Christian Gudegast

[CRITIQUE] : Criminal Squad


Réalisateur : Christian Gudegast
Acteurs : Gerard Butler, Pablo Schreiber, Curtis " 50 Cent " Jackson, O'Shea Jackson Jr,...
Distributeur : Metropolitan FilmExport
Budget : -
Genre : Thriller, Policier.
Nationalité : Américain.
Durée : 2h20min.

Synopsis :
Chaque jour, 120 millions de dollars en liquide sont retirés de la circulation et détruits par la Réserve fédérale de Los Angeles. Un gang de braqueurs multirécidivistes va tenter l’audacieux tout de force de mettre la main dessus. Mais, ils vont se heurter à une unité d'élite de la police qui n’a pas l'intention de jouer dans les règles de l'art. Tous les coups sont permis pour coincer ces gangsters prêts à tout.




Critique :




Il y a quelque chose d'assez triste lorsque l'on regarde la carrière en dents de scie du génial Gerard Butler, passé de second couteau de luxe dans d'excellentes séries B à figure de proue d'un monument du culte burné (Leonidas Forever), puis à " héros " de divertissements aussi foutraques que peu mémorables; tant le comédien n'a jamais vraiment su capitaliser sur la hype énorme de son rôle-titre de 300, même s'il peut depuis, porter des films sur son propre nom.
Mais cela ne nous empêche pas de férocement apprécier le garçon, toujours dix fois plus charismatique que la majorité des wannabe action men d'Hollywood.

Quelques semaines après le blockbuster apocalypstico-ridicule Geostorm, le revoilà avec un bon actionner musclé qui dépote, Criminal Squad, mis en boîte par le scénariste de La Chute de Londres, Christian Gudegast.



Projet au long cours accouché dans la douleur (le cinéaste le porte depuis 2002), Den of Thieves en v.o , transpire toute l'essence même du cinéma d'action des 80's/90's, totalement disparu des salles suite à l'avènement des blockbusters super-héroïques dès le début des années 2000 : une histoire simple mais à l'efficacité redoutable ou les frontières entre la loi et le crime est plus que brouillée (un braquage de la réserve fédérale de L.A, filmé à la fois du côté de la police que des hors-la-loi), dans un fight homérique entre gangsters et flics réglos/ripoux aux trognes atypiques, ou tous les coups seront permis dans la sacro-sainte Cité des Anges.
Citant joyeusement ses légendaires ainés (Heat en tête) dans un enchaînement de clichés inhérents au genre et de scènes d'action solidement charpentées (le tout est lisible et prenant), Criminal Squad incarne sans forcer une série B jouissive et franchement décomplexée, sommet de virilité pure efficace et maitrisée (le script ne pète pas trois pattes à un canard, mais tient tout du long la route) où les balles fusent autant que la testostérone dégouline des ses interprètes vedettes, tout de muscles et de tatouages sortis.


Côté casting, avec une barbe touffue et un gun affuté, Gerry Butler en impose en flic bouffé par l'alcool mais père aimant, tout autant que le mésestimé Pablo Schreiber, leader du gang de braqueurs d'élite aussi bestial qu'il est charismatique.
Constamment en mouvement, tendu et régressif/extravagant juste ce qu'il faut, le premier long de Christian Gudegast est un thriller solide, western haletant sur un hold-up rondement bien mené jusqu'à un final jubilatoire.
Ne boudons pas notre plaisir, pour une fois qu'une bonne série B de luxe atteint nos salles obscures et non nos bacs à DVD/Blu-ray, autant se jeter dessus sans trop réfléchir.


Jonathan Chevrier

John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.