Critiques

[CRITIQUE] : The Night Come For Us

 

Réalisateur : Timo Tjahjanto
Avec : Iko Uwais, Joe Taslim, Julie Estelle,...
Distributeur : Netflix France
Budget : -
Genre : Action, Policier, Thriller.
Nationalité : Indonésien
Durée : 2h01min.

Synopsis :
Après avoir épargner la vie d’une jeune femme lors d’un massacre, un assassin d’élite de la Triade se retrouve la cible de gangsters meurtriers.



Critique :

Depuis le formidable diptyque The Raid (surtout le second, Berandal) de Gareth Evans, le cinéma Indonésien a pu jouir d'un éclairage amplement mérité lui qui a su, avec une force et une maestria proprement indécente, révolutionné un cinéma d'action qui n'en demandait pas tant.
Toujours dominé par une figure de proue imposante, l'énergique Iko Uwais (qui rappelle instinctivement Tony Jaa, qui avait lui porté le cinoche burné thailandais durant toutes les années 2000), tentant tranquillement mais sûrement de se faire un trou du côté de la jungle Hollywoodienne (on la vu cet été dans le solide 22 Miles de Peter Berg), le film de genre indonésien nous envoie cette fois par la petite case Netflix, son nouvel uppercut sur pellicule, The Night Come For Us de Timo Tjahjanto (le jouissif mais très longuet Headshot), qui reprend peu ou prou la même structure que les deux films d'Evans avec une petite nuance de taille : Uwais joue ici le rôle de bad guy face au tout aussi bondissant Joe Taslim - déjà de The Raid.



Avec son anti-héros de la légendaire Triade chinoise Six Seas, persécuté par tous les gangsters du pays - ou presque - pour avoir fait l'erreur d'éprouver publiquement une once d'humanité (il a épargné la vie d’une jeune fille lors d’un massacre) et un potentiel désir de rédemption après des années de crimes sourds et brutaux, le nouveau film de Tjahjanto ne pète décemment pas dans la soie de l'originalité - le schéma est " Raidien " à souhait - et jouit certainement pas du même talent de formaliste que le papa du récent Apostle - également sur Netflix -, mais il mise avant tout et surtout sur un enchaînement de fight scenes aussi intenses qu'elles sont d'une efficacité à toute épreuve, et un penchant volontairement abusif pour les effusions sanglantes à tel point qu'il ferait presque rougir de jalousie les folies gores des premiers longs du King Peter Jackson.
Des excès volontairement cartoonesque sans pour autant être dénué d'impact physique ou émotionnel, captés avec lisibilité et une inventivité sans borne prouvant les nobles intentions du cinéaste d'offrir un divertissement généreux (un film ne l'est jamais trop, même si ici on frôle l'indigestion) à son auditoire.


Tirant pleinement parti de son pitch propice à une profusion d'ultraviolence rarement égalée dans les actionners, dominé par un casting badass (Taslim et Uwais en impose, et leur combat final est un pur must-see pour les amateurs) faisant fit d'une caractérisation hésitante des personnages, n'étant jamais réellement l'expérience viscérale voulue (comme... The Raid) mais incarnant tout de même un beau film de genre qui envoie du pâté, The Night Come For Us est un petit bout de cinéma limité mais jouissif et gore, aussi vite apprécié qu'il est oublié.
Une séance du samedi soir parfaite bien, bien plus défendable que l'ennuyeux Headshot.


Jonathan Chevrier

John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.