Alexandre Coffre

[CRITIQUE] : Les Aventures de Spirou et Fantasio


Réalisateur : Alexandre Coffre
Acteurs :  Thomas Solivérès, Alex Lutz, Ramzy Bedia, Christian Clavier, Géraldine Nakache,...
Distributeur : Sony Pictures Releasing France
Budget : -
Genre : Comédie, Aventure.
Nationalité : Français.
Durée : 1h29min.

Synopsis :

Lorsque Spirou, prétendu groom dans un Palace, rencontre Fantasio, reporter en mal de scoop, tout commence très fort… et plutôt mal ! Ces deux-là n’ont aucune chance de devenir amis. Pourtant, quand le Comte de Champignac, inventeur aussi génial qu’excentrique, est enlevé par les sbires de l’infâme Zorglub, nos deux héros se lancent aussitôt à sa recherche. En compagnie de Seccotine, journaliste rivale de Fantasio, et de SPIP, petit écureuil espiègle, ils sont entrainés dans une poursuite effrénée entre l’Europe et l’Afrique. Spirou et Fantasio vont devoir faire équipe pour sauver Champignac… et accessoirement le reste du monde !


 
Critique :  




Il est toujours très facile de tirer sur l'ambulance, surtout quand elle se borne à rouler au ralentit avec une cible de cinq mètres de long flanquée sur son toit, et qu'elle se permet même de vous fournir suffisamment de chargeurs pour la dessouder au moins mille fois.
Plus qu'un appel au bashing intense, Les Aventures de Spirou et Fantasio du cinéaste opportuniste Alexandre Coffre (le faisandé Eyjafjallajökull), est la quintessence du nivellement vers le bas d'une production nationale s'étant mise en tête de pervertir la richesse incroyable du 9ème art franco-belge, à coup de péloches bousillant dans les grandes largeurs des oeuvres à la mythologie imposante pouvant pleinement s'épanouir sur grand écran; à raison d'une adaptation un minimum respectueuse bien évidemment.


Catastrophique de bout en bout, décalque crétin de la méthode Astérix (gros casting + scénar inoffensif et standardisé) en beaucoup moins drôle - aucun sourire en coin à l'horizon - et inspiré, tout sonne faux dans cette aventure abracadabrantesque ou Coffre ne convoque jamais un quelconque sentiment de respect/révérence envers le matériau d'origine, donnant cruellement au spectateur, aussi indulgent soit-il, l'impression d'assister à une vulgaire parodie pleinement cautionnée par l'achat d'un billet s'étant lui-même auto-déchiré dès l'entrée en salles.
De sa conception puérile indigne d'une aventure du tandem (plus exaspérant et incompatible que jamais à l'écran) en passant par l'absence totale d'intérêt au sein d'une intrigue prétexte rarement cohérente et encore moins prenante, le film est la preuve criante de l'incapacité qu'à Coffre de raconter une histoire un poil ambitieuse, et de l'emballer sans un râle laborieux à chaque plan.

 

Conçu comme un divertissement familial de masse visant à racoler sans foi ni loi nos petites têtes blondes, Les Aventures de Spirou et Fantasio, pas même sauvé par ses interprètes (seul Ramzy Bedia tire son épingle du jeu et sauve les meubles), est un embarrassant moment de cinéma, ennuyeux et sans saveur.
Le préférer aux grosses sorties de la semaine serait presque criminel...



Jonathan Chevrier



John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.