Bourne

Matt Damon de retour (réellement) dans la franchise Bourne ?


On le sait, le film a tout récemment été repoussé à juillet 2016, voilà peut-être la raison...


La Paramount a lancé une grosse bombe sur l'année 2016 avec sa line-up de malade, contenant en gros (retenez votre souffle) G.I.Joe 3 de Jon Chu (?, Hansel et Grettel 2 de Tommy Wirkola (?), Le Flic de Beverly Hills 4 de Brett Ratner, Star Trek 3 de Roberto Orci, Transformers 5 de Michael Bay (on rigole, quoique...), Paranormal Activity 5 et le remake de Ben Hur signé Timur Bekmanbetov !

Difficile pour la concurrence de pouvoir justement, concurrencer cette importante liste de blockbuster...
Universal elle, va tenter de faire grand bruit avec son Bourne 5, qui cristallise beaucoup d’espérance après un Jason Bourne : L'Héritage qui, aussi décevant fut-il, avait eu au moins le mérite d'être un reboot divertissant et cohérent, rattaché à une trilogie originale clos avec brio par le duo Damon/Greengrass.

Et si côté box-office le film n'a pas entièrement convaincu (276 millions de dollars de recettes pour un budget jonglant entre les 125/150M$), Universal elle, croit encore en son poulain mais surtout en Jeremy Renner, Vrai satisfaction du métrage qui n'a pas encore fini d'usé de son tout frais statut de bankable, qui sera de nouvelle fois confirmé en 2015 avec Age of Ultron et M:I-5.

Avec Justin Lin à la réalisation, et Anthony Peckham - l'excellent scénariste du sublime Invictus de Clint Eastwood, mais également des deux premiers Sherlock Holmes de Guy Ritchie - au script, le film a donc vu sa sortie repoussé à juillet 2016 par la major, et si on en suit un des journalistes du très sur Latino Review (qui se baserait sur une source über solide), la raison d'un tel report aurait un nom... Matt Damon !

On le sait, depuis quelques temps maintenant, le célèbre Jason Bourne n'a de cesse de répéter qu'il ne serait pas contre en être pour une ultime aventure de son agent favori (même si ses exigences premières restent toujours la présence derrière la caméra de Paul Greengrass et un bon script), et quand on sait que Renner est également attaché à ce cinquième film qui devait être basé une nouvelle fois sur les péripéties d'Alex Cross, on peut sensiblement se mettre a rêver à une alliance exceptionnels des deux bonhommes, voir peut-être, d'un face à face alléchant.

Rien n'est gravé dans le marbre pour le moment, donc on ne s'enflamme pas, mais gageons que le Latino Review s'est très rarement trompé ces derniers mois dans ses scoops exclusifs...


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.