Fucking Team

[FUCKING TEAM] : Le " Fucking " bilan de l’année ciné 2019 - Partie 1


Mieux qu'un tableau de notes, on vous donne tout simplement nos avis (parce qu'on aime bien le faire quand-même) sur ce qui a fait, pour nous, le premier trimestre ciné de la riche année ciné 2019.



Parce que si un tableau de notes c'est bien, un vrai article regroupant tous nos avis sur les sorties du mois, c'est quand-même un poil mieux.
Du coup, chaque trimestre, nous reviendront sur toutes les sorties que nous avons pu couvrir sur le blog (en salles, en VOD, e-Cinema ou même Netflix), et nous vous donneront modestement nos avis au pluriel,  histoire de mieux vous faire une idée de ce que l'on a pu penser des séances du moment.
Bref, à vos clics et on ne vous encouragera jamais assez de nous balancer vos avis à vous sur les sorties du mois, que ce soit sur Facebook, Twitter ou même en coms sur cet article.
Enjoy it !




Janvier 2019




 Asako I&II de Ryusuke Hamagoshi (sortie le 02 janvier 2019)
" Axé sur la figure du premier amour, Asako I&II décrit avec une minutie et une justesse quasi poétiques l'obsession sentimentale, Hamaguchi s'illustrant comme un esthète du temps amoureux dont il prend soin de dépeindre toutes les variations et la complexité des rapports humains. " - Anaïs

" Tsunami d'emotions brassant le spectre hantant et enivrant du premier amour, Asako I&II sonde les anomalies des relations humaines tout en filmant avec une justesse et une poésie rare, la beauté incandescente et éphémère de la passion. " - Jonathan


Une Femme d'Exception de Mimi Leder (sortie le 02 janvier 2019)
" Portrait d'une femme exceptionnelle, Ruth Bader Ginsburg, interprétée brillamment par Felicity Jones. Biopic important et parfaitement orchestré, à voir absolument ! " - Claire
 
" Devenue une icône féministe ces dix dernières années, nous connaissions assez mal cette fameuse Notorious RBG en France, étant ici qu'un méme internet très drôle pour nos réseaux sociaux. Pourtant, Ruth Bader Ginsburg est une femme hautement importante dans la loi Américaine et un documentaire est sorti l'année dernière pour le prouver. Mais quoi de plus efficace qu'un biopic pour donner envie au plus de personnes possibles d'apprendre à connaître la vie de cette femme ? " - Laura

" Un poil classique dans sa facture, Une Femme d'Exception n'en est pas moins un hommage réel et authentique autant qu'un biopic stimulant, enthousiasmant et nécessaire sur une femme de principe, brillante et déterminée, porté par la prestation lumineuse et dévouée de Felicity Jones. " - Jonathan


Bienvenue à Marwen de Robert Zemeckis (sortie le 02 janvier 2019)
" Bienvenue à Marwen, sans être un chef d’oeuvre comme les classiques de Robert Zemeckis, est un joli conte plein de bienveillance. Steve Carell se détache particulièrement et livre une interprétation très émouvante. " - Victoire 

" Commencer l'année par un film de Robert Zemeckis est une façon très agréable d'appréhender la nouvelle année cinématographique. S'il n'est pas exempt de défaut, le film parle avec bienveillance d'une masculinité toxique, portant la haine de la différence face à une nouvelle masculinité, qui ose s'affirmer loin des clichés. Avec un Steve Carell qui n'aurait pas démérité une petite statuette. " - Laura

" Grande aventure expérimentale à l'échelle humaine techniquement incroyable, Bienvenue à Marwen est un merveilleux conte universel d'une subtilité et d'une justesse bouleversantes, un sommet de feel good movie aussi épique, drôle et spectaculaire qu'il est douloureux et lumineux " - Jonathan


Border d'Ali Abassi (sortie le 09 janvier 2019)
" Conte nordique douloureux et fascinant, subtil mélange de laideur, de noirceur réaliste et d’une poésie magique et sensorielle, Border est de ces séances qui déstabilisent, marquent et séduisent autant par leur singularité que par leur puissance. Une belle claque " - Laura

Border mélange avec brio les genres et inspirations pour livrer une histoire aux enjeux plus fins qu’ils peuvent paraître au premier abord. S’il n’exploite pas pleinement les sens, il illustre une magnifique entrée cinématographique en 2019. " - Manon

