Alexandra Daddario

[CRITIQUE] : Percy Jackson : La Mer des Monstres

 

Réalisateur : Thor Freudenthal
Acteurs : Logan Lerman, Brandon T. Jackson, Alexandra Daddario, Jake Abel, Nathan Fillion, Stanley Tucci,...
Distributeur : Twentieth Century Fox France
Budget : -
Genre : Fantastique, Aventure.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h46min.

Synopsis :
Percy Jackson ne sent pas vraiment l’âme d’un héros. Même s’il a déjà sauvé le monde, ce demi-dieu se demande si ce n’était pas tout simplement un coup de bol extraordinaire. Lorsqu’il découvre que son demi-frère est un monstre, il commence même à penser qu’être le fils de Poséidon est peut-être une malédiction. Mais il ne va pas avoir le temps de méditer sur le sujet car la barrière de protection divine qui protège le Camp des Sang-Mêlé est attaqué par une horde de monstres mythologiques, menaçant de détruire le sanctuaire des demi-dieux. Pour sauver leur seul refuge, Percy et sa bande doivent se lancer à la recherche de la légendaire Toison d’Or.
Leur périple va les conduire dans une odyssée à hauts risques sur les eaux inexplorées et mortelles de la Mer des Monstres, plus connue des humains sous le nom de Triangle des Bermudes. Ils devront faire face à d’incroyables créatures fantastiques : d’un taureau mécanique cracheur de feu, à des créatures des mers terrifiantes, en passant par des cyclopes géants. Et même d’autres demi-dieux à la loyauté douteuse... Les enjeux sont plus importants que jamais : si Percy échoue, le Camp des Sang-Mêlé disparaîtra à jamais et l’Olympe s’effondrera.


Critique :

De tous les wannabe Harry Potter, Percy Jackson était l'un des plus sympathique à suivre, mais surtout, malheureusement le plus proche de son illustre ainé.

Un héros au nom proche (Harry/Percy), qui se découvre une destinée jusqu'alors inconnue (l'un est appelé à devenir un grand sorcier, l'autre est le fils du Dieu Poséidon).
Un jeune héros amené à étudier ses potentielles pouvoirs dans une école fait pour (Poudlard pour Harry, la colonie des sang-mêlé pour Percy), il va se lier d'amitié avec deux autres ados de sa condition, un gars et une fille pour la parité des sexes (Hermione et Ron pour le premier, Annabeth Chase et Grover pour le second).
Avec eux, il combattra une pléthore de méchants et de monstres en tout genre dans des aventures toutes plus ou moins fantastiques, mais profondément ancrées dans le monde réel.

Et histoire de pousser encore un petit peu plus loin le vice, le réalisateur de chaque premier opus des deux franchises est le même, Chris Colombus, ou l'une des sources sures du divertissement pour mioches made in Hollywood.


Pour cette suite, qui il faut l'avouer, fait un peu tâche en plein été des blockbusters, exit Colombus et bonjour Thor " Palace pour Chiens " Freudenthal, metteur en scène sans grand talent qui n'a d'épique dans sa carrière que son nom de famille, et encore...

Si le premier film, Le Voleur de Foudre, était hautement sympathique grâce à son aspect enfantin et familiale, un univers riche très bien développé et des SFX propret et classieux, La Mer des Monstres lui, suite direct des aventures du Percy, tentera de tout son long, de reproduire la même recette avec une ambition plus marquée et action nettement plus présente sauf que... bah sauf que ça marche pas, le cocktail n'est pas du tout reproduit et pire même, il parait complétement indigeste si on s'amuse à faire le comparatif, au minimum, avec la première aventure.

Visuellement assez moche - les monstres puent les SFX foireux et le manque de fluidité, et que dire de l'utilisation à outrance de fonds vert -, über simpliste dans son récit - là ou le bouquin paraissait très riche en sous-intrigue diverses -, sans chercher une seule seconde à exploité la majeure partie des thèmes abordés, lent et avec un ton fantaisiste assumé difficilement digérable pour qui ne sait vraiment pas - ou plus -, retomber dans l'enfance pendant plus d'une heure et demie, La Mer des Monstres aka Le Triangle des Bermudes en fait pour faire moins mythologique, se foire souvent là ou le premier opus marquait des points, et incarne tout ce que ne doit pas être une suite de franchise à " succès ".


Alors certes, sans être trop injuste avec, la bande est carrément moins amusante et enlevée que prévue, elle reste tout de même assez divertissante, via quelques scènes d'actions plutôt fun même si elles ne sont pas complétement servies par une mise en scène peu inspiré et une 3D franchement inutile.

Blockbuster sans saveur produit sans la volonté de prendre le moindre risque, pas drôle du tout, maladroit - surtout quand la morale du film est une morale à deux balles qui pousse à la tolérance et à la fraternité, notamment via le frangin cyclope du Percy -, mal joué (Nathan Fillion et Stanley Tucci semblent ailleurs, et on aurait aimé que le génial Logan Lerman le soit également, tant sa performance fait moche sur son c.v après le magnifique Le Monde de Charlie) des causes d'une psychologie des personnages inintéressante et même inexistante - on vous met au défi de retenir aux moins deux noms des personnages principaux, hors Percy -, et plombé par un vilain sans l'ombre d'un charisme, le bateau Percy Jackson 2 qui vogue sur La Mer des Monstres, coule de toute part et n'a aucun échappatoire pour éviter son naufrage.

C'est con, surtout qu'un teen movie fantastique sans romance - tout le monde y est plus ou moins cousins, donc comme c'est du PG ça aide pas à faire les bails -, ça avait quand même le mérite d'avoir sa place en salles.


Sachant que le second volet a peu été produit à l'improviste vu le succès moyen du Voleur de Foudre, et qu'il ne devrait pas non plus cartonné dans les salles en mois d'aout, sauf miracle, on risque donc difficilement d'avoir droit à un troisième opus de si tôt au cinéma.

Un mal pour un bien ?
C'est pas nous qui dirons le contraire en tout cas...


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.