All About Albert

[CRITIQUE] : All About Albert


Réalisateur : Nicole Holofcener
Acteurs : James Gandolfini, Julia Louis-Dreyfus, Catherine Keener,...
Distributeur : Twentieth Century Fox France
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h33min.

Synopsis :
Mère divorcée, Eva se passionne pour son métier de masseuse. Très attachée à sa fille, elle redoute le jour – désormais imminent – où celle-ci va quitter la maison pour aller à l’université. A l’occasion d’une soirée, elle rencontre Albert, un homme doux, drôle et attachant qui partage les mêmes appréhensions qu’elle. Tandis qu’ils s’éprennent l’un de l’autre, Eva devient l’amie et confidente de Marianne, une nouvelle cliente, ravissante poète qui semblerait parfaite si seulement elle n’avait pas un énorme défaut : dénigrer sans cesse son ex-mari. Soudain Eva en vient à douter de sa propre relation avec Albert qu’elle fréquente depuis peu.



Critique :

Avec Paul Walker, le décès de James Gandolfini est celui qui nous a le plus touché en 2013, tant l'immense comédien qu'il était, aura su nous émerveiller et nous éblouir avec talent pendant près de deux décennies.

Instantanément intronisé au rang d’icône du petit écran grâce à son interprétation Bigger Than Life du salopard - mais foutrement attachant - Tony Soprano dans la merveilleuse série Les Soprano, le bonhomme s'était offert, pour son dernier grand rôle au cinéma, un contre-emploi royal avec le All About Albert de Nicole Holofcener, dès ce mercredi dans les salles obscures hexagonales.

Car plus de le voir associer à une autre icône de la télévision, la sublime Julia Louis-Dreyfus (Seinfeild, Veep), c'est surtout l'idée de le découvrir - pour la première et dernière fois malheureusement - au naturel en normal guy d'une comédie romantique, qui attirait salement notre fibre cinéphile.

Et inutile de dire que l'on a pas été déçu du voyage...


All About Albert donc ou l'histoire d'Eva, masseuse à domicile et divorcée, qui appréhende le départ à la fac de sa fille.
Elle va faire la connaissance d'Albert, sympathique quarantenaire également séparé et père.
Tout va pour le meilleur entre eux, jusqu'à ce qu'Eva découvre que l'une de ses clientes n'est autre que l'ex d'Albert, et face aux commentaires peu flatteurs qu'elle fait à son égard, Eva doute.

Ce qui va peu à peu contaminer leur relation...

Si son pitch est loin de péter dans la dentelle de l'originalité et que sa mise en scène, certes intelligemment discrète mais au cachet très (trop) télévisé, ne plaide pas franchement en sa faveur et n'en font pas une romcom référence du bon gout qui révolutionne tout un genre, force est d'admettre qu'une certaine magie surprenante, une certaine grâce insoupçonnée se dégage de cette péloche, au point d'en faire in fine, un film profondément attachant.

Passé son lot de passages obligés, son récit un poil étroit et balisé ainsi que son quiproquo central assez grossier, le film se consomme - avec un certain plaisir coupable non-feint -, pour ce qu'il est, à savoir une jolie comédie romantico-dramatique aussi mélancolique qu'acide, aux dialogues absolument savoureux.


Charmant, simple et burlesque, explorant avec malice l'amour " d'après " - celui d'après le divorce, d'après le départ des enfants mais surtout, des illusions romantiques qui ne sont plus que poussière la quarantaine passée et les déceptions amoureuses consommées -, All About Albert vaut surtout et avant tout pour la partition merveilleuse de son couple vedette iconoclaste, impensable et joliment diamétralement opposé.

Julia Louis-Dreyfus, petite boule d'énergie en puissance, y incarne avec perfection une Eva tout en nuance, à la fois explosive, drôle et pleine d'amertume, ayant trop de mal à croire en sa seconde chance, tandis que James Gandolfini lui, offre ni plus ni moins que l'une de ses plus belles interprétations dans un registre qu'il ne maitrisait pourtant pas d'un iota.

Attachant en gros nounours au cœur aimant mais brisé, il bouffe littéralement la pellicule de son charisme et de son talent dans la peau d'Albert, un homme naturel, tendre et même assez vulnérable.


L'alchimie qui le lie avec la Julia est incroyable, et constitue aisément la plus grande force du film, ou comment faire s'aimer deux âmes à priori mal assortis, avec toutes les complexités qui en découlent.

Ajouté à tout ce jolie mix une profondeur des personnages étonnantes, une sincérité émotionnelle et une justesse de ton salvatrice, et vous comprendrez qu'outre un bel au-revoir nostalgique, All About Albert est un sympathique petit moment de cinéma honnête, simple et séduisant, à ne manquer sous aucun prétexte.


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

Fourni par Blogger.