Images

Premières images officielles pour Judy and Punch de Mirrah Foulkes


Un projet singulier que l'on suivra avant tout et surtout, pour la merveilleuse Mia Wasikowska...



Dans la catégorie des projets vraiment à part - et à la limite du WTF -, le film australien Judy and Punch de l'actrice Mirrah Foulkes - dont c'est le premier passage derrière la caméra - se pose bien là, lui qui incarne une adaptation sur grand écran et logiquement plus élaboré, d'un spectacle de marionnettes célèbre au Royaume-Uni, composé de courtes scènes et dont les deux personnages principaux sont Punch et sa femme Judy.

Le film devrait justement s'attarder sur les deux têtes pensantes du spectacle, les marionnettistes Judy et Punch tentent de ressusciter leur spectacle de marionnettes dans une ville show au seuil de la domination de la foule.

Dit comme ça, ce n'est pas joyeux et vu le résumé du spectacle (merci Wikipedia), ça l'est encore moins :
" Pris de jalousie, Punch décide d'étrangler son bébé. Judy court pour le sauver, et frappe Punch avec un gourdin jusqu'à ce que ce dernier, exaspéré, ramasse à son tour un gourdin et frappe sa femme jusqu'à la tuer. Il jette ensuite les deux corps hors de la maison, ce qui attire l'attention d'un policier. Punch se sauve mais est finalement arrêté par l'Inquisition qui le jette en prison. Il parvient cependant à tuer le bourreau Jack Ketch, et à s'échapper grâce à une clé dorée. Le reste de l'histoire est une allégorie montrant comment Punch parvient à triompher des maux de la chair : il triomphe ainsi de l'Ennui (incarné par un chien), de la Maladie (déguisée en docteur), de la Mort et même du Diable. "

 
On ne sait décemment pas ce que ça bien pouvoir donner cette version sur grand écran, mais la présence de la sublime Mia Wasikowska, couplée à celles de Damon Herriman et Don Bridges, suffit amplement pour attirer notre regard.
En voici ces premières images officielles - via The Playlist -, lui qui passera par la case Sundance d'ici janvier prochain.



Courtesy of Sundance Institute

Courtesy of Sundance Institute

Courtesy of Sundance Institute

John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.