Box-Office

Box-Office US du week-end du 19/09/2018 : Cate Blanchett et Jack Black chassent le Predator du trône de leader du B.O !


Sans casser la baraque, La Prophétie de l'horloge (26,8M$) prend les rênes et démarre bien.
L'ombre d'Emily accroche la seconde place (10,4M$/32,5M$), La Nonne ferme un podium (10,2M$/100,8M$) duquel The Predator est éjecté (8,7M$/40,4M$).


On en attend beaucoup (un divertissement familial fantastique signé Eli Roth avec Cate Blanchett et Jack Black !), et force est d'avouer qu'avec son budget minime (42M$) et des critiques positives, La Prophétie de l'horloge est clairement au rendez-vous avec un premier week-end sans embûches (26,8M$), qui devrait lui assurer un retour sur investissement dès le week-end prochain.

Idem pour Fahrenheit 11/9 de Michael Moore qui démarre très bien (3,1M$ avec moitié moins de salles que les cadors du moment), et Assassination Nation (1M$ pour un arc de salles encore plus inférieur et un classement R-Rated).
En revanche, Seule la Vie de Dan Fogelman, pas aidé par des critiques négatives, arrive timidement au pied du Top 10 avec 2,1M$ (et près du double de salles que les films cités plus haut).

Reboot/suite qui n'avait strictement rien pour nous rassurer jusqu'à son dernier trailer en date, qui laissait pleinement la place à l'humour cher à Shane Black, The Predator débarque donc dans les salles obscures US, pas aidé par des critiques au mieux mitigés, au pire assassinés.
Et son second week-end est logiquement plus mitigé que le premier (8,7M$/40,4M$ après dix jours) au vu de son budget conséquent (88M$) et ce malgré un B.O mondial assez convaincant (76,1M$).
Moyen, même s'il fait 125 000 $ de plus que le piteux Predators de Nimrod Amtal - produit par Robert Rodriguez -, sur la même période...

Balancé dans les salles obscures un bon mois et demi avant Halloween, chargé comme une mule de péloches attendues (Halloween justement), La Nonne, second spin-off de la saga Conjuring, se paye aisément le titre de hold-up de cette rentrée en cassant littéralement la baraque pour ses vingt premiers jours : 100,8M$ sur ses terres - pour 22M$ de budget -, et 245,6M$ sur la même durée à l'international, la péloche se paye le second meilleur démarrage de la franchise, tout épisode confondu !
Le film de Corin Hardy n'aura sans doute pas de mal à atteindre la barre symbolique des 150M$ en fin de parcours, de quoi donner le sourire à une Warner qui accumule les succès en cette fin d'été 2018.

Il fait évidemment mieux que les grosses nouveautés du moment, L'ombre d'Emily de Paul Feig avec le duo Anna Kendrick/Blake Lively qui grimpe de justesse sur la seconde place (10,4M$/32,5M$) mais également White Boy Rick porté par Matthew McConaughey (17,4M$ sur dix jours pour 29M$ d'investissement).
De son côté, Peppermint de Pierre Morel qui marque le retour au cinéma burné de la merveilleuse Jennifer Garner (Sydney Bristow forever), marque le pas après vingt jours (30,3M$), mais n'a aucun mal à se rentabiliser sur ses terres (25M$ de budget).

Vraie production révolutionnaire à Hollywood (premier film de studio avec un casting entièrement asiatique... fou mais vrai), l'adaptation de « Singapour Millionaire », Crazy Rich Asians, six mois après Black Panther, marque un tournant nécessaire dans la représentation des Asiatiques dans le cinéma grand public américain, et se paye un carton à la mesure de l'événement.
Avec 159,4M$ sur ses quarante premiers jours (à peine 30% d'affluence en moins sur son sixième week-end), le film quintuple son investissement en à peine quelques semaines (30M$), et pourrait bien, avec un bon buzz positif, s'approcher tranquillement mais sûrement des 200M$ en fin de parcours (197,9M$ au B.O international).

Attendu comme le VRAI divertissement jouissif d'un été ciné 2018 finalement bien pingre en moment bandant - hors les aventures d'Ethan Hunt -, En Eaux Troubles de Jon Turtletaub ne déçoit pas et s'offre succès impressionnant au box-office après sept semaines, avec un joli ratio de 140,5M$ (pour 130M$ de budget), mais surtout de 510M$ au box-office international, ce qui laisse à penser qu'en-dehors de la saga Fast and Furious, ce bon vieux Statham peut bel et bien attirer les spectateurs en masse dans les salles - et surtout s'il a un requin blanc géant avec lui.


1. La Prophétie de l'horloge (1) $ 26,850,000 / $ 26,850,000 (total USA)
2. L'ombre d'Emily (2) 10,400,000 / $ 32,565,414 (total USA)
3. La Nonne (3) $ 10,250,000 / $ 100,895,307 (total USA)

4. The Predator (2) $ 8,700,000 / $ 40,435,122 (total USA)
5. Crazy Rich Asians (6) $ 6,515,000 / $ 159,439,493 (total USA)
6. White Boy Rick (2) $ 5,000,000 / $ 17,410,368 (total USA)
7. Peppermint (3) $ 3,720,000 / $ 30,332,559 (total USA)

8. Farhenheit 11/9 (1) $ 3,101,000 / $ 3,101,000 (total USA)
9. En Eaux Troubles (7) $ 2,350,000/ $ 140,522,919 (total USA)
10. Searching (5) $ 2,175,000 / $ 23,115,919 (total USA)



John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.