Critiques

[CRITIQUE] : Jusqu’ici tout va bien



Réalisateur : Mohamed Hamidi
Acteurs : Gilles Lellouche, Malik Bentalha, Sabrina Ouazani, Camille Lou,...
Distributeur : Mars Films
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Francais.
Durée : 1h30min

Synopsis :
Fred Bartel est le charismatique patron d’une agence de communication parisienne branchée, Happy Few. Après un contrôle fiscal houleux, il est contraint par l’administration de délocaliser du jour au lendemain son entreprise à La Courneuve. Fred et son équipe y font la rencontre de Samy, un jeune de banlieue qui va vite se proposer pour leur apprendre les règles et usages à adopter dans ce nouvel environnement. Pour l’équipe d’Happy Few comme pour les habitants, ce choc des cultures sera le début d’une grande histoire où tout le monde devra essayer de cohabiter et mettre fin aux idées préconçues.




Critique :


Jusqu'ici tout va bien c'est un peu ce que pourrait dire Gilles Lellouche depuis quelques mois, tant la carrière du bonhomme semble être béni par la grâce du bon goût avec une accumulation d'excellentes péloches aussi bien devant que derrière la caméra.
Idem pour le comique Malik Bentalha, dont les débuts sur grand écran aux côtés de son comparse Franck Gastambide, lui ont fait tutoyer les cimes du box-office hexagonale.
Les deux se retrouvent donc en vedette du nouveau film du même nom de Mohamed Hamidi, papa du sympathique feel good movie La Vache, qui avait su trouver son public et séduire la critique en salles, il y a tout pile - où presque - trois ans.
Totalement articulé autour du thème plus que commun du choc des cultures, usé jusqu'à la moelle par la comédie hexagonale au moins tous les six mois (la suite de Neuilly Sa Mère n'est pas si vieille), le film confronte des bobos parisiens qui la faute à un contrôle fiscale houleux, délocalise leur boîte - Happy Few - en banlieue, à la Courneuve, soit un monde bien, bien différent de celui dans lequel ils bossaient auparavant.


Facile, Jusqu'ici tout va bien l'est à limite de l'outrance en jouant plus que de raison au jeu des clichés et des caricatures qui s'opposent dans un bon gros feel good movie des familles prônant le bon vivre ensemble, saupoudré d'une réflexion plutôt habile sur la discrimination positive et d'une vision bienveillante et passablement bien amenée de la banlieue (qui n'est pas uniquement peuplée de voyous : merci Captain Obvious); de quoi désarmé un brin ceux qui avaient été agréablement séduit par la finesse de propos des deux précédents longs du cinéaste - surtout le très beau Né Quelque Part.
Fort heureusement, ce que la péloche perd en justesse et en originalité - voire même en émotion -, elle le gagne en humour plutôt bien senti ainsi que dans sa volonté de ne pas trop jouer sur la moralisation maladroite, bien aidé par des personnages attachants et croqués avec tendresse.
S'il n'est pas la comédie la plus prenante et plaisante du moment, Jusqu'ici tout va bien n'en est pas moins un sympathique feel good movie qui mérite son pesant de popcorn entre deux péloches post-oscar bien plus défendables...


Jonathan Chevrier 



John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.