Critiques

[CRITIQUE] : M


Réalisateur : Sara Forestier
Acteurs : Sara Forestier, Redouanne Harjane, Jean-Pierre Léaud,...
Distributeur : Ad Vitam
Budget : -
Genre : Drame.
Nationalité : Français
Durée : 1h38min

Synopsis :
Mo est beau, charismatique, et a le goût de l'adrénaline. Il fait des courses clandestines. Lorsqu'il rencontre Lila, jeune fille bègue et timide, c'est le coup de foudre. Il va immédiatement la prendre sous son aile. Mais Lila est loin d'imaginer que Mo porte un secret : il ne sait pas lire.



Critique :


Talent brut d'un septième art hexagonal qui a encore une féroce tendance à ne pas la célébrer à sa juste valeur, véritable comédienne polymorphe capable de relever tous les défis (elle collectionne les rôles difficiles) avec une grâce remarquable, Sara Forestier est une comédienne à part, mais définitivement indispensable dans le paysage du cinéma made in France.
Le fait qu'elle décide de passer pour la première fois derrière la caméra, incarne donc un évènement majeur, même au sein d'un mois de novembre (très) riche en sortie.
Projet de longue haleine (elle le porte depuis près d'une décennie), un temps promis à Adèle Exarchopoulos avant que celle-ci ne décline la proposition, M, sublime drame à fleur de peau, n'aurait sans doute pas été le même doux choc sensoriel sans l'implication sans bornes de sa réalisatrice, également devant la caméra.
Véritable catalyseur d'empathie, elle incarne avec force et authenticité Lila, une jeune femme bègue totalement bouffée par son handicap tant elle ne parvient pas à le surmonter, malgré son amour des mots et de la poésie.


Cible des moqueries autour d'elle, elle s'éprendra pourtant de Mo, trentenaire illettré qui " gagne " sa vie dans des courses illégales.
Malgré leur incompatibilité communicative, l'amour puissant qui les lie va leur permettre de se libérer de ses blocages qui les déstabilisent et leur font honte.
Vrai drame plein de tendresse pour ses personnages, sur un problème de société important (l'illettrisme) ainsi que la honte et les préjugés faciles qui en découlent, tout autant que sur l'importance de la communication et de la maîtrise de la langue de Molière dans la société contemporaine; M est un joli premier essai, très Kechiche dans l'âme, pas dénué de quelques défauts (un jeu pas toujours juste, un symbolisme un brin forcé,...), mais à la sincérité et à la chaleur enivrante.
Plus lumineuse devant que derrière la caméra (c'est un premier film, sa mise en scène se cherche encore), Sara Forestier nous ouvre son coeur avec intensité et générosité.
Vivement un second long-métrage de sa part.


Jonathan Chevrier



John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.