Critiques

[CRITIQUE] : Wonder


Réalisateur : Stephen Chbosky
Acteurs : Jacob Tremblay, Julia Roberts, Owen Wilson, Izabella Vidovic, Mandy Patinkin,...
Distributeur : Metropolitan FilmExport
Budget : -
Genre : Comédie dramatique.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h51min.

Synopsis :
August Pullman est un petit garçon né avec une malformation du visage qui l’a empêché jusqu’à présent d’aller normalement à l’école. Aujourd’hui, il rentre en CM2 à l’école de son quartier. C’est le début d’une aventure humaine hors du commun. Chacun, dans sa famille, parmi ses nouveaux camarades de classe, et dans la ville tout entière, va être confronté à ses propres limites, à sa générosité de coeur ou à son étroitesse d’esprit. L’aventure extraordinaire d’Auggie finira par unir les gens autour de lui.




Critique :



L'an dernier, avec sa bouille magique et son naturel à toute épreuve, Jacob Tremblay bousculait les coeurs des cinéphiles dans le bouleversant Room de Lenny Abrahamson, et incarnait pour de bon, l'une des next big thing les plus fascinantes du cinéma ricain.
Plus d'un an et demi plus tard, et alors que son futur est déjà plus qu'alléchant (The Predator de Shane Black, le prochain Xavier Dolan), le petit bonhomme revient mettre notre épreuve avec le drame Wonder, adaptation d'un classique de la littérature pour enfants signé R.J. Palacio, mise en boîte par le talentueux Stephen Chbosky (le formidable Le Monde de Charlie, adaptation de son propre roman).
Beau drame à fort potentiel lacrymal, le film suit le parcours extraordinaire d’Auggie Pullman, un petit garçon né avec une malformation faciale, qui n'est jamais allé à l'école par peur de se confronter aux yeux du monde, souvent cruel et humiliant.



Mais lorsque sa mère ne peut plus l'aider, il va devoir vivre la dure réalité de la scolarité publique en rentrant au collège, microcosme à part entière ou il sera seul et sans la moindre protection.
L'intégration sera plus que difficile au départ mais, petit à petit, les autres enfants découvriront très vite qu'il n'est pas uniquement qu'un simple camarade au visage déformé.
Pur feel good movie en puissance porté par une tendresse et un positivisme à toute épreuve malgré de vraies scènes dramatique crève-coeur, Wonder est une petite boule d'énergie humaine et lumineuse, une sublime ode à la tolérance et à l'acceptation autant de soi que de l'autre, une belle fable sur la différence nécessaire (pas besoin d'être défiguré pour comprendre la souffrance que l'on peut avoir face au regard des autres), parfois bancale (sa narration chapitrée en tête) mais définitivement irrésistible.


Solide, Jacob Tremblay fait une nouvelle fois preuve d'une maturité incroyable, et porte sur ses larges épaules le métrage, au côté d'un couple Julia Roberts/Owen Wilson convaincant en parents aimants et attentionnés.
Pétri de finesse, inspirant et attachant même si in fine très lisse et un poil trop chargé en bons sentiments (ce qui n'est pas forcément un mal), Wonder est une belle histoire émouvante et généreuse qui fait du bien par ou elle passe, une bulle de légèreté salvatrice au sein d'un mois de décembre qui en avait bien besoin.


Jonathan Chevrier




John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.