Critiques

[CRITIQUE] : Stronger


Réalisateur : David Gordon Green
Acteurs : Jake Gyllenhaal, Tatiana Maslany, Miranda Richardson,...
Distributeur : Metropolitan FilmExport
Budget : -
Genre : Drame, Biopic.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h59min.

Synopsis :
En ce 15 avril 2013, Jeff Bauman est venu encourager Erin qui court le marathon : il espère bien reconquérir celle qui fut sa petite amie. Il l’attend près de la ligne d’arrivée quand une bombe explose. Il va perdre ses deux jambes dans l’attentat. Il va alors devoir endurer des mois de lutte pour espérer une guérison physique, psychologique et émotionnelle.



Critique :


À une heure où le terrorisme est devenue une peur au quotidien ancrée dans la psyché commune, le septième art ne cesse d'en analyser toutes ses coutures à travers une pléthore de mise en images d'événements douloureusement réels, avec plus ou moins de pertinence.
Fatih Akin hier (In The Fade, actuellement en salles), Clint Eastwood demain (Le 15h17 pour Paris), on retrouve surtout David Gordon Green au présent avec Stronger, qui remet sur le tapis les terribles attentats de Boston du 15 avril 2013 quelques mois après le réquisitoire musclé de Peter Berg - Traque à Boston -; en s'attachant aux mémoires bouleversantes de Jeff Bauman, victime jusque dans sa chair - il sera amputé de ses deux jambes - de ce jour sombre de l'histoire américaine (et de l'humanité tout court).


Sans atteindre la fureur viscérale du formidable Un Jour dans la Vie de Billy Lynn d'Ang Lee, David Gordon Green, également moins doué caméra au poing que le papa du Secret de Brokeback Mountain - la mise en scène est classique au possible -, nous place habilement au coeur du conflit intérieur d'un homme détruit ayant lourdement payé le tribut de la bêtise humaine, qui va devoir se battre pour réapprendre à vivre et se reconstruire - tout comme la ville de Boston dont le parallèle est évident.
Malin, le cinéaste croque avec force et panache une peinture intelligente du patriotisme triomphant de l'American Way of Life, par la force évocatrice et férocement cinégénique du destin " héroïque " d'un ordinary guy pur et dur, qui va devoir gérer à la dure sa notoriété soudaine en plus de son retour brutal à la réalité.
Jeff est un type comme les autres, tiraillé autant par les deux femmes de sa vie, sa mère (possessive et étouffante) et sa petite amie (avec qui il entretient une relation en dents de scie, mais dont l'amour sincère est le moteur de son courage) que par une perte (légitime) d'estime de soi à la limite de l'auto-destruction maladive, qui n'a jamais réellement demandé à être la figure emblématique de la résilience Bostonienne; mais qui endossera pourtant la panoplie avec courage, pudeur et dignité.


Certes un peu facile comme tout drama à oscars, flirtant constamment du bon côté de la surenchère émotive (pas d'excès de sentimentalisme, même dans la composition des acteurs) pour provoquer les larmes - nombreuses - sans jamais les quémander, puissant et furieusement empathique grâce à la partition appliquée de son couple vedette, le caméléon Jake Gyllenhaal (habité) et la craquante Tatiana Maslany (lumineuse); Stronger est un film authentique et bouleversant qui fait mouche malgré ses grosses ficelles apparentes, et dont on ressort aussi lessivé émotionnellement que franchement conquis.
Une belle et grande histoire tragique et captivante. 


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.