Critiques

[CRITIQUE] : La Fille de Brest


Réalisateur : Emmanuelle Bercot
Acteurs : Sidse Babett Knusden, Benoit Magimel, Charlotte Laemmel...
Distributeur : Haut et Court
Budget : -
Genre : Drame.
Nationalité : Français.
Durée : 2h08min.

Synopsis :
Dans son hôpital de Brest, une pneumologue découvre un lien direct entre des morts suspectes et la prise d’un médicament commercialisé depuis 30 ans, le Mediator. De l’isolement des débuts à l’explosion médiatique de l’affaire, l’histoire inspirée de la vie d’Irène Frachon est une bataille de David contre Goliath pour voir enfin triompher la vérité.



Critique :





Après une année 2015 triomphante, aussi bien devant (prix d'interprétation à Cannes pour sa prestation remarquable dans Mon Roi de Maiwenn) que derrière la caméra (le succès critique et public de son brillant La Tête Haute), la belle Emmanuelle Bercot n'en finit plus de nous étonner avec des projets toujours plus ambitieux les uns que les autres.


Cette fois-ci, elle est de retour en ce dernier trimestre de l'année ciné 2016 avec un nouveau film coup de poing, La Fille de Brest, inspiré du livre d'Irene Fachon " Mediator 150mg "; pneumologue, grâce à laquelle la dangerosité du médicament Mediator (un médicament coupe-faim) a été mise en évidence.


Film de commande sur le papier, La Fille de Brest n'en est pas moins une oeuvre férocement humaine et combative, le portrait plein de conviction d'une femme courage déterminée à faire éclater une vérité aussi incroyable que dévastratrice, en affrontant le puissant laboratoire Servier.

Véritable affrontement entre David et Goliath s'inscrivant dans la droite lignée du brillant Erin Brokovitch, pointant du doigt la lâcheté et l'avidité du monde médical grâce à la force d'une héroïne discrète et au pouvoir d'identification immédiat, n'hésitant pas à aller au front et se transcendant à mesure que son combat avance; la péloche est un thriller rigoureux façon film d'investigation passionnant et prenant, très documenté sans pour autant paraître pédant ni même assourdissant (malgré un dossier d'une extrême complexité), magnifié par une gestion du rythme aussi solide qu'énergique (Bercot à une maitrise du suspense et des rebondissements remarquable) et une interprétation incroyable d'une Sidse Babett Knudsen tout simplement sublime.


Figure réactionnaire, persévérante et combative, aux coups de gueule aussi marqués que son humanisme vibrant, l'actrice danoise livre une interprétation sans filtre et à coeur ouvert, aux côtés d'un Benoit Magimel, rarement aussi émouvant.
La Fille de Brest est un film aussi juste qu'il est brillant et soigné, un objet cinéphilique autant sincère que nécessaire dans son incarnation d'une dénonciation citoyenne viscéralement réaliste et jamais romanesque, prenant à bras le corps un combat encore douloureusement d'actualité.

Après La Tête Haute, Bercot signe une nouvelle pépite qui la place sagement tout en haut du panthéon des cinéastes hexagonaux les plus plaisants à suivre de ces dernières années.


Jonathan Chevrier



John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.