Chroniques

[FUCKING SÉRIES] : Jean-Claude Van Johnson : JCVD in Love


(Critique - avec spoilers - de la première saison)


On aime passionnément JCVD par chez nous, le tataneur belge au phrasé aussi dévastateur qu'un coup de tatate renversé dans le menton, est de loin l'un des plus grands héros de notre enfance, gentiment intercalé entre les rois Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger et Kurt Russell.
Méchamment cantonné aux DTV de luxe ces dernières années, alors qu'il semble enfin assumer un penchant humoristique qui aurait fait des ravages dans des comédies (ou des buddy movies) plus inspirés, le bonhomme nous revient par la petite porte du petit écran, via la plateforme Amazon Prime qui lui offre ni plus ni moins que son propre show, comédie mi-méta mi-WTF, Jean-Claude Van Johnson ou l'acteur incarne rien de moins que lui-même... mais pas que.



En effet, le show y montre la supposée double vie - fictionnelle bien entendu - du Jean-Claude, à savoir celle d'un espion international renommé qui profitait des tournages de ses nombreux films pour accomplir de nombreuses missions secrètes.
Et après des années hors-service, il va essayer de revenir dans le game, même s'il risque d'être un poil rouillé.
Vrai mélange des genres aussi improbable que franchement fun (parodie, satire d'Hollywood, hommage autant à JCVD qu'aux films d'espionnage, drame poignant, SF futuriste avec des bonds dans le temps,...), Jean-Claude Van Johnson est un petit bijou déjanté pour tous les amoureux du maitre des arts martiaux belge, qui n'hésite pas une seule seconde à se moquer de lui-même (en même temps, on ne doutait plus vraiment de son sens de la dérision, notamment depuis Welcome To The Jungle) tout en montrant un versant plus dramatique de sa palette d'acteur, à peine entraperçu dans le monologue crève-coeur du JCVD de Mabrouk el Mechri.


Volontairement kitsch, absurde et référencé à mort, bien mieux torchée que ne le laissait présager son trailer un poil cheap - les scènes d'action sont légion et dépotent grave -, la série, d'une fluidité étonnante (le show est découpé en six épisodes de 30 minutes, et peut se voir comme un long film) malgré un scénario pas toujours solide mais généreux en moments jouissifs, Jean-Claude Van Johnson est un vrai moment de TV fun, drôle et attachant, de l'or en barre pour les amoureux des " Muscles From Brussels " tout autant que la preuve parfaite que le bonhomme nous manque terriblement, et mériterait une sacrée reconsidération par Hollywood la Putain et le septième art hexagonal.
Oui, on t'aime Jean-Claude, mais genre vraiment.


Jonathan Chevrier




John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.