" Malgré un récit qui s'étire peut-être un peu trop, Abassi revisite le mythe d'Adam et Eve et fait de Border un B movie fascinant et organique, ou l'animalité cotôie la délicatesse avec une étrange et étonnante humanité " - Jonathan


Creed II de Steven Caple Jr (sortie le 09 janvier 2019)
" Si une suite de saga peut faire peur, surtout quand on change de réalisateur, Creed II nous a totalement rassuré. Aussi prenant et vif que le 1er, Adonis va encore plus loin, devient encore plus fort pour notre plus grand plaisir ! " - Laura

" En couplant les traumatismes de 2 clans unis par la haine et la mort, non pas pour plonger tête baissee dans le revenge movie brutal et facile mais bien pour tendre vers le drame intime sur l'acceptation et la rédemption, Creed II frappe fort et juste et incarne une brillante suite.
Autant héritage d'Apollo Creed qu'Ivan Drago, ne tombant jamais dans le piège du fan service facile et offrant une conclusion hautement satisfaisante à un arc douloureux entamé il y a 33 ans, le film de Steven Caple Jr est une vraie réussite où les larmes ne sont jamais loin. "
- Jonathan


An Elephant Sitting Still de Hu Bo (sortie le 09 janvier 2019)
" Surprenant poème post-apocalyptique. 3h50 découpées par des césures musicales qui pourraient presque constituer les paliers d'un cauchemar et entre lesquels s'articulent des strophes de vie. Quatre destinées mises en scène dans un rondeau cinématographique d'une noirceur inouïe et qui semblent rimer entre elles par plan séquences. En filigrane, une fresque terrifiante de la Chine et un testament choral d'une profonde et bouleversante tristesse. " - Anaïs

" Sondant la misère d'une Chine à la misère sociale dévastatrice, par le prisme d'une chronique crépusculaire et ténébreuse ou l'espoir est une utopie fragile, An Elephant Sitting Still est un poème noir et désespéré sur la transmission, une claque sans nom et même sans nul autre pareil ". - Jonathan

" Symphonie d’une Chine en dépression, An Elephant sitting still tient ce qui est une des plus belles fins de film qu’on a vu depuis longtemps. " - Manon


Edmond d'Alexis Michalik (sortie le 09 janvier 2019)
" Edmond est une adaptation de la pièce de théâtre sur la façon dont a été écrit le fameux Cyrano de Bergerac. Si la mise en scène reste classique, le film est assez plaisant et drôle pour nous faire passer un excellent moment. Toutefois, la façon dont sont écrits les personnages féminins m'a fait personnellement tiqué. " - Laura

" Tout amoureux de théâtre ne pourra qu’aimer cette lettre d’amour a cet art. C’est perpétuellement fluide, savamment écrit et d’une belle cocasserie. Cela trouve un chemin étroit entre l’hommage au texte de Cyrano et la fureur de l’inspiration. Un régal. " - Thibaut

" Pétri de bonnes intentions, le passage des planches au cinéma de la pièce Edmond ne se fait pas sans heurts, tant la tension dramatique autant que la majorité des dialogues, sonnent douloureusement creux. Plaisant mais pas mémorable, même s'il trouvera son public " - Victoire


The Front Runner de Jason Reitman (sortie le 16 janvier 2019)
" Dramaturgie Sorkienne pour l'autopsie d'un scandale, désintéressé par le charnel de son histoire, J.Reitman offre une réflexion qui se densifie au fur et a mesure, questionnant aussi bien l'homme que le journaliste, il capte les débuts du politique people. " - Thibaut
" Intéressant d'un point de vue strictement sociologique, The Front Runner frappe là où il faut sans pour autant y mettre le punch d'une vision appuyée et pertinente dans sa mise en images d'un système qui n'a pas changé et qui a même empiré avec le temps. Reste que Jackman en impose " - Jonathan


