Adil El Arbi

Bad Boys For Life : Le duo Adil El Arbi et Bilall Fallah à la réalisation ?


Pourquoi pas, mais ils sont déjà rattachés à un autre gros projet mal en point, Le Flic de Beverly Hills 4...



On le sentait venir, vu la frénésie un poil boulimique qu'avait ce bon vieux Joe ces dernières mois, à enchainer les projets plus fous les uns que les autres (Uncharted Movie, Five Against a Bullet, The Raid US), mais quand même, l'annonce de son départ en mai dernier du très alléchant Bad Boys For Life, nous en foutait gros sur la patate, surtout que le bonhomme - qui avait écrit la version finale du script -, était réellement enthousiaste au sujet de ce troisième opus de la franchise.
" Ce n'était pas vraiment compliqué de trouver le principal antagoniste, alors que cela aurait dû l'être. Après tellement d'années passées dans le système, après avoir créé tous ces ennemis et accumulé toute cette expérience, ça devrait être facile. Mais je ne veux rien dire d'autre parce que je ne veux pas ruiner la finesse de l'identité de notre antagoniste parce que je pense que c'est vraiment cool. Ce n'est pas une seule personne, c'est une hydre à plusieurs têtes, c'est tout ce que je dirai. Et ça fonctionne merveilleusement bien."
" Je pense qu'il sera classé R. Nous n'essayons pas de faire une version PG-13 de Bad Boys. Nous n'avons pas encore parlé de la classification mais les deux films précédents étaient R. Deadpool aussi était R et il a rapporté 800 millions de dollars. Le nouveau Wolverine aussi est R. Ma théorie est que les gens sont plus intéressés par des films R que des PG-13. Je pense que le PG-13 actuel est entre les deux. Cela ne répond à aucune loi fondamentale qui pourrait nous expliquer qu'un film a connu le succès parce qu'il était PG-13. Prenez la trilogie Matrix par exemple, elle a cartonné et tous ses films étaient R. Donc, à moins que les choses ne changent, nous faison un film Bad Boys, et il sera classé R." Joe Carnahan
Mais voilà, comme annoncé par le Hollywood Reporter, Carnahan avait donc quitté le projet, pour causes de " différents artistiques ", même si l'on sait que la non-activité du projet depuis près d'un an (et les attitudes digne d'une girouette, de Will Smith dont l'implication n'est toujours pas définitivement gravée dans la roche), a certainement été la goutte de pisse qui a fait déborder la cuvette, et causer son départ.


Pire, c'est Sony Pictures qui en remettait une couche cet été puisque le projet, dont la sortie était un temps actée pour le 8 novembre 2018 dans les salles US, vennait carrément d'être annulé du planning de sortie de la major.
Comme redouté, le film semblait avoir subit le syndrome " Flic de Beverly Hills ", dont le développement est quasiment mort et enterré depuis des lustres - même si Paramount fait encore un poil semblant d'y croire avec les présences des deux réalisateurs belges à sa barre, Adil El Arbi et Bilall Fallah.

Ironie du sort - ou pas -, le site Deadline nous annonce aujourd'hui que c'est justement les deux réalisateurs, que l'on retrouvera à la tête de leur second long d'ici le 21 février prochain dans les salles obscures hexagonales - Gangsta -, viennent justement embaucher par Sony pour sauver Bad Boys For Life des enfers !
Mieux, le film pourrait débuter ses prises de vues d'ici août prochain, le scénariste Chris Bremner ayant offert un ultime coup de poliche sur le script de Carnahan; alors que dans le même temps, une série spin-off est actuellement en préparation chez NBC.
On aime bien les deux papas de l'étonnant Black, mais on reste tout de même un brin dubitatif quand à leur implication dans le projet, eux qui semblent de plus en plus, à l'instar du duo Julien Maury/Alexandre Bustillo dans le cinéma de genre, incarner des sauveurs maladroits de franchises qu'ils chérissent...

John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.