Critiques

[CRITIQUE] : Indian Palace - Suite Royale


Réalisateur : John Madden
Acteurs : Maggie Smith, Judi Dench, Bill Nighy, Richard Gere, Dev Patel,...
Distributeur : Twentieth Century Fox France
Budget : -
Genre : Drame, Comédie.
Nationalité : Britannique, Américain.
Durée : 2h03min.

Synopsis :
Maintenant que l’hôtel Marigold affiche complet, ses directeurs, Muriel Donnelly et Sonny Kapoor songent à l’agrandir. Ils ont justement trouvé l’endroit idéal pour ouvrir un deuxième établissement. Tandis que le projet avance, Evelyn et Douglas qui travaillent désormais à Jaipur, se demandent où leurs rendez-vous réguliers autour des délices de la cuisine indienne vont les mener. Norman et Carole essaient de maîtriser les difficultés d’une relation exclusive, et Madge hésite entre deux prétendants aussi intéressants l’un que l’autre. Récemment arrivé, Guy Chambers trouve sa muse en la personne de Mme Kapoor la mère de Sonny, pour écrire son nouveau roman. Sonny doit très bientôt épouser Sunaina, l’amour de sa vie mais il est de plus en plus absorbé par le nouveau projet d’hôtel, qui exige tout son temps… Seule Muriel pourrait peut-être avoir des réponses : personne n’a de secret pour elle. Alors que le grand jour approche, l’ivresse de la préparation d’un mariage traditionnel indien s’empare de tout le monde…


Critique :


Force est d'admettre que lors de sa sortie dans les salles obscures en 2012, le sympathique et exotique feel good movie Indian Palace signé John Madden (le sur-estimé Shakespeare in Love) avait méchamment partagé les cinéphiles que nous sommes.

Fable britannique classique sauce sucrerie attachante sur des séniors sans attaches plongeant dans l'inconnu (l'Inde) pour les uns, chronique méchamment académique et informe bourrés jusqu'à la gueule de clichés Bollywoodiens suivant des petits bourgeois british à l'optimisme ringard et insupportable pour les autres; Indian Palace a divisé, et le mot est faible.

Plus de la première catégorie tout en étant pleinement conscient de ses limites et de ses nombreux défauts, nous avions été agréablement étonné et séduit par cette belle bande de septuagénaires/octogénaires en fin de vie voulant s'offrir une dernière grande aventure en quittant leur Angleterre natale pour un hôtel délabré au sein d'une mégalopole indienne bouillonnante.


Une histoire à la tendresse follement touchante qui, cerise sur le gâteau, se voyait porté par casting méchamment talentueux (les précieuses Maggie Smith et Judi Dench, le vénéré Bill Nighy ou encore Dev Patel pour ne citer que).

Reste que, malgré le joli plaisir coupable qu'il incarnait, l'idée de le voir se transformer en une franchise avec une surprenante suite paraissait loin d'être évidente - et encore moins nécessaire - à nos yeux, le film original se suffisant clairement à lui-même.
Même si il est certain que la possibilité d'y retrouver tous les attachants personnages du premier volet ajoutée à la présence classieuse du beaucoup trop rare Richard Gere, était clairement suffisante pour nous donner envie de nous rendre de nouveau dans les salles obscures pour y suivre les aléas du Marigold Hotel.

Indian Palace - Suite Royale donc, ou l'itinéraire triomphant du Best Marigold Hôtel donc, qui affiche désormais complet.
A tel point que ses directeurs Muriel Donnelly et Sonny Kapoor, songeraient à désormais à l'agrandir, ils ont d'ailleurs justement trouvé l'endroit idéal pour ouvrir un deuxième établissement.

Tandis que le projet avance, Evelyn et Douglas qui travaillent désormais à Jaipur, se demandent où leurs rendez-vous réguliers autour des délices de la cuisine indienne vont les mener.
Quand à eux, Norman et Carole essaient de maîtriser les difficultés d'une relation exclusive, et Madge hésite entre deux prétendants aussi intéressants l'un que l'autre.


Récemment arrivé, Guy Chambers a trouvé sa muse en la personne de Mme Kapoor, la mère de Sonny, pour écrire son nouveau roman.
Sonny doit très bientôt épouser Sunaina, l'amour de sa vie mais il est de plus en plus absorbé par le nouveau projet d'hôtel, qui exige tout son temps.
Seule Muriel pourrait peut-être avoir des réponses : personne n'a de secret pour elle.

Alors que le grand jour approche, l'ivresse de la préparation d'un mariage traditionnel indien s'empare de tout le monde...

Reprenant exactement les mêmes recettes qui ont fait le succès du premier opus au point d'en être presque un remake nettement plus maitrisé et pertinent, The Second Best Exotic Marigold Hotel (titre correspondant bien plus que celui vf) réussi la prouesse de surpasser de la tête et des épaules Indian Palace premier du nom en jouant pleinement sur l'attachement profond du spectateur pour ses protagonistes plus en forme que jamais dans la douce folie désordonnée de leur quotidien, mais surtout en faisant de cette suite certes dispensable, un beau et solaire moment de cinéma.

Pétillant, influencé, rythmé et raffiné, ne souffrant nullement de l'absence - logique - de l'effet de surprise, dénué de tout conflit générationnel (optimiste, il prône l'entraide entre les jeunes et leurs ainés) et luttant même contre plusieurs idées préconçues déjà esquissés auparavant, Suite Royale offre de nouveau une lumineuse leçon de vie ainsi qu'un parallèle étonnant entre réalité et fiction (les acteurs vieillissant, revendiquant leur droit de continuer leur métier face à une industrie privilégiant la jeunesse éternelle, tout comme les personnages revendiquent leur droit de continuer à jouir de la vie même si elle est dans son money time) et un habile mélange entre le classicisme de la comédie britannique et l'exubérance colorée et épicée de Bollywood jusque dans son excellente bande originale.


Pouvant exister par lui-même sans la vision du premier film en usant d'une intrigue certes tout aussi simpliste - et pétri de maladresses - mais charmante, et faisant judicieusement de la ville de Jaipur un véritable personnage à part entière (exit le cliché carte postal et bonjour la richesse de la culture indienne qui transparait formidablement à l'écran), la péloche incarne une magnifique chronique sur le troisième âge, l'acceptation de l’inéluctabilité (la vieillesse, la solitude ou encore la maladie) tout en prenant la forme d'une formidable réunion entre amis visiblement heureux de se retrouver devant la caméra d'un John Madden assurant le service minimum à la réal.

Si l'on se délecte de voir les précieux Judi Dench et Bill Nighy se tourner autour comme deux adolescents timides, ou encore de la partition débordante d'enthousiasme du génial Dev Patel, c'est surtout la classe éblouissante de Maggie Smith et Richard Gere qui marque la rétine du spectateur.

La première, dont les années ne semblent jamais atteindre l'aura rayonnante, éclabousse de sa prestance so british le métrage tandis que le second lui, est tout simplement indécent de charisme.

Chaleureux et à la bonne humeur communicative, ne cassant pas trois pattes à un canard mais s'avérant suffisamment enchanteur et naïf pour séduire les cinéphiles les plus réfractaires du genre, Indian Palace - Suite Royale est un souriant hymne à la vie, une balade délicate, touchante et lumineuse dans les rues de Jaipur au casting impeccable.


Bref, un pur feel good movie solaire comme on les aime.

Tellement que, finalement, et même si la pertinence d'un troisième opus reste très relatif, on ne serait décemment pas contre une nouvelle tranche de vie du Best Marigold Hotel sur grand écran...


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.