Colette de Wash Westmoreland (sortie le 16 janvier 2019)
" Il était temps d'avoir une mise en lumière sur la merveilleuse Colette, grande autrice française beaucoup trop oubliée à l'école. Si le fait que ce soit un film anglais ne dérange aucunement, ce sont son manque de point de vue et les choix scénaristiques problématiques qui dérangent le plus. "Laura
" Colette a beau recréer merveilleusement le Paris de la Belle Époque, son scénario reste plat et assez redondant. Cette autrice méritait mieux que l’histoire de sa soumission à son mari dans ses jeunes années, et le film aurait gagné à davantage se pencher sur sa vie après son divorce. Keira Knightley est toujours aussi ravissante en tenue d'époque en tout cas. " - Victoire
" Colette est un film plaisant à regarder mais qui ne transcende aucunement son objet de base. Il aura au moins le mérite de montrer au grand public une carrière de femme émancipée et réussie, aussi bien dans sa liberté créative que sexuelle. " Léa

" Léger, aérien et séduisant même si un poil trop sage, Colette incarne une véritable ode à la gloire de son héroïne et rend joliment justice à l'histoire, dans un beau moment de cinéma fascinant et nuancé, dominé par la prestation flamboyante et impliquée de Keira Knightley " - Jonathan


Glass de M. Night Shyamalan (sortie le 16 janvier 2019)
" L’esprit de personnage est peut-être extrêmement vif et fort mais ce n’est pas du tout ce que Shyamalan pense de celui de ses spectateurs. Malgré son bon postulat, Glass s’enferme vite dans ses redondances et devient agaçant." - Manon

" Malgré quelques bonnes idées, cette conclusion n'est pas à la hauteur, dommage. " - Claire

" Glass clôt définitivement la trilogie débuté par Incassable et Split. Malgré une première partie efficace, le film déçoit par sa façon de vouloir tout sur-expliqué. " - Laura
" Cette conclusion inventive et intimiste de Shyamalan s'adresse aux fans de l'auteur. Les non initiés, comme moi, resteront sûrement de marbre. " - Marie-Laure
" Semblant épouser les codes du genre héroïque, Shyamalan inquiète avant d’imposer un revers astucieux nous prenant par surprise il livre une œuvre sombrement réaliste, qui ne s’attache pas a l’aspect commercial du comics mais bel et bien a sa nature profonde. " - Thibaut

" Humain, d'une invention iconographique démente, fou, beau, hésitant et même alambiqué, Glass clôt avec puissance une trilogie retournant la culture populaire US pour mieux lui rendre toute sa splendeur. On a définitivement retrouvé le roi de l'entertainment racé et intelligent. " - Jonathan


Fyre : Le Meilleur Festival qui n'a jamais eu lieu de Chris Smith (disponible depuis le 18 janvier 2019 sur Netflix)
" Le documentaire veut comprendre les raisons de la fascination pour un projet qui ne tenait sur rien mais aussi celles qui ont poussé l'organisation à s'obstiner. Ni malveillant, ni même totalement critique, mais plutôt analytique (et super intéressant) " - Manon

" Immanquable documentaire, Fyre est une terrifiante fresque des dérives de notre culture de l'apparence. " - Marie-Laure 


The Hate U Give - La Haine qu'on Donne de George Tillman Jr (sortie le 23 janvier 2019)
" Plutôt que d’entrer dans un schéma manichéen facile et creux, The Hate U Give propose aux spectateurs d’entamer une véritable réflexion sur la société dans laquelle il vit, et incarne un beau, intense et puissant moment de cinéma " - Laure

" Film coup de poing, important et nécessaire, qui traite avec justesse du racisme, des violences policières et autres thèmes primordiales à travers le personnage de Starr, adolescente qui tente de trouver sa voix et sa place après le meurtre de son ami d'enfance. " - Claire

" The Hate U Give aurait pu être un teen movie qui traite maladroitement une pléthore de thème bien trop gros pour lui et un septième art ricain qui les occulte volontairement parfois (souvent ?), il est au final une petite bombe nécessaire qui ne fait jamais passer ses thèmes et ses messages au forceps, pour mieux toucher à une justesse de ton et de parole presque improbable. La grosse surprise engagée de ce début d'année 2019 ". - Jonathan

" The Hate U Give veut faire passer ses messages, mais le fait si bien, avec la bonne dose de percutant tout en assumant son côté young adult  qu'on ne peut pas sortir du film indemne. " - Laura


Green Book - Sur les routes du sud de Peter Farrelly (sortie le 23 janvier 2019)
" Un road trip Plein d'humanité, porté par un duo talentueux, une pépite qui fait du bien... " - Claire

