaïras et Pattaya), Taxi 5 se devait non seulement de rafraichir dans les grandes largeurs, une saga populaire un poil trop ancrée dans son temps - les 90's -, mais surtout démontrer qu'elle en a encore sous le capot pour attirer en masse les foules dans les salles.
Bonne nouvelle, avec Gastambide au volant, la saga Taxi ne s'est jamais aussi bien porté qu'à ses débuts, et incarne sans forcer, un reboot aussi efficace que franchement divertissant, ouvrant .
Flanqué de sa " famille " de cinéma (Malik Bentalha, Ramzy Bedia, Sabrina Ouazani et Anouar Toubali) et offrant quelques retours essentiels du casting d'origine - Bernard Farcy et Édouard Montoute -, l'acteur-réalisateur concocte une comédie d'action à sa mesure, rythmée et déjantée, autant portée par des scènes d'action fluides que par un humour sincèrement grotesque et potache, notamment véhiculé par le dynamique duo Gastambide/Bentalha (le second s'inscrit à nouveau comme un désopilant sidekick).


Les allergiques du cinéma décomplexé et à la limite du borderline (comme Pattaya) du bonhomme auront du mal à trouver leur compte (tout comme certains puristes) mais pour les autres, c'est un plaisir coupable de chaque instant convoquant avec nostalgie et respect les codes de la franchise, tout en en modernisant la plupart au sein d'une odyssée menée tambour battant où la vanne est le meilleur ami du mauvais (bon ?) gout.
Alors certes, si tout n'est pas vraiment parfait (l'intrigue un chouïa décousue, quelques coups de rétroviseurs/révérences envers le film original pas toujours maitrisé,...), Taxi 5 n'en est pas moins une vraie série B punchy et référencée qui fait (très) souvent mouche.
On pourra toujours rétorquer que Taxi " c'était mieux avant " (la question à toujours le mérite d'être posée pour tout reboot/suite digne de ce nom), mais avouons en toute sincérité, que c'est quand même franchement pas mal aujourd'hui.


Jonathan Chevrier

John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.