Critiques

[CRITIQUE] : Nos Pires Voisins 2


Réalisateur : Nicholas Stoller
Acteurs : Seth Rogen, Zac Efron, Rose Byrne, Chloé Grace Moretz, Dave Franco,...
Distributeur : Universal Pictures International France
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h33min.

Synopsis :
Mac et Kelly Radner, pour l’arrivée de leur deuxième enfant, sont enfin prêts à franchir l’étape ultime vers la vie adulte et déménager en banlieue. Mais alors qu’ils mettent tout en œuvre pour vendre leur maison, une sororité d’étudiantes décomplexées succède à l’ancienne fraternité de Teddy, les surpassant largement en termes de débauche et tapage nocturne. Les jeunes filles de Kapa Nu, Shelby flanquée de ses comparses, Beth et Nora, lassées du sexisme et de la rigidité du système universitaire, ont décidé de faire de leur QG l’antre de la contestation et de la liberté néo féministe. Et le fait que ce soit au cœur d’un quartier calme et résidentiel ne les en empêchera pas. Mac et Kelly avec l’aide de leurs amis Jimmy et Paula, vont transformer leur ancien ennemi juré Teddy, avec son charme et ses coups fourrés, en arme secrète. Sa mission : infiltrer la sororité, la conquérir pour mieux la diviser, la détruire, pour la forcer à déménager. Mais c’est mal connaître les ressources aussi créatives qu’implacables de cette bande déchainée d’amazones du XXIe siècle.



Critique :


Comment renouveler, voir même dynamiter tant qu'à faire, une comédie américaine contemporaine paresseuse et profondément engluée dans ses sales travers de productions familiales et populaires ?
Mais surtout comment réussir à lui faire traverser ses propres frontières là ou plusieurs pays - dont la France -, ne lui offre presque plus les honneurs d'une sortie dans les salles obscures ?

C'est la question à un million de dollars qu'est en train de se poser ce bon vieux Seth Rogen, dont les productions sont encore les seules à encore posséder la flamme de la folie pure US (Adam Sandler s'est rangé avec Netflix et Will Ferrell à déjà un peu pressé sur la pédale de freins depuis quelques temps).


Digne successeur de la méthode Apatow, Rogen et son comparse de toujours Evan Goldberg, ont donc décidés d'arpenter - tout comme MacFarlane -, la voie casse-gueule du trash, pour se démarquer du lot.
Sauf que contrairement au papa de la peluche vivante fumeuse de crack, les deux lascars avaient décidés de faire grimper d'un gros cran, les limites du politiquement correct au cinéma.


De This is The End au méchamment buzzé The Interview en passant par le déjà castré de salles Sausage Party (de loin la comédie la plus attendue de l'année par chez nous), les deux bonhommes ont fait péter le compteur de la connerie tout autant que nos zygomatiques, avec un savoir-faire frisant lourdement avec le génie.

De retour en solo et à peine quelques semaines après la sortie en VOD (en catimini donc) du merveilleux The Night Before, Rogen nous revient en solo avec Nos Pires Voisins 2, suite direct de l'un des moments de cinéma les plus fendards de 2014, Nos Pires Voisins de Nicholas Stoller - un autre " Apatow guy " -; dans lequel le bougre de Seth et la sublime Rose Byrne faisait la gué-guerre au beau-gosse Zac Efron tout de tablettes de chocolat vêtu (et leader d'une fraternité 100% bordélique et obscène made in America), dans un sommet de divertissement pour adultes sauce frat comedy certes inégal mais pile poil comme on les aime.

Gros carton au moment de sa sortie (270M$ de recettes pour 18M$ de budget), la comédie devient donc franchise et retrouve le même casting - plus l'arrivée de Chloé Grace Moretz - pour une suite s'inscrivant dans la même veine, à savoir la lutte du joli couple de trentenaires Mac et Kelly Radner, qui attendent un heureux événement pour la seconde fois.
Prêt à déménager pour une résidence en banlieue, ils vont devoir vendre leur maison mais le hic, c'est qu'après la fraternité masculine qu'ils avaient réussis à vaincre deux ans plus tôt, les voilà cette fois face à une sororité tout aussi décomplexée; les jeunes filles de Kapa Nu.


Dominée par Shelby, la baraque voisine des Radner est appelé à devenir l’antre de la contestation et de la liberté néo féministe.
Décidés à lutter contre elles pour mener à bien la vente de leur maison, Mac et Kelly vont s'associer avec leur ancien ennemi juré, Teddy, qui va infiltrer la sororité, la conquérir pour mieux la diviser, la détruire, pour la forcer à déménager.

Mais c’est mal connaître les ressources aussi créatives qu’implacables de cette bande déchainée d’amazones du XXIe siècle...

Joussivement régressif mais surtout réellement trash comme le premier opus - et même bien plus encore -, Nos Pires Voisins 2 est un festival de gags politiquement incorrect et délirant, un party movie fandard et efficace, sorte d'habile mélange entre le cultissime American College et Projet X version 2.0; le tout avec un vrai propos derrière son océan de potacheries totalement assumées.


Loin de la suite facile même si la recette est la même, l'humour est cette fois bien plus féroce et drôle (plus que le film original), les moments d'anthologie sont bien plus marquant, et l'histoire se voit judicieusement épaulée par un sous-texte bien plus prenant et intéressant.

Si le premier opus faisait la part belle à la déconne avec une étude plus ou moins poussé du thème de la parentalité (un conflit générationnel entre des personnages qui nagent, en apparence, dans le bonheur et qui devaient choisir entre leur confort d'adulte, et le fantasme de leur jeunesse de plus en plus fuyante), Neighbors 2: Sorority Rising développe plus en amont ce sujet plus sérieux tout en creusant celui de l'amitié, l'émancipation et même du féminisme; avec une bande d'étudiantes luttant contre le sexisme ambiant du monde estudiantin et qui compte bien vivre leur jeunesses comme elles le sentent.

On est encore éloigné de la vision de la jeunesse féminine façon Harmony Korine (Springbreakers), et les clichés pointent toujours aussi durement le bout de leur nez, mais la bonne idée est bien là et elle permet au film de ne pas plonger dans les méandres du divertissement régressif lambda.


Plus réussi et fun que le premier film (et les suites surpassant les films originaux sont de plus en plus rares), Nos Pires Voisins 2 est une belle anthologie anarchique du délire constant,dopé à la surenchère et à la débauche épique, qui si elle n'incarne pas (une fois encore) le culte escompté, n'en reste pas moins une parfaite comédie estivale graveleuse et joyeusement politiquement incorrect.

Un joyeux bordel trash qu'il serait finalement fâcheux de manquer en salles (c'est bien les vrais moments de poilades qui manque en ce moment), entre deux blockbusters pétaradants...


Jonathan Chevrier

John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.