" Road movie drôle, racé et attachant, jamais manichéen dans sa manière d'attaquer frontalement la question du racisme, Green Book, sublimé par la partition impliquée de son brillant duo vedette, est un beau film sur une belle histoire qui ne demande jamais à n'être plus que cela. " - Jonathan
" Inspiré d’une histoire vraie et porté par le duo d'acteurs Viggo Mortensen et l’exceptionnel Mahershala Ali, Green Book est pile le bon dosage entre rires et émotions, dans l'ambiance de l'Amérique des sixties. " - Victoire
" Green Book propose une invitation dans l'Amérique des années 60, ses problèmes et ses luttes. Reposant sur le récit de l'amitié naissante entre deux hommes que tout semble opposer, il parvient à offrir aux spectateurs une vraie réflexion sur des sujets importants. Un film intelligent à la réalisation soignée et porté par un excellent casting. " - Laure
" Dans ce récit d'une grande fluidité, la rigidité académique s'estompe peu à peu, c'est alors qu'apparait une œuvre facétieuse, tendre et raffinée. Jouant des idées reçues, elle s’avère moins didactique que prévu. Du cinéma fait avec cœur, alors pourquoi le bouder? " - Thibaut
" Pas étonnant que Green Book soit nommé de partout dans les compétitions hollywoodiennes car il coche toutes les cases. Mais il le fait avec beaucoup d'humour et de bienveillance malgré son académisme. " - Laura


La Mule de et avec Clint Eastwood (sortie le 23 janvier 2019)
" Prenant joliment à revers nos attentes, le grand Clint Eastwood, plus en forme que jamais, fait de La Mule une tragédie lumineuse, drôle et d'une tendresse incroyable, un mélodrame émouvant - mais jamais larmoyant - et bienveillant, totalement focalisé sur ses personnages. " - Jonathan

" Après les déceptions qu'étaient American Sniper et Le 15h17 pour Paris, nous avions toutes les raisons du monde pour se méfier de La Mule. Cependant, le film fonctionne et prouve que le Clint a encore des choses à raconter (mais tout en se faisant plaisir niveau male gaze). " - Laura


Les Fauves de Vincent Mariette (sortie le 23 janvier 2019)
" Les Fauves part d'une très bonne idée et démarre plutôt bien mais distille rapidement son mystère à coup de surlignage intensif et dialogues stéréotypés, qui rendent le tout trop naïf mais pas dans le bon sens du terme. Lily-Rose Depp est très bien castée, l’oeuvre est bonne quand il s’agit d’observer un camping en Dordogne en pleine saison estivale, moins quand il s’agit de parler et tisser une histoire sans s’embourber. " - Manon

" Mystérieuse parabole du passage de l'adolescence à la vie d'adulte au sein d'un mélange des genres ambitieux transcendant la simplicité de son pitch, Les Fauves ne nous emporte peut-être pas toujours très loin dans son étrangeté assumée, mais à l'audace de transpirer l'originalité "
- Jonathan


Si Beale Street Pouvait Parler de Barry Jenkins (sortie le 30 janvier 2019)
" Après Moonlight, Barry Jenkins nous revient avec un film aussi beau que violent dans ses propos. Cette histoire d'amour lente et poétique se mue en un film politique qui ne laisse pas indemne. " - Laura
"  Comme dans Moonlight, Jenkins effleure l'émotion sans jamais l'empoigner. Encombré par ses manières, l'écrin n'est que beauté, mais la chair du récit en devient -presque- secondaire, c'est alors que tout semble devenir fugace. " - Thibaut
" Comme Moonlight, Si Beale Street Pouvait Parler incarne un sublime drame intime et sensoriel, Jenkins utilise les couleurs tel un peintre expressionniste pour mieux mettre l'accent sur des personnalités, des émotions, des pensées, des regards qui rendent les mots totalement superflus " - Jonathan
" Barry Jenkins s’impose comme nouveau génie du mélodrame et maître en utilisation du gros plan. " - Manon


Sorry To Bother You de Boots Riley (sortie le 30 janvier 2019)
" Véritable bonbon vif et décalé, Sorry To Bother You veut taper là où ça fait mal mais veut beaucoup trop en faire. Sans nuance, le film est pourtant réussi grâce à sa mise en scène. " - Laura

