Chroniques

[FUCKING SÉRIES] : The Chi : Le Chicago de Lena Waithe


(Critique - avec spoilers - de l'épisode pilote).


BFF atypique et pince-sans-rire du volubile attachant Aziz Ansari dans la merveilleuse Master of None, l'actrice Lena Waithe et sa coolitude assumée, passe à la vitesse supérieure sur le câble US - Showtime - en chapeautant rien de moins que sa première série, The Chi, véritable show mumblecore une poignée d'âmes dans une Chicago plus vivante et vibrante que jamais.
Portrait choral à forte tendance autobiographique axée sur la communauté afro-américaine du quartier de Chatam, The Chi se nourrit autant de la bouillante cité du Michigan (filmé avec autant d'amour que la Grosse Pomme sous la houlette d'Ansari avec sa série) que du passé de sa créatrice, dans sa mise en images engagée et appliquée d'une riche mosaïque de personnages finement croqués qu'un événement majeur va (ré)unir - deux meurtres.




 
Sans forcer le trait, chaque héros - uniquement masculins pour le moment - aux parcours et aspirations diverses, sont plaisant à suivre (Kevin et Emmett en tête) et le mélange des genres qui animent l'intrigue (on passe habilement du drame au thriller ou à la romance en une séquence) au ton proche du documentaire, rendent ce serie première aussi grisant que prometteur dans sa vision pas forcément originale mais sincère, des quartiers défavorisés US où le quotidien en apparence paisible peut se voir bouleversée du jour au lendemain.
Lena Waithe prends le pouls dynamique de ses contemporains pour signer un show à la portée universelle, et si sa démarche n'est pas encore assurée (à la différence du King Spike Lee avec la merveilleuse She's Gotta Have It), elle est suffisamment entraînante pour faire de ce drama humain et solide, l'une des jolies nouveautés du moment.



Jonathan Chevrier



John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.