Critiques

[CRITIQUE] : Rock'n Roll


Réalisateur : Guillaume Canet
Acteurs : Guillaume Canet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche, Yvan Attal,...
Distributeur : Pathé Distribution
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Français.
Durée : 1h30min.
Synopsis :
Guillaume Canet, 43 ans, est épanoui dans sa vie, il a tout pour être heureux.. Sur un tournage, une jolie comédienne de 20 ans va le stopper net dans son élan, en lui apprenant qu’il n’est pas très « Rock », qu’il ne l’a d’ailleurs jamais vraiment été, et pour l’achever, qu’il a beaucoup chuté dans la «liste» des acteurs qu’on aimerait bien se taper… Sa vie de famille avec Marion, son fils, sa maison de campagne, ses chevaux, lui donnent une image ringarde et plus vraiment sexy… Guillaume a compris qu’il y a urgence à tout changer. Et il va aller loin, très loin, sous le regard médusé et impuissant de son entourage.



Critique :



Et si ce bon vieux Guillaume Canet se " Apatow-isait " avec le temps ?
La question se pose bien-là avec son dernier long métrage en date, qui touche autant à l'esprit irrévérencieux de ses débuts de réalisateurs (la brillante satire sur la starification Mon Idole), qu'à une bonne vieille crise de la quarantaine sous fond de remise en question/lâcher prise, qui fait le sel du cinéma de l'un des papes de la comédie US.
Après le film de potes façon dramédie tire-larmes (Les Petits Mouchoirs) et le remake Scorcesien des Liens du Sang de Jacques Maillot (l'injustement boudé Blood Ties), Rock'n Roll offre une proposition assez unnique dans le paysage cinématographique français : un bon gros délire méta aussi insolent qu'il est totalement assumé de bout en bout.



Loin du simple craquage de slip en bon et du forme, Canet, qui n'a jamais caché son envie de titiller son image médiatique par le fondement (on pense autant au Débarquement sur la chaine cryptée, qu'au délire Les Infidèles), s'amuse à brouiller le vrai du faux au sein d'un trip bordeline, planifié par un véritable sale gosse masochiste et sans peur - surtout du ridicule.
En donnant l'impression d'avoir complétement péter les plombs, et en allant plus loin encore dans sa quête de réalisme WTF que le génial Eric Judor dans la série Platane - ou il figure également au casting des deux saisons -; le cinéaste fait de sa nouvelle réalisation, une tornade punk infiniment drôle et personnel, alignant les dialogues et les situations jubilatoires à la pelle.



Bourré d'auto-dérision, n'épargnant rien ni personne, riant de tout et encore plus de lui-même avec une maitrise évidente (aussi bien d'un point de vue scénaristique, que dans sa mise en scène enlevée), Guillaume Canet, bien accompagné par une Marion Cotillard déchainée (comme le laissait présager son excellente campagne promotionnelle sur les réseaux sociaux), se fait plaisir et ça se voit, dans ce qui est l'une des meilleurs comédies qui ait vu le jour dans l'hexagone ses dernières années.
La proposition Rock'n Roll ne plaira pas à tout le monde certes, mais elle ne laissera décemment personne indifférent.


Jonathan Chevrier


John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwoood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.