" Trip sous LSD barré et énergique, Sorry To Bother You déboulonne autant le mythe biaisé de la méritocratie et de l'American Dream que les dérives du capitalisme, et en profite même pour pointer avec rage les travers d'une Amérique boursouflée par le racisme et les inégalités. Immense " - Jonathan
" Si tout n’est pas impeccable dans le film, on ne peut que saluer son désir d’aller jusqu’au bout : on trouve, à la place de la comédie antiraciste prédéfinie, une œuvre originale qui a beaucoup de choses à dire. " - Manon


Un Grand Voyage Vers la Nuit de Bi Gan (sortie le 30 janvier 2019)
" Récit à clef dont l’ambiance est contagieuse, Un long voyage vers la nuit peine néanmoins à se départir de sa technique – aussi réussie soit-elle. Il lorgne, certes involontairement, vers la performance, quitte à délaisser ses enjeux. " - Manon
" OFNI, Un Grand Voyage vers la nuit est de ces films indescriptibles. Si la première partie patauge un peu entre le film noir et sa femme fatale et un film de mafia, tout en flash-back, sans appui dans le temps et l'espace, la deuxième partie en 3D est peut-être la plus belle séquence de ce mois de janvier (et qui sait, de toute l'année 2019) entre songe poétique et prouesse technique de haute volée. " - Laura


Minuscule 2 - Les Mandibules du Bout du Monde de Thomas Szabo et Hélène Giraud (sortie le 30 janvier 2019)
" Quel delice que cette suite sur les aventures de nos insectes préférés. Repoussant les limites du premier en terme de technique, Minuscule 2 approfondi également la psychologie des personnes et nous propose de nouveaux décors. " - Laura

" Au-delà même d'être un petit bijou d'aventure trépidante et ludique, Minuscule 2 se paye carrément le luxe d'incarner un ravissement constant pour les yeux grace à une animation sans la moindre fausse note. Ne lui demandez plus : l'animation français va bien, très bien même. " - Jonathan


The Old Man and The Gun de David Lowery (disponible depuis le 31 janvier sur Amazon Prime)
" Avec le beau et généreux The Old Man and The Gun, David Lowery théorise à nouveau avec passion sur le temps qui passe au sein d'un cocon hors du temps, romantique et enchanteur façon lettre d'amour assumée et passionnée à son idole Robert Redford, merveilleux de désinvolture et de justesse " - Jonathan


Février 2019




My Beautiful Boy de Félix Van Groeningen (sortie 06 février 2019)
" Sublime portrait de l'amour paternel dans ce qu'il a de plus pur, My Beautiful Boy trouve toujours le ton juste malgré son sujet difficile, et fait chavirer son auditoire autant par la puissance de sa mise en scène que par la partition incroyable de son casting " - Laura
"  Les rédemptions, tel des interludes délicats viennent s'enflammer dans la fureur des rechutes. Dans cette spirale dont chaque rupture est une douleur, la beauté d'une relation, l'amour d'un père frissonnant a chaque appel. Un petit coup de cœur? Certainement. " - Thibaut
" Sans tomber dans l'overdose de sentiments, Van Groeningen parle de toxicomanie avec délicatesse en scultptant le combat vibrant d'un père pour sauver son fils des enfers et lui offrir un avenir plein d'optimisme. Steve Carell est tout simplement incroyable, et trouve l'un de ses plus beaux rôles. " - Jonathan


La Favorite de Yorgos Lanthimos (sortie le 06 février 2019)
" Entre jeu de pouvoirs malsain et de séduction impudique, Yorgos Lanthimos casse le moule du film d'époque pour faire de La Favorite une comédie cynique, radicale et absurde, un pur bijou de cinéma décomplexé, dérangeant et follement pessimiste au trio d'actrices exceptionnel. " - Jonathan
"  Somptueuse déception. Circulez, sous les froufrous rien n'est a voir en dehors de la masturbation auto-jouissante de Lanthimos. Des femmes/pions sans émotions d'un jeu poliment ennuyeux. En ce royaume rien ne colle, tout coule telle une éjaculation post-coïtienne. " - Thibaut
" Beau film d'époque piquant et moderne, avec un trio d'actrices excellentes et vénéneuses, La Favorite est agréable à regarder mais souffre quand même de quelques longueurs et d'une fin un peu plate. " - Victoire
" Yorgos Lanthimos nous propose trois rôles de femmes complexes et snas pitié dans une époque fait pour les hommes. Elles doivent apprendre les règles pour garder le pouvoir ou le prendre de force, dans un film en costume fascinant. Vive la reine Olivia Colman." - Laura

