Critiques

[CRITIQUE] : R.I.P.D. Brigade Fantôme


Réalisateur : Robert Schwentke
Acteurs : Jeff Bridges, Ryan Reynolds, Mary-Louise Parker, Kevin Bacon, Robert Knepper,...
Distributeur : Universal Pictures France
Budget : 130 000 000 $
Genre : Comédie, Action, Fantastique.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h36min.

Synopsis :
Dans le film d’aventures surnaturelles, R.I.P.D. Brigade Fantôme, Jeff Bridges et Ryan Reynolds jouent un tandem de flics d’un genre très spécial, puisque défunts, et envoyés par leur unitéde police, le R.I.P.D. (Rest in Peace Department), pour protéger notre planète d’une recrudescence de créatures néfastes qui refusent de passer tranquillement dans l’autre monde. Le shérif Roy Pulsifer est un vétéran de cette brigade dédiée à la traque d’âmes belliqueuses se faisant passer pour des citoyens ordinaires. Sa mission : appréhender les criminels qui tentent d’échapper au Jugement Dernier en se dissimulant parmi les vivants.
L’irascible et indiscipliné Roy se voit assigner comme nouveau coéquipier feu Nick Walker, un jeune policier de Boston récemment défunt. Les deux «hommes» vont devoir ravaler leur antipathie respective pour mener à bien leur mission. Quand ils découvrent un complot susceptible de mettre fin à la vie telle que nous l’avons toujours connue, les deux cracks du R.I.P.D. n’ont qu’une option : rétablir l’équilibre cosmique pour que le tunnel qui mène vers l’au-delà ne remplisse pas soudain la fonction inverse et ne précipite pas l’avènement des morts.


Critique :

Voir RIPD débarqué dans les salles cette semaine relève d'un petit miracle, tant durant toute sa production - très chaotique -, et de facto toute sa campagne promotionnelle, Universal Pictures a toujours donné l'impression de ne pas trop savoir quoi en faire, un comble pour une production dépassant le budget généreux des cent trente millions de billets vert.

Pas étonnant donc que le film se soit salement gamelé aux states dés sa sortie il y a deux semaines, réussissant la prouesse de faire dix fois pire que le déjà pas très glorieux The Lone Ranger, en engrangeant à peine vingt-quatre millions sur plus de dix jours d'exploitations, même pas de quoi rembourser la promo.

Encore un sale coup dur pour ce bon vieux Ryan Reynolds, qui ne méritait vraiment pas ça, lui qui avait d'ailleurs signé pour cette adaptation d'un comics éponyme, juste après le tournage de Green Lantern qui déjà à l'époque, était un flop retentissant et qui déjà, à l'époque, devait lui assurer le statut de Mister Bankable.

C'est con, vraiment con, surtout que RIPD est loin de mériter son sort de rebuts de l'été des blockbuster.


Alors certes, ses bandes annonces ne faisaient pas réellement rêver, et elles louchaient sacrément sur un sous-produit estivale calqué sur Men in Black voir même Ghostbusters, chez qui il est vrai, il puise la plupart de ses références, mais la péloche est un vrai et joli divertissement qui vaut son billet, et ce ne serait-ce que pour son casting all-star qui cabotine joyeusement dans la bonne humeur et le second degré, dominé par un Jeff Bridges qui se marre comme jamais, un Ryan Reynolds toujours aussi drôle et charismatique, un Kevin Bacon décidément beaucoup trop rare sur grand écran et une Mary-Louise Parker délicieusement séduisante, comme à son habitude.

Basé sur une idée franchement intéressante - une police surnaturelle qui traque les mauvaises créatures dissimulées dans notre monde -, la bande de Robert Schwentke ne lésine pas une seule seconde sur les moyens et l'humour pour séduire son spectateur.

3D utile, effets spéciaux franchement bluffant - ça explose de partout, et le bestiaire est certes un poil grotesque mais il n'en reste pas moins sublime -, et un humour très communicatif, le métrage est savoureusement plus comique que sérieux, sans pour autant perdre son postulat de départ très SF/policier, avec un duo digne des plus sympathique buddy movie des eighties.

Pas forcément très original, prévisible - on voit tout venir à des kilomètres -, pas toujours futé mais solidement efficace, cohérent et bien rythmé, RIPD est loin d'incarner le meilleur film de l'année, et encore moins le meilleur divertissement de l'été, mais il a tout du plaisir coupable qui pousse à la sympathie vu tous les jolies éléments mis dans son cocktail pétaradant et détonnant.


Pas énorme mais suffisamment génial pour passer un bon moment sans aucune prise de tête, la péloche mérite d'être vu.
Et puis admirer l'immense Jeff Bridges en cowboy en complète roue-libre pour le simple fait de s'amuser un peu dans une industrie qui le permet de moins en moins, ça n'a clairement pas de prix

La comédie lui va vraiment bien au Dude, et pas uniquement chez les frères Coen, et ça, c'est une grande nouvelle pour un film qui n'a pas dut les collectionner depuis ses prémices...


Jonathan Chevrier

John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.