Claire Denis

[CRITIQUE] : Un Beau Soleil Intérieur


Réalisateur : Claire Denis
Acteurs : Juliette Binoche, Xavier Beauvois, Philippe Katherine, Josianne Balasko, Bruno Podalydès, Nicolas Duvauchelle, Paul Blain, Gérard Depardieu,...
Distributeur : Ad Vitam
Budget : -
Genre : Comédie Dramatique.
Nationalité : Américain
Durée : 1h34min

Synopsis :
Isabelle, divorcée, un enfant, cherche un amour. Enfin un vrai amour.




Critique :



On avait laissé la (très) grande Juliette Binoche dans les salles obscures hexagonales aux premières heures du dernier printemps avec la (pas vraiment drôle) comédie Telle Mère, Telle Fille, ou elle s'échinait à jouer, aux côtés de Camille Cottin, une mère quadra enceinte gentiment immature.
Pas forcément de quoi embellir la filmographie de l'une de ses plus brillantes et insaisissables comédiennes françaises de ses trente dernières années.
Bonne nouvelle, elle rattrape le coup aux premières heures de l'automne (coïncidence ?) avec le nouveau long-métrage de l'imprévisible et talentueuse Claire Denis : Un Beau Soleil Intérieur, passé par la case Croisette en mai dernier.



Développé avec la romancière Christine Angot, le film est une comédie sentimentale aussi légère qu'elle est dépressive (coucou Woody Allen !), une chronique douce-amère sur une quinquagénaire en manque d'amour et qui le cherche désespérément en naviguant entre les amants, sans jamais vraiment le trouver.
Petite boule de châleur aussi sympathique qu'elle est intime et spirituelle, plutôt franche dans son rapport au vrai grand amour et le rude chemin de croix qu'il peut représenter (la quête d'un idéal est très souvent décevante), tout en offrant un vibrant portrait de femme libre et moderne, véritable amazone de l'impossible, infatiguable dans son combat contre la solitude et qui s'assume tellement qu'elle est; Un Beau Soleil Intérieur est une vraie comédie drôle, charmante, attachante et solaire.



En héroïne décontractée au milieu d'un casting de " mâles " impressionnant (Xavier Beauvois, Philippe Katherine - excellent -, Bruno Podalydès, Nicolas Duvauchelle, Paul Blain), Juliette Binoche est littéralement à tomber, rayonnante de naturelle.
Alors tant pis si le film se perd dans sa volonté de théoriser - beaucoup - sur l'amour, ou qu'il accumule quelques longueurs malgré une durée assez courte (sans oublier l'arrivée trop tardive du magnifique Gérard Depardieu, dans un final totalement voué à sa cause); le Claire Denis nouveau est un joli moment de cinéma qui vaut décemment son pesant de popcornau sein d'une rentrée ciné particulièrement riche.


Jonathan Chevrier 



John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.