Andrea Di Stefano

[CRITIQUE] : The Informer


Réalisateur : Andrea Di Stefano
Acteurs : Joel Kinnaman, Rosamund Pike, Clive Owen, Ana de Armas, Common, Ruth Bradley,...
Distributeur : e-Cinema
Budget : -
Genre : Action, Policier.
Nationalité : Français
Durée : 1h53min

Synopsis :
Pete Koslow, ancien soldat des forces spéciales, travaille désormais comme informateur du FBI. Sa mission est d’aider au démantèlement du trafic de drogue contrôlé par la mafia polonaise de New York. Mais lorsqu’une opération de police tourne mal, entraînant la mort d'un agent infiltré, Koslow se voit contraint de retourner à Bale Hill, la prison où il a déjà purgé une peine, afin de tenter d’abattre le cartel de l'intérieur.




Critique :


On avait laissé le comédien/wannabe cinéaste Andrea Di Stefano il y a plus de cinq ans déjà, avec un premier essai plein de promesses, Paradise Lost, véritable conte sombre et violent sans aucune morale, certes pas dénué de défauts - comme tout premier long qui se respecte - mais qui avait le mérite d'offrir un portrait fascinant d'Escobar (campé par un Benicio Del Toro bestial) ainsi qu'une image non-touristique de la Colombie.
Accouché dans la douleur et accueillit froidement à sa sortie outre-Manche, sa deuxième réalisation The Informer, débarque directement par la case e-Cinema sans toucher - pour le moment - les bacs à DVD/Blu-ray, un petit comble à la vue de son casting méchamment furieux (Joel Kinnaman, Rosamund Pike, Clive Owen, Ana de Armas, Common, Ruth Bradley,...) mais surtout de sa belle qualité, tant il est un solide actionner burné et méchamment bien huilé, assumant totalement sa facture old school.
Artisan de la vieille école (c'est ce que ses réalisations laissent supposer en tout cas, et c'est loin d'être un défaut), il dégaine avec assurance une série B honnête et nuancée, articulée autour de l'histoire rocambolesque de Pete Koslow, ancien soldat des forces spéciales, devenu informateur du FBI, dont la fonction est de jouer un pion essentiel dans le démantèlement de trafics de drogues qui gangrènent le pays de l'Oncle Sam.



Infiltré pour faire tomber un trafic de drogue contrôlé par la mafia polonaise de New York, l'affaire tourne mal et à la suite de la mort d'un collègue lui aussi infiltré, il est contraint de retourner en prison, ou il devra cette fois faire tomber le trafic de l'intérieur...
Librement adapté (comprendre americanisé) du roman " Three Minutes " du duo d'écrivains suédois Roslund et Hellström, tellement riche en complots interne qu'il pourrait fournir sans trembler le terreau de plusieurs shoot-'em-up de 90 minutes destinés au marché de la VOD, The Informer peut s'apparenter à un séduisant flipper au double/triple croisements narratifs toujours cohérents et gardant constamment un oeil affûté sur ses enjeux changeants.
Démarrant en trombe (excellente ouverture), revenant aux sources humble du B movie qui s'assume tout du long comme tel, la péloche est d'une efficacité à toute épreuve qui connaît sa place et son but, porté par une mise en scène certes fonctionnelle mais jamais trop agité et constamment digne du casting avisé de professionnels accomplis qui l'habitent, et qui font le travail avec application - Joel Kinnaman et sa gravité sévère en tête.
Un vrai bon polar, tout simplement.


Jonathan Chevrier



John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.