Chair de Poule - Le Film

[CRITIQUE] : Chair de Poule - Le Film


Réalisateur : Rob Letterman
Acteurs : Jack Black, Dylan Minette, Odeya Rush, Amy Ryan, Ryan Lee,...
Distributeur : Sony Pictures Releasing France
Budget : -
Genre : Aventure, Comédie.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h44min.

Synopsis :
Zach Cooper vient d’emménager dans une petite ville, et il a bien du mal à se faire à sa nouvelle vie... jusqu’à ce qu’il rencontre sa très jolie voisine, Hannah, et se fasse un nouveau pote, Champ. Zach découvre rapidement que la famille d’Hannah est spéciale : l’énigmatique père de la jeune fille n’est autre que R.L. Stine, le célébrissime auteur des bestsellers horrifiques Chair de poule. Plus bizarre encore, les monstres que l’écrivain met en scène dans ses romans existent bel et bien. Stine les garde prisonniers à l’intérieur de ses manuscrits. Mais lorsque les créatures se retrouvent libérées par erreur, Zach, Hannah, Champ et Stine sont les seuls à pouvoir sauver la ville…


Critique :



Pour tous les cinéphiles nés en plein dans les glorieuses 90's, la saga littéraire Chair de Poule, très vite transposée sur petit écran, incarne sans l'ombre d'un doute l'un des monuments majeurs de l'enfance; qu'ils aient lu les bouquins ou mirer la série télévisée durant feu la géniale DKTV.

Un petit rendez-vous frayeur (enfin, on se comprend) qui nous initiait entre deux histoires, à l'amour pour les zombies, les momies, les loups-garous et autres figures fantastiques en tout genre.
Mais force est d'avouer que la chose à drôlement vieillit depuis le temps, et voir Sony Pictures d’intéressé à une résurrection moderne de l’œuvre de R.L. Stine avait de quoi nous allécher sur le papier, surtout avec le génial Jack Black en tête de gondole.


Fausse adaptation mais vraie histoire à part entière, le film s'attache au quotidien de Zach Cooper, jeune adolescent qui quitte la bouillante New-York pour emménager avec sa mère dans une petite ville du Delaware, Madison.
Comme tout ado confronté à un nouveau départ - mais aussi à un deuil familial -, il a bien du mal à se faire à sa nouvelle vie, jusqu'à ce qu'il rencontre sa très jolie voisine, Hannah, et qu'il se lie d'amitié avec Champ.

Mais Zach découvre rapidement que la famille d'Hannah est assez spéciale : l'énigmatique père de la jeune fille n'est autre que R.L. Stine, le célébrissime auteur des bestsellers horrifiques Chair de poule.
Plus bizarre encore, les monstres que l'écrivain met en scène dans ses romans existent bel et bien.
Stine les garde prisonniers à l'intérieur de ses manuscrits.

Mais lorsque les créatures se retrouvent libérées par erreur, Zach, Hannah, Champ et Stine sont les seuls à pouvoir sauver la ville...


Aussi méta (les références ne manquent pas) que fun et nostalgique (traitement très doux et humble de la gestion du deuil), fleurant bon les divertissements familiaux made in Amblin (Les Gremlins ou même plus directement Jumanji, notamment grâce à l'excellent score de Danny Elfman et à la figure adulte excentrique), Chair de Poule - Le Film se démarque intelligemment - et logiquement - de l'adaptation télévisé par une vision plus spectaculaire des écrits de R.L. Stine mais surtout plus touchante dans son hommage à l’œuvre de l'écrivain, campé ici par le toujours impeccable Jack Black.

Léger scénaristiquement comme tout bon divertissement populaire qui se respecte (personnages secondaires sympathiques mais sous-utilisés, accumulations de facilités, un concept original au potentiel jamais pleinement exploité et une résolution finale très limite) et franchement tronqué par un budget trop maigre pour assouvir ses belles ambitions; Rob Leterman parvient pourtant tout du long à déjouer ses nombreuses faiblesses de son film via un rythme dynamique - et sans aucun temps mort -, un montage lisible dans l'action (ce qui n'est pas toujours le cas dans les blockbusters aujourd'hui), une émotion étonnante et même un humour sarcastique savoureusement décalé.

Alors certes, si l'utilisation franchement bancal de l'immense bestiaire (le réalisateur aurait pu se contenter qu'un petit échantillon plutôt qu'à un gros rassemblement plus proche du caméo clin d’œil qu'autre chose) aurait nécessité un peu plus de rigueur - tout comme certains effets spéciaux pas toujours réussi -, le métrage n'en remplit pas moins complément son statut de divertissement familiale simpliste, cohérent et réjouissant, qui n'a pour seul but que de faire passer du bon temps à son auditoire.


Un excellent premier opus qui laisse présager un bel avenir à la franchise Chair de Poule car oui, vu son succès et l'enthousiasme qui l'entoure, Sony envisagerait déjà une suite dans un futur plus ou moins proche - une porte laissée plus qu'ouverte vu les dernières secondes du métrage.

On ne peut que les encourager à persévérer dans cette voie là...


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.