1 Cinéphile : 1 Film Culte

[1 CINÉPHILE = 1 FILM CULTE] : Ace Ventura, Détective chiens et chats



#41. Ace Ventura, Détective chiens et chats de Tom Shadyac (1994).

" Jim Carrey est mon idole depuis que je suis enfant. Une inspiration. Un talent immense que ce soit en tant qu'acteur comique ou dramatique. C'est un des rares acteurs capables de jouer dans les deux registres (Robin Williams en faisait également partie). Chose cocasse, il a enfin percé l'année de ma naissance, allez savoir c'était peut-être un signe. La première fois que je l'ai vu dans un film, ce fut dans Menteur menteur (Shadyac, 1997) en VHS. La bande-annonce m'avait intéressé et j'avais envie de voir cette drôle d'histoire avec un homme qui ne peut pas mentir pendant une journée et faisait des choses étranges dans les toilettes (comme se casser la gueule lui-même, Jim pré-Fight Club). Je ne comprenais pas forcément les allusions gourmandes et croquantes du film non plus (et il y en a ! ), mais je trouvais Jim Carrey fascinant.
Puis vinrent Le Grinch (Ron Howard, 2000), The Truman Show (Peter Weir, 1998), Man on the moon (Milos Forman, 1999), The Mask (Chuck Russell, 1994) et enfin Ace Ventura. Pour les deux derniers, je ne me souviens plus exactement quand est-ce que je les ai vu (aux alentours de 2002-2003), ni lequel j'ai vu avant l'autre. En revanche, je me souviens très bien que je les ai vu en boucle des journées entières enfant et j'ai continué à les voir régulièrement tant que mon magnétoscope marchait correctement (soit jusqu'à décembre 2016). Si je trouve que The Mask a pris un petit coup de vieux dans les dents sur certains plans, Ace Ventura est toujours une éclate totale.
Il faut dire aussi que si le film tient le bon bout encore aujourd'hui, c'est avant tout à cause du roi Jim. Sans lui, le film serait déjà oublié. Ce n'est qu'une banale histoire de détective animalier qui part à la recherche de la mascotte des Dolphins de Miami ! Il n'y a pas de quoi se relever la nuit, il faut bien l'avouer. Mais il y a LE truc et il s'agit de Jim Carrey. Tom Shadyac ne brille pas par sa réalisation (il ne fera pas mieux sur ses autres films), mais il a toujours su mettre en valeur le camarade Jim dans ses conneries.
 



Jim espionne sur le thème de Mission impossible. Jim cherche des indices en évoquant le Captain Kirk. Jim baise sur la version anglophone du Lion est mort ce soir entouré de l'arche de Noé (enfin non, juste son appartement). Jim fait des découvertes fulgurantes qui l'écoeure. Jim joue même les fous à l'asile à rembobiner au magnétoscope Thierry !Il porte le film sur sa seule présence, ce qui rend cette comédie délirante, jubilatoire, hilarante au point que je récite assez régulièrement les répliques par coeur.
Ma scène préférée du film est certainement celle où Ace débarque sur une scène de crime et fait mieux que les enquêteurs. En particulier ce passage où Jim ouvre et ferme la fenêtre de l'extérieur pour montrer qu'il y a un double vitrage, isolation phonique ! Un pur moment de folie furieuse qui n'est pas loin de rejoindre ce moment de déchéance que subit Ace. Un twist qui apparaît avec une certaine chanson. Je n'ai compris son utilisation qu'en voyant un extrait du film dont elle est tirée alors que j'étais à la fac. Je me souviens avoir bien rigoler tout seul dans la salle.
Puis l'air de rien, il y a pas mal de monde dans le film. Courtney Cox était en passe de devenir une star de télévision. Sean Young se consolait de ne pas avoir jouer Catwoman avec un rôle hallucinant (le monde n'était pas prêt). Udo Kier se demande ce qu'il fait là le peu de temps qu'il apparaît. Dan Marino joue Dan Marino. Le rappeur Tone Loc repense encore à la vision du popotin de monsieur Carrey. Noble Wilingham le pote de Walker Texas Rangers engueule Cox. Mark Margolis, l'inimitable monsieur Salagas, proprio pas content de Ventura. Enfin, le groupe Cannibal Corpse dans une scène assez cocasse qu'ils ont été visiblement content de tourner.
Par ailleurs, si j'adore Ace Ventura, je n'aime pas du tout sa suite où Jim est tellement en roue libre et mal dirigé qu'il ne peut pas sauver grand chose. Reste la célèbre scène du rhinocéros, mais à part cela rien qui n'atteint le degré de folie furieuse de son aîné. . "



Borat8


Blogueur depuis juin 2008 ayant promené sa frimousse d'Allociné à Canalblog (bientôt huit ans !). Cinéphile carnivore accumulant les visionnages à droite et à gauche, au point de ne parfois plus où donner de la tête. Mon quinté de films de chevet est Across the universe (Julie Taymor, 2007), Fight club (David Fincher, 1999), Ace Ventura (Tom Shadyac, 1994), Toy Story 3 (Lee Unkrich, 2010) et The land before time (Don Bluth, 1988). Mes réalisateurs préférés sont Steven Spielberg, Hayao Miyazaki, David Fincher, James Cameron, Guillermo del Toro et Clint Eastwood.


Blog : Ciné Borat





Unknown

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.