3 Aventures de Brooke

[CRITIQUE] : 3 Aventures de Brooke


Réalisatrice : Yuan Qing
Acteurs : Xu Fangyi, Pascal Greggory, Ribbon, Kam Kia Kee,...
Distributeur : Les Acacias
Budget : -
Genre : Aventure, Drame.
Nationalité : Chinois, Malaisien.
Durée : 1h40min.

Synopsis :
Xingxi, une jeune Chinoise, voyage seule au nord de la Malaisie. Elle y vit trois aventures distinctes, et comme parallèles, dont le point de départ est identique : par une journée de grande chaleur, perdue au bord d’un chemin, elle est victime d’une crevaison de vélo…



Critique :



À une heure ou Hollywood s'amuse à concocter avec une frénésie et un manque d'inventivité assez rare - ou navrant, au choix -, une multitude de relectures (reboot, remake, suite, prequel, spin-off,...) d'une seule et même histoire (uniquement si elle est populaire toute fois), il est amusant de voir qu'un film produit de l'autre côté du Pacifique, un cinéma pas encore gangrené par la paresse créative, part d'un principe peu ou proue similaire, pour divaguer au gré du vent et des rencontres avec un charme et une sérénité proprement dingue.




Avec son point de départ volontairement répétitif et marqué par le même souci (une crevaison à vélo), articulé sur trois journées bien distinctes, le sophistiqué 3 Aventures de Brooke de Yuan Qing, dont c'est le premier long-métrage, est muée par la liberté assez folle de nous présenter par trois fois son héroïne, Xingxi - ou Brooke -, une jeune touriste chinoise en voyage en Malaisie, et d'ausculter avec passion ses états d'âmes autant que celles de ceux dont elle croisera fougueusement la route - dont le toujours juste Pascal Greggory.
Véritable lettre d'amour sur pellicule totalement assumée au cinéma d'Éric Rohmer (Quatre aventures de Reinette et Mirabelle en tête, et ce dès son titre joliment évocateur), qui ne tombe jamais dans la régurgiation bête et facile d'une cinéphilie tant il épouse avec justesse la finesse du processus de citation/réappropriation qui on l'espère, va régir ce prometteur univers cinématographique; la péloche est un bonheur d'odyssée intérieure et existentielle dont la forme atypique, scindé en trois parties comme autant de rencontres (une femme dans la vingtaine, un trio de jeunes hommes et un sexagénaire), prend les contours d'une bulle hors du temps, propice à l'ouverture vers l'autre mais aussi soi-même.
Intime, un brin lunaire, poignant et poétique dans sa vision de la confrontation culturelle, sublimé autant par une mise en scène élégante et merveilleusement dépouillée (une gestion folle de la lumière, du cadre et des couleurs) que par la prestation lumineuse de la jeune Xu Fangyi, 3 Aventures de Brooke est un drame profond, personnel et extrêmement doux.




Un beau portrait de femme bienveillant et fantaisiste portrait d'une femme fragile qui nous touche en plein coeur.
En l'espace de quinze petits jours seulement (Séjour dans les Monts Fuchun, L'Adieu (The Farewell), Nina Wu,...), le cinéma asiatique prouve qu'après une année 2019 de haute volée, il entame 2020 avec la même idée de nous en mettre plein les mirettes... merci à lui.


Jonathan Chevrier 




John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.