Alexandre Desrousseaux

[CRITIQUE] : Papa ou Maman


Réalisateur : Martin Bourboulon
Acteurs : Marina Fois, Laurent Laffite, Alexandre Desrousseaux, Anna Lemarchand,...
Distributeur : Pathé Distribution
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Français.
Durée : 1h25min.

Synopsis :
Florence et Vincent Leroy ont tout réussi. Leurs métiers, leur mariage, leurs enfants. Et aujourd’hui, c’est leur divorce qu’ils veulent réussir. Mais quand ils reçoivent simultanément la promotion dont ils ont toujours rêvée, leur vie de couple vire au cauchemar. Dès lors, plus de quartier, les ex-époux modèles se déclarent la guerre : et ils vont tout faire pour NE PAS avoir la garde des enfants.


Critique :

Le bilan de la comédie française en 2014, à l'instar du polar bien de chez nous, est simple : on a rarement autant rit et été aussi séduit dans les salles obscures avec des comédies hexagonales, depuis des années.

Douze mois proprement exceptionnel, parsemés de gros succès au box-office (les très moyens Supercondriaque et surtout, Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu), de belles surprises (Hippocrate, Situation Amoureuse : C'est Compliqué, Les Gazelles, Libre et Assoupi) et de confirmations (le retour des Inconnus via Les Trois Frères, le Retour, du duo Ngijol/Eboué avec Le Crocodile du Botswanga ou encore celle du talent génial de la Bande à Fifi avec Babysitting), qui ont permis de sacrément relancer la distribution francophone face à l'écrasante suprématie ricaine dans le genre.

Un élan positif que se doit maintenant de faire perdurer les productions made in France 2015, et si l'excellent Toute Première Fois (notre critique ici) la semaine dernière a démontré qu'on était en bonne voie pour connaitre une année aussi drôle que la précédente, c'est désormais à l'alléchant Papa ou Maman signé Martin Bourboulon, de reprendre le flambeau.


Ou la nouvelle péloche comique et décalée écrite par le duo gagnant du Prénom, Alexandre de la Patellière et Matthieu Delaporte, et porté par la fabuleuse Marina Fois et le charismatique (et très drôle) Laurent Lafitte, qui se veut comme une comédie familiale joliment épicé et générationnelle sur deux parents divorcés qui se battent comme des chiffonniers pour ne surtout PAS avoir la garde de leur bambins.
Ambiance...

Papa ou Maman donc, ou l'histoire de Florence Leroy et Vincent Leroy, mariés trois enfants, qui ont tout réussi dans leurs existences et dont leurs vies communes va merveilleusement bien... enfin presque.
En effet, ils ont décidés d'un commun accord de divorcer , leur amour n'étant plus aussi fort qu'au premier jours.

Tout se passe pour le mieux jusqu'au jour où ils vont se voir offrir tous les deux l'opportunité professionnelle qu'ils ont toujours rêvés, et qui va les obliger à tout faire pour éviter d'avoir la garde de leurs enfants afin d'être disponible.

Débutera alors une véritable guerre des tranchées où le couple va tout donner pour se faire détester par leurs enfants afin de ne pas être choisi par ceux-ci...


Dit comme ça, le premier long de Martin Bourboulon rappelle fortement le cultissime La Guerre des Rose de Danny DeVito, ou le divorce mouvementé (pour être poli) de Michael Douglas/Kathleen Turner incarnaient un monument de la guerre conjugale cupide et vacharde qui restera gentiment ancrée avec panache dans les esprits des cinéphiles amateurs de bonne comédie familiale pimenté juste ce qu'il faut.

Papa ou Maman boxe sensiblement dans la même catégorie avec les enfants en plus, mais surtout un ton nettement moins fou et borderline, qui laisse un brin sur sa faim les spectateurs qui n'auraient pas rechignés si la comédie s'était laissé aller un peu plus loin dans l'irrévérencieux (on a quand même du cochon d'inde qui vole mais bon, c'est plutôt mince).

Il n'empêche que dans sa volonté de se jouer des clichés et du classicisme ronflant de la comédie populaire hexagonale tout en titillant la comédie US sur son propre terrain, le film fait constamment mouche et dénature complétement avec les prods familiales de ces dernières années.

Dédramatisant complétement la difficulté du divorce et de la vie parentale, appuyant efficacement sur le sujet épineux de la crise de la quarantaine (les parents font presque tout pour regagner leur liberté), s'intéressant de prime abord à l'évolution du couple titre avant de faire monter crescendo la sauce et la folie à coups de gags bien senties ou les deux adultes se révèlent finalement bien plus immatures que leur progéniture; Papa ou Maman est un sommet d'humour à l'imagination incroyablement débordante.


Porté par une liberté de ton assez exceptionnel (le film part véritablement dans tous les sens) ou les protagonistes prennent un malin plaisir à nous faire rire au point que s'en est drôlement communicatif, et étonnement magnifié par une mise en scène juste et dynamique, le film de Bourboulon est surtout un terreau parfait pour Laurent Laffite et Marina Fois - tous deux excellents et à l'alchimie remarquable - qui se lâchent pour paraître les plus détestables, égoïstes et désopilants des parents que le cinéma français est connu, tout en ne tombant jamais dans la caricature facile et excessive.

A l'évidence, ils portent à bouts de bras un long métrage qui n'aurait décemment pas marché aussi bien sans eux, et ce qu'ils font subir à leurs enfants de cinéma est proprement jubilatoire.

Au demeurant simpliste mais férocement drôle et intelligent, très (trop) court tout en permettant de pleinement s'attacher à tous les personnages, réaliste et farfelu à la fois et rythmé de bout en bout, Papa ou Maman est un excellent moment de cinéma sans prétention qui apporte un vrai vent de fraîcheur sur la production hexagonale et qui incarne sans forcer, la comédie la plus irrésistible du moment.

Très (très) sympathique, moderne et léger à la fois, le film n'a décemment pas démérité son prix au dernier festival de la comédie de l’Alpe d’Huez.


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.