Critiques

[CRITIQUE] : Mission Yéti


Réalisateur/trice : Pierre Greco et Nancy Florence Savard
Avec les voix de : Sylvie Moreau, Guillaume Lemay-Thivierge, Rachid Badouri, ...
Distributeur : Eurozoom
Budget : -
Genre : Animation, Aventure
Nationalité : Canadien
Durée : 1h24min

Synopsis :
Québec, 1956. Les destins de Nelly Maloye, détective privée débutante et Simon Picard, assistant de recherche en sciences, se croisent accidentellement. Soutenus par un mécène ambitieux, Maloye, intuitive et chaotique, et Picard, méthodique et obsessionnel, se lancent dans une aventure visant a prouver l’existence du Yéti. Pour y arriver, Simon compte sur le journal d’un explorateur pour les mener au repaire de la créature mythique. Accompagnés de Tensing, un jeune guide Sherpa, et de Jasmin, un mainate bavard, ils sont confrontés à de nombreux dangers au cœur de l’Himalaya.



Critique :


Décidément, le mythe du Yéti fait fureur auprès des petits. Après Yéti & Cie, Abominable, c’est le studio québécois Productions 10e Ave qui nous propose une autre version. Cependant, les Yétis ne sont pas au centre de l’histoire, mais l’enjeu de ce film d’animation. Comme le dit le titre, Nelly et Simon : Mission Yéti est avant tout un duo. Une détective privée fougueuse et énergique, un scientifique passionné mais froussard. C’est par hasard que ce duo improbable va vivre une aventure incroyable au Népal, dans la célèbre et immense chaîne de montagnes : l'Himalaya. Duo à l’écran, mais aussi au-dehors car le film est chapeauté par deux réalisateurs. La première Nancy Florence Savard, également productrice et fondatrice du studio 10e Ave et Pierre Greco, également scénariste sur ce film. La première a réalisé La légende de Sarila en 2013, premier film d’animation 100% canadien, le deuxième a déjà collaboré avec le studio avec Le coq de St-Victor avec lequel il a remporté plusieurs prix. Fort de leurs expériences, il nous offre un film d’aventure d’après-guerre, qui sent bon la nostalgie et le vintage.



C’est en dépassant les obstacles que l’on obtient des résultats, voilà le message de ce Mission Yéti, destiné plutôt aux plus petits. Le scientifique Simon est sur le point de se faire licencier, l’arrivée impromptue de la détective Nelly ne l’aidant pas à plaider sa cause. Mais, un mécène imbu de sa personne va l’aider à financer un voyage pour prouver l’existence du Yéti. Si ses convictions sont justes, il accédera enfin au poste tant convoité d'enseignant à l’université. Nelly décide de l’accompagner, car l’aventure lui semble plus envisageable que les soucis qu’elle trouve dans son métier de détective. C’est parti donc pour une aventure glaciale dans les montagnes, accompagné de Tensing leur guide Sherpa, gentil et spirituel, qui doit faire tampon entre l’intrépide et insouciante Nelly et les angoisses de Simon.



Véritable récit d’aventure, le film n’arrive malheureusement jamais à surpasser ses aînés, faute à un script trop académique. Chaque avancé des personnages est contrebalancée par une péripétie accidentelle peu agréable pour entretenir un accent comique forcé. Mission Yéti empêche ses personnages à vivre l’aventure et enchaîne les événements à un rythme trop soutenu qui ne laisse pas beaucoup de temps aux spectateurs d'apprécier le paysage, de rire à une blague ou de frissonner devant un danger. Mais il ne faut pas tout jeter, car malgré ses défauts, le film de Nancy Florence Savard et Pierre Greco détient un fort capital sympathie. Par ses personnages haut en couleur, avec des personnalités marqués, par sa morale écologique et animale très forte et par le soin de l’animation pour nous proposer des paysages variés, entre la ville Québec des années 50 et le mont Everest. Le film a aussi la bonne idée de ne mettre aucune histoire de cœur entre Nelly et Simon, qui forment un duo détonnant. D’ailleurs, nous sortons du film avec l’envie de les voir dans d’autres aventures, plus courte peut-être, comme une série qui suivrait leurs péripéties.



N'ayant pas l’étoffe d’un film d’aventure palpitant, Mission Yéti vise un large public avec un récit édulcoré sur la recherche du Yéti. La morale cependant est importante pour sensibiliser les plus jeunes aux questions d’environnement et au besoin de sa protection.


Laura Enjolvy 



Laura Enjolvy

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.