Jack Nicholson

Jack Nicholson et Kristen Wiig en vedette du remake US de Toni Erdmann ?


Wait... what ?



De loin l'une des oeuvres les plus plébiscités de la dernière Croisette cannoise, et actuellement en route pour aller chercher la statuette dorée du Meilleur Film Étranger aux Oscars d'ici la fin du mois, le brillant Toni Erdmann va déjà avoir droit à son remake américain et en langue anglaise.

Produit par la Paramount, mais aussi par Will Ferrell et Adam McKay via leur boite Dirty Sanchez, ce remake encore sans réalisateur ni scénariste, aurait pourtant trouvé son interprète vedette ce soir si l'on en suit le site Variety.
En effet, l'acteur triplement oscarisé Jack Nicholson, officiellement retraité et n'étant plus apparu sur grand écran depuis la bluette futile Comment Savoir de James L. Brooks, serait en passe de quitter son repos bien mérité pour rejoindre la production - il serait d'ailleurs un grand fan du film original.

Une annonce qui nous fout sur le popotin (un remake aussi tôt + Nicholson en vedette : WTF + 1000), vraiment, même si l'idée de revoir le comédien sur grand écran dans un tel rôle, nous fait sacrément saliver d'avance.
Mieux, Variety enfonce le bouchon en assurant qu'il pourrait partager la vedette avec la pétillante Kristen Wiig, courtisée pour être la nouvelle Ines.

Pour rappel, voici le pitch de Toni Erdmann, sortie tout récemment dans les bacs à DVD/BR :

" Quand Ines, femme d’affaire d’une grande société allemande basée à Bucarest, voit son père débarquer sans prévenir, elle ne cache pas son exaspération. Sa vie parfaitement organisée ne souffre pas le moindre désordre mais lorsque son père lui pose la question « es-tu heureuse? », son incapacité à répondre est le début d'un bouleversement profond. Ce père encombrant et dont elle a honte fait tout pour l'aider à retrouver un sens à sa vie en s’inventant un personnage : le facétieux Toni Erdmann… "


John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwoood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.