Critiques

[CRITIQUE] : Suspicions


Réalisateur : Declan Dale
Acteurs : Keanu Reeves, Ana de Armas, Mira Sorvino,...
Distributeur : Seven Sept
Budget : -
Genre : Drame, thriller.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h46min.
Disponible en DVD et BR depuis le 9 mai 2016

Synopsis :
Alors qu'un détective privé enquête sur la mort de son partenaire, une jeune femme latino est témoin d'étranges phénomènes.



Critique :


Jusqu'aux tous premiers mois de 2014, le monolithique mais génial Keanu Reeves s'était fait méchamment absent de nos salles obscures avant d'opérer un comeback des plus retentissant avec trois péloches en moins de six mois.
Et pourtant, malgré une exposition plus importante qu'à l’accoutumée on ne peut pas réellement dire que ce retour au septième art ne se soit pas fait dans la douleur.

Entre le boycottage pur et simple de sa première réalisation totalement passé inaperçue dans nos salles hexagonales - le pourtant très bon Man of Tai Chi - et le flop retentissant du bancal mais fun 47 Ronin, (officiellement gros accident industriel pour Universal), on pourrait même presque dire que le public ne voulait déjà plus de lui si il n'y avait pas eu le jouissif John Wick, première réalisation des anciens cascadeurs David Leitch et Chad Stahelski, pour corriger le tir.


Mal aimé, le Keanu ?
Force est d'admettre que la question se pose bien là vu son impopularité constante auprès du public (et plus directement au box-office international) depuis le dernier opus - lui aussi mal aimé - de la trilogie Matrix datant, déjà, de 2003.

Et ce n'est pas l'accueil mitigé du récent Knock Knock d'Eli Roth, qui plaçait l'éternel Neo dans le rôle du mâle dominée par deux angéliques à peine sortie de l'adolescence et shooté aux clips MTV, au sein d'un copieux mélange des genre (comédie satirique et noire, thriller dramatique, huit-clos psychologique) citant directement le Funny Games de Michael Haneke et Les Chiens de Pailles de Peckinpah.
Pas mauvais mais pas bandant non plus.
Et avant qu'il savate du méchant avec hargne dans le très attendu John Wick 2, le voilà qu'il nous revient directement dans les bacs à DVD/BR en ces premiers jours de mai très Cannois, avec Suspicions, thriller signé Gee Malik Linton/Declan Dale et dans lequel il retrouvera la jolie Ana de Armas (la bombe blonde et hystérique de Knock Knock).

Ou l'histoire d’un détective qui enquête sur la mort de son partenaire alors que dans le même temps, une jolie jeune femme est témoin d’étranges phénomènes.
Simpliste sur le papier, Exposed en v.o, n'en est pas moins une sympathique série B, peu originale mais divertissante dans sa généralité, dont on suppute qu'elle a dut passer par la séance de découpage chez Lionsgate vu son résultat final des plus bancales, là ou il aurait décemment pu incarner avec plus d'audace, une réussite remarquable.


Sorte de films schizophrène, à la fois drame social teinté de mysticisme (le lien qui relit le personnage de Ana de Armas à l'intrigue est à la limite du risible), aux thèmes furieusement contemporain (la violence conjugal, les bavures policières et la criminalité dans les banlieues) et polar lourd et confus, alignant les sous-intrigues avec une frénésie incompréhensible avant un final révélateur et salvateur, ou chaque pièces du puzzle semblent enfin s'emboiter entre elles.

Faux thriller mais vraie péloche dramatique sombre, symbolique et psychologique, malade mais attachante dans son déséquilibre, aux comédiens empathiques aussi largués que son auditoire, l'éclaté Suspicions cache en lui un beau film audacieux et passionnant que seul son dernier - et court - acte laisse pleinement entrevoir.
Libre au spectateur alors d'accepter la vision d'une œuvre malade mais pas pour le moins fascinante qui, finalement, ne se portera que mieux avec une sortie directement dans les bacs que dans les salles obscures...


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.