Critiques

[CRITIQUE] : Paddington 2


Réalisateur : Paul King
Acteurs : Guillaume Gallienne/Ben Whishaw (Paddington), Hugh Bonneville, Hugh Grant, Sally Hawkins,...
Distributeur : StudioCanal
Budget : -
Genre : Animation, Comédie, Famille.
Nationalité : Français, Britannique.
Durée : 1h44min.

Synopsis :
Installé dans sa nouvelle famille à Londres. Paddington est devenu un membre populaire de la communauté locale. A la recherche du cadeau parfait pour le 100e anniversaire de sa chère Tante Lucy, Paddington tombe sur un livre animé exceptionnel. Il se met à multiplier les petits boulots dans le but de pouvoir l’acheter. Mais quand le livre est soudain volé, Paddington et la famille Brown vont devoir se lancer à la recherche du voleur…
 


Critique :
 


Que serait des fêtes de fin d'année sans un beau et grand divertissement familial aussi drôle que pétri de bons sentiments ?
Bonne nouvelle, en 2017 c'est par deux que ces films débarqueront sous le sapin de nos salles obscures, et le même jour qui plus est : Santa et Cie du génial Alain Chabat, et Paddington 2 de Paul King.
Il y a trois ans maintenant, on avait adopté avec un certain amour, le rafraîchissement malin et enchanteur des aventures de l'Ours péruvien, personnage emblématique de la littérature enfantine anglaise créé en 1958 par Michael Bond, sincèrement chou comme tout à l'écran.



Bien plus riche qu'il n'en avait l'air sur le papier (le film était porté par une vraie réflexion sur la différence, tout en étant une véritable ode à l'enfance, à la tolérance, à l'amour et à la famille), le film se voit ainsi offrir une suite décemment plus ambitieuse et poétique, une grisante aventure visuellement époustouflante au sein d'un Londres fantasmé et folklorique - dans lequel King s'amuse à se moquer des valeurs et des mythes nationaux -, ou Paddington n'a rien perdu de sa gentillesse et de son optimisme, même avec un passage par la case prison !
Toujours autant fidèle au matériau d'origine, ce nouvel opus porté par un pitch cousu de fil blanc (tournant autour d'un Paddington et sa quête d'un livre pop-up pour sa tante Lucy), déploie néanmoins une épopée captivante et rythmé - notamment la course poursuite finale en train - à l'humour séduisant (les gaffes " Chaplin-esque " de l'ours séduiront les petits tandis que l'humour so british séduira bien plus les adultes).



Alors évidemment, les tares du premier opus sont toujours autant présentes (une émotion un poil trop prononcée, un public cible est un peu trop marqué au fer rouge...) mais le plaisir des yeux évident  que ce Paddington 2 procure aussi bien aux plus petits qu'aux plus grands, est infiniment précieux tant il incarne une tendre et colorée comédie familiale dénué de tout cynisme putassier, franchement idéal pour les fêtes de fin d'année.
Référencé, moderne et old school à la fois, sublimé par la partition génial d'un Hugh Grant parfait en vilain/narcissique égocentrique tout droit sortie d'un dessin animée de Tex Avery; la péloche est tout simplement irrésistible, et immanquable.


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.