" Si certaines scènes, dérangeantes et peu accessibles, semblent balader le public dans des imageries obsédantes,Yorgos Lanthimos sait pourtant toujours re-captiver pour mener le récit exactement où il le veut, notamment grâce à des actrices complètement impliquées physiquement et dans leur jeu. " - Léa


Dragon 3 : Le Monde Caché de Dean DeBlois (sortie le 06 février 2019)
" Dean Deblois finit en beauté sa trilogie dans un au revoir à Harold et Krokmou qui apporte son lot de larmes. " - Laura

" Poétique et grave, cohérent sur le fond comme dans la forme, Dragons 3 est un divertissement d'aventure total, un au-revoir déchirant et mélancolique à une trilogie exceptionnelle, placé sous le sceau inéluctable de l'évolution et du changement. Les larmes ne sont jamais loin " - Jonathan


High Flying Bird de Steven Soderbergh (disponible depuis le 08 février sur Netflix)
" Film d'idées plus que de personnages, partiellement expérimental mais vraiment féroce et captivant, High Flying Bird privilégie les coulisses de l'industrie du basket-ball plutôt que l'exaltation du terrain et incarne un très bon cru Soderberghien, aérien, acerbe et vraiment prenant " - Jonathan

" Dans décontraction toute Soderberghienne -emprunté à Ocean's 11, le dramaturge déchiquette les étiquettes du privilège dans une didactique étrangement complexe. " - Thibaut


Ralph 2.0 de Rich Moore et Phil Johnson (sortie le 13 février 2019)
" Ralph 2.0 est l'exemple parfait de la suite que personne n'attendait et qu'il ne fallait pas faire. Même si nous accueillons avec plaisir le retour des personnages de Ralph et Vanellope, tous les deux très attachants, le film ne leur apporte rien de plus et sonne méchamment creux. Petit point positif quand même à cette fameuse scène des princesses, qui apporte son lot de fou rire " - Laura

" Belle et sincère ode à l'amitié au sein d'un univers fascinant qui mériterait à lui seul plusieurs métrages, Ralph 2.0 est une petite friandise joliment animée, aussi drôle et touchante que son aîné - la nostalgie et la mélancolie en moins -, même si elle hérite des mêmes défauts et qu'elle était férocement dispensable... " - Jonathan

" Moins original que le premier film, Ralph 2.0 est sympa et plutôt dynamique. La représentation d’Internet est très intéressante, à l’instant T en tout cas. Les easter eggs sont savoureux, et j’espère que les scènes des princesses Disney présagent d’un futur spin-off qui leur sera entièrement dédié. " - Victoire


Alita : Battle Angel de Robert Rodriguez (sortie le 13 février 2019)
" Blockbuster hybride, Alita : Battle Angel réussit le pari casse-gueule d'incarner un divertissement popcorn généreux et spectaculaire pouvant se voir autant comme un petit bout de SF post-apo léché qu'un teen movie initiatique et romantique sur une ado en pleine quête identitaire. " - Jonathan

" Dans un monde post-apocalyotique, le tandem James Cameron (à la production) et Robert Rodriguez (à la réalisation) nous donne à voir l'essor d'une nouvelle héroïne badass et attachante dans un film d'action maîtrisé et aux FX de toute beauté. " - Laura


At Eternity's Gate de Julian Schnabel (disponible depuis le 15 février 2019 sur Netflix)
" Délicat portrait d'un homme qui dans le chaos de la création se drape en génie de l'instantané. Cette plongée immersive dans la peau du peintre esquisse des instants de pures poésie parvenant a rendre palpable toute l'intelligence du pinceau de Van Gogh. " - Thibaut

" Portée par la performance habitée de Willem Dafoe, At Eternity's Gate est plus qu’un simple biopic, c’est un voyage sensoriel dans les tourments d’un peintre dont J.Schnabel parvient a rendre l'oeuvre palpable, presque vivante. " - Jonathan


Le Chant du Loup d'Antonin Baudry (sortie le 20 février 2019)
" Un premier film de toute beauté, grâce à un souci du détail, un beau travail sur le son et une belle ambition qu'il fsut encourager ! " - Laura

