Balade entre les Tombes

[CRITIQUE] : Balade entre les Tombes


Réalisateur : Scott Frank
Acteurs : Liam Neeson, Dan Stevens, Boyd Holbrook, Brian " Astro " Bradley, David Harbour,...
Distributeur : Metropolitan FilmExport
Budget : 28 000 000 $
Genre : Policier, Drame, Thriller.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h31min.

Synopsis :
Ancien flic, Matt Scudder est désormais un détective privé qui travaille en marge de la loi. Engagé par un trafiquant de drogue pour retrouver ceux qui ont enlevé et assassiné sa femme avec une rare violence, Scudder découvre que ce n’est pas le premier crime sanglant qui frappe les puissants du milieu… S’aventurant entre le bien et le mal, Scudder va traquer les monstres qui ont commis ces crimes atroces jusque dans les plus effroyables bas-fonds de New York, espérant les trouver avant qu’ils ne frappent à nouveau…


Critique :

Depuis Taken, claque violente et frontale, complétement jouissive pour tout amateur de cinéma burné, Liam Neeson est devenu le nouveau cauchemar des Albanais, mais surtout le nouveau porte étendard des quinquagénaires un chouïa usés mais qui en ont encore dans le pantalon et dans le chargeur pour défourailler un max de méchants.

Un Charles Bronson des temps modernes, en plus expressif et attachant, mais surtout en mille fois plus dangereux, et surtout quand il n'a plus de flingue en main.

Et alors qu'on l'attend sans trop d'impatience dans le troisième opus de la lucrative franchise Taken, en tournage le mois prochain et toujours géré par Europa Corp et Lucky Luc Besson - le bonhomme qui produit de la bouse plus vite que son ombre dans l'univers de la série B hexagonal -, le Liam nous revient donc cette semaine à l'affiche d'un polar sensiblement burné et morbide, Balade entre les Tombes, signé et réalisé par le scénariste du sympathique Hors d'Atteinte et du culte Minority Report, Scott Frank, d'après un bouquin homonyme signé Lawrence Block.


Ou potentiel polar hard boiled comme on l'aime, à peine quinze jours après la sortie du jouissif et furieux Equalizer d'Antoine Fuqua, qui nous faisait espérer un brin que le Liam laisse tomber ses flingueries un temps pour revenir a du cinoche plus sérieux et puissant (remember le magnifique Le Territoire des Loups de Joe Carnahan).
Parce qu'il faut l'admettre, on l'aime beaucoup le bonhomme, mais les Neeson movies se suivent et se ressemblent de plus en plus avec le temps, au point que l'on en oublierait presque le grand acteur qu'il est...

Balade entre les Tombes ou l'histoire de Matt Scuder, ancien flic alcoolique qui suite à une grosse bavure, se reconvertira en détective privé, louant ses services aux plus offrants, même les hors-la-loi.
Pour sa nouvelle affaire, le bonhomme vient de se faire engager par un trafiquant de drogue, qui lui demande de retrouver les meurtriers de sa femme, atrocement mutilée.

Pour se faire, Scuder va devoir plonger au plus profond de la face sombre de New-York, au plus près des ténèbres...

Qu'on se le dise tout de suite, et ce même si la bande annonce laissait présager un chouïa le contraire, ce n'est pas avec ce polar bancal mais divertissant, que ce bon vieux Liam Neeson se détachera de l'image de tataneur qu'il s'est efforcé de faire perdurer depuis plus de cinq ans maintenant.


Dommage, car les aventures du personnage inventé par Lawrence Block, déjà campé auparavant sur grand écran par l'inestimable Jeff Bridges dans Huit Millions de Façons de Mourir de Hal Ashby, avait tout pour lui offrir matière à échapper un temps, à ses " Takeneries ".

Pour autant, Balade entre les Tombes n'est pas si mauvais que ça, bien au contraire.
Si on peut aisément lui reprocher de jouer la carte de la facilité avec sa trame prévisible et ultra-simpliste - Neeson traque des flics pourris pendant près de deux heures -, et des vilains XXL qui pourrait presque se voir calqué sur les savoureuses péloches burnés des années 90, du saumon agile Steven Seagal (au choix : Designé pour Mourir ou encore Echec et Mort), et que les thèmes abordés (la justice, la rédemption, le héros face à ses démons), en revanche, difficile de ne pas saluer les partis-pris de son metteur en scène.

Via une esthétique proche des thrillers léchés des 90's - Se7en et Le Silence des Agneaux en tête -, Scott Frank iconise à mort un Scuder badass mais dévoré par les remords dans une ambiance volontairement délétère et morbide, aux francs atours de film noir franchement déroutant mais inédit (les victimes sont ici des trafiquants tandis que les bourreaux sont campés par des flics psychopathes), rendant les passages obligés du genre bien plus ludique et intéressant à suivre.
Mieux, même la mise en scène inventive et élégante du bonhomme, tendait à pousser vers le haut un film qui avait tout de la série B hautement efficace.

Le gros soucis au fond qui caractérise A Walk Among Tombstones en v.o, et qui l'empêche de pleinement emporter l'adhésion, ce sont ses nombreux défauts narratifs, ses sous-intrigues plombant l'intrigue principal pourtant solide, une morale éculée, ses caractérisations de personnages limités et clichés (le personnage du jeune Astro que le héros prend sous son aile, juste là pour appuyer les remords de Scuber) mais surtout son final hautement expéditive, bâclée et à la limite du ridicule.


Reste que, comme toujours, l'essentiel est sauf puisque l'immense Liam Neeson assure et fait le job, impérial et charismatique à souhait dans la peau d'un Matt Scuber qui lui va bien, mais qui aurait clairement pu lui aller bien mieux.

Pas le thriller noir et toxique de l'année et encore moins de la rentrée, Balade entre les Tombes n'en est pas moins une jolie récréation divertissante (à l'instar de Ninja Turtles) et sombre entre des péloches d'une qualité bien plus conséquente (Gone Girl depuis mercredi, Samba mercredi prochain et Fury d'ici deux semaines).

Tout ce que l'on peut espérer d'un Neeson movie - quoiqu'un poil au dessus du lot de ses précédents longs tout de même -, en attendant que celui-ci revoit, on l'espère, un brin à la hausse ses futurs choix de carrière...


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.