Ce qui nous Lie

[CRITIQUE] : Ce qui nous Lie


Réalisateur : Cédric Klapisch
Acteurs :  Pio Marmai, Ana Girardot, François Civil,...
Distributeur : StudioCanal
Budget : -
Genre : Comédie, Drame.
Nationalité : Français.
Durée : 1h53min.

Synopsis :
Jean a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. En apprenant la mort imminente de son père, il revient dans la terre de son enfance. Il retrouve sa sœur, Juliette, et son frère, Jérémie. Leur père meurt juste avant le début des vendanges. En l’espace d’un an, au rythme des saisons qui s’enchaînent, ces 3 jeunes adultes vont retrouver ou réinventer leur fraternité, s’épanouissant et mûrissant en même temps que le vin qu’ils fabriquent.



Critique :


Voilà maintenant quatre ans que le brillant Cédric Klapisch n'a plus foulé nos salles obscures, soit depuis qu'il a joliment mis fin aux aventures romantico-existentielles à travers le globe, du si attachant Xavier, via le génial Casse-Tête Chinois.
Pourtant, le bonhomme n'a pas vraiment chômé puisqu'il a apporté sa pierre à l'édifice de l'une des plus grisantes séries françaises de ses dernières années, Dix pour Cent.
Mais le cinéaste nous manquait réellement sur grand écran, tout autant que ses magnifiques et simplistes bouts de vie manquant au grand écran lui-même; ces doux petits bonbons acidulés sur pellicule, bulles de légèretés presque nécessaires au sein d'un septième art hexagonal qui n'en pond que trop peu.


L'attente aura été longue mais son nouveau bébé arrive pile-poil au moment ou les beaux jours se font plus présents.
Ce qui nous Lie, porté par une belle brochette de talents (la belle Ana Girardot, le prometteur François Civil et l'un des visages les plus incontournables de la comédie FR, l'excellent Pio Marmaï), est une belle dramédie sur une fratrie empathique et émouvante en plein coeur de vignobles; un beau petit moment de cinéma chaleureux et bienveillant, dans le plus pur style Klapischien.
Vraie comédie pétrie de bons sentiments doublée d'un joli drame familial, le film, aussi tordant qu'il est poignant, fait l'apologie du beau cinéma simple et convivial, au sein d'un feel good movie riche en émotions, filmé avec un amour qui nous va droit au coeur.


Sans surprise puisque Klapisch ne fait que de suivre, non sans maitrise, le chemin balisé de sa belle filmographie (il casse cependant l'esprit choral de ses précédents essais, mais il retrouve toujours les thèmes qui lui sont cher : l'émancipation, la famille et ses liens conflictuels, la transmission,...) au milieu d'un cadre sublime (qui lui permet de signer un petit coup d'éclairage sur le métier difficile de viticulteur) et d'une narration fragmentée en autant de chroniques que de saisons sur une année, histoire de mieux étoffer son parallèle entre le cycle de la vie/nature et l'évolution de ses personnages.
Merveilleusement interprété par un casting impliqué et convaincant, Ce qui nous Lie est une belle fable tendre et sincère, et de loin l'une des meilleures cuvées de son formidable metteur en scène.


Jonathan Chevrier



John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwoood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

1 commentaires:

  1. Je partage complètement ton avis ! J'ai passé un très bon moment cet après-midi devant ce film.

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.