" Magistrale claque. Pétri d'ambition, Baudry se fait virtuose d'une tension laissant les mains moites et les yeux embués. Spectaculairement intimiste, le film parvient dans sa nervosité thrillesque à faire du son un poème ou l’océan devient effroyablement magnifié " - Thibaut

" Même si on aurait pu rêver l'expérience plus claustrophobe ou même plus immersive, Baudry orchestre son angoisse et fait du Chant du Loup une proposition techniquement irréprochable, aussi calibrée et prenante qu'elle est d'une étonnante richesse, même dans son propos.
Un vrai bon film d'aventure made in France, tout simplement. "
- Jonathan


Vice d'Adam McKay (sortie le 20 février 2019)
"  Film provocateur et tape à l'œil, mais intéressant dans son propos sur la recherche du pouvoir coûte que coûte et la banalisation du code moral pour y arriver. C'est pertinent malgré quelques défauts. " - Laura

" Portrait dévastateur et délirant d'un marionnettiste se rêvant président autant qu'il est un pamphlet politique avisé, énergique et profondément ludique, Vice est un pur numéro d'équilibriste, une tragi-comédie jonglant entre humour et gravité avec virtuosité, au casting impeccable " - Jonathan
" Basé sur la vie de Dick Cheney, Vice se démarque par son casting d'acteurs brillants. Christian Bale, Sam Rockwell, Steve Carel et Amy Adams offrent une performance impressionnante, aidés par un très beau travail de maquillage. Le film est bien réalisé et propose aux moins initiés de découvrir une partie cachée de l'Amérique. " - Laure
" De ce colosse aux pieds de fer, McKay narre une histoire de fantôme, sauf qu'ici le frisson ne pourra pas se diluer dans la phrase "Rien de tout cela n'est réel". Dans ce virevoltant uppercut ou la satire gratte, démange la mâchoire, la rage gagne. House of Evil. " - Thibaut
"  Ses airs de « The Big Short pour les nuls » n’est pas forcément une mauvaise chose puisque s’il perd en finesse, Vice gagne en accessibilité. " - Manon


Grâce à Dieu de François Ozon (sortie le 20 février 2019)
" Difficile de parler de Grâce à Dieu, film magistral, nécessaire mais dur. Ozon à trouvé une façon parfaite pour parler du sujet, en passant d'une victime à l'autre, ce qui leur donne une voix et une portée, car chacun vit cela d'une façon différente. " - Laura

" Avec Grâce à Dieu, Ozon explore un fait divers édifiant et propose par la force d'une oeuvre pudique et respecteuse, d’oublier un instant la grandeur supposée de l’Église catholique, pour se concentrer sur les troubles engendrés par sa capacité à fermer les yeux. " - Manon
" Sur un sujet férocement houleux mais cruellement d'acutalité, François Ozon fait de Grâce à Dieu une claque monumentale, un témoignage au pluriel d'une dignité et d'une puissance incroyable sur des hommes brisés. Le mal est partout, vraiment. " - Jonathan


Paris est à Nous d'Elisabeth Vogler (disponible depuis le 22 février sur Netflix)
" Paris est à nous a de bonnes idées et un vrai fil conducteur, le problème réside en sa volonté de mimétisme avec de grandes œuvres sans pour autant traiter les mêmes sujets, et son utilisation dans le quotidien des symboles qui ne vont rarement au déjà de leur simple esthétique " - Manon
" Objet marketing non identifié. Encore une fois Netflix nous propose un film-idée. Surfant sur la vague du financement participatif, le film ne transforme malheureusement pas l'essai. " - Marie-Laure


Celle que vous croyez de Safy Nebbou (sortie le 27 février 2019)
" Le film sonde profondément dans la violence des diktats pour les femmes : ce besoin de jeunesse éternelle, vouloir se sentir désirable après un âge jugé "trop vieux" pour les hommes. Un film important, bien exécuté avec une Juliette Binoche excellente." - Laura
" La première partie est un somptueux portant douloureux de femme dont l’âge reflète sans cesse la condition. La seconde tient un peu moins bien la route mais le film reste une bonne surprise. " - Manon


Marie Stuart, Reine d'Ecosse de Josie Rourke (sortie le 27 février 2019)
" Sous son academisme maîtrisé, Marie Stuart, Reine d'Ecosse et aussi et surtout l'illustration de la volonté d'une femme de garder la tