Jonathan

[SƎANCES FANTASTIQUES] : #24. The Toxic Avenger

Copyright Droits Réservés


Parce que les (géniales) sections #TouchePasAMes80s et #TouchePasNonPlusAMes90s, sont un peu trop restreintes pour laisser exploser notre amour du cinéma de genre, la Fucking Team se lance dans une nouvelle aventure : #SectionsFantastiques, ou l'on pourra autant traiter des chefs-d'œuvres de la Hammer que des pépites du cinéma bis transalpin, en passant par les slashers des 70's/80's ; mais surtout montrer un brin la richesse d'un cinéma fantastique aussi abondant qu'il est passionnant à décortiquer. Bref, veillez à ce que les lumières soient éteintes, qu'un monstre soit bien caché sous vos fauteuils/lits et laissez-vous embarquer par la lecture nos billets !


#24. Toxic Avenger de Lloyd Kaufman et Michael Herz (1984)

Si le dicton - discutable - veut que tout soit bon dans le cochon, la si magique firme Troma elle, s'est échiné à démontrer que si tout était con dans la série Z, tout était aussi particulièrement goûteux, car plus c'est gras : plus c'est bon (parole de consommateur de péloches grasses et faciles).
Pierre fondatrice de la firme, qui lui permit d'établir un modus operandi à la pertinance implacable (budget au ras des pâquerettes + jeu outrancier et totalement à côté de la plaque + un peu de cul et du gore à l'extrême : maximum de kiffe dans les vidéoclubs), The Toxic Avenger est sans doute aussi, si l'on est totalement honnête, le meilleur film de la machine à rêves tordus de Lloyd Kaufman, ici co-réalisateur du bébé avec Michael Herz.
Copyright Droits Réservés

Un pur sommet du politiquement incorrect satirique et totalement foutraque, prenant en grippe le genre super-heroïque (et plus directement Marvel, autant dans son titre que dans son mix à peine masqué entre Captain America et L'incroyable Hulk) en poussant le curseur de la lourdeur sur le seuil le plus élevé.
Assumant pleinement son penchant parodique, la péloche suit les aléas du pauvre Melvin, petite crevette qui sert de souffre-douleur pour les bodybuilders aux cerveaux atrophiés mais aussi par quasiment toute la population qui squatte le complexe sportif dans laquelle il bosse.
Mais suite à une énième humiliation, le bonhomme saute à travers une fenêtre - volontairement - et atterrit dans un camion transportant des déchets toxiques.
Contre toute attente, cela le transforme en un monstre imposant, un freak a la force monumentale qui ne cherche paq le chaos, mais bien à réparer les torts dans sa ville, et à persécuter les méchants...
Artisanal dans ses effets (joli terme pour dire salement fauché), profondément pitoyable dans son jeu d'acteurs (loin d'être un défaut en soi ici, fou mais vrai), trouvant le moyen d'être encore plus kitsch que les 80's elles-mêmes, le film est irrévérencieux et trash as hell, tellement décomplexé qu'il n'a même plus peur d'être dérangeant.
Copyright Droits Réservés

Vrai film d'horreur d'un point de vue technique (tout est terrifiant d'amateurisme), mais incroyablement riche dans sa manière de sonder les traumas de son époque, l'Amérique de Reagan (dénonciation du pouvoir politique, corrompu jusqu'à l'os, la bêtise crasse des yuppies et de sa culture de l'image, la pollution des grosses entreprises et le refus des évolutions écologiques), The Toxic Avenger est le fruit d'une époque révolue, un nanar - volontaire - généreux et totalement absurde, con comme ses pieds (donc souvent génial) et follement subversif.
Les mauvais films avaient du charme avant, et oui, même eux avaient des choses pas si bêtes et futiles à dire, entre deux plans de nichons, de gags régressifs et d'effusions de sang extrêmement cheaps.
Ah, les 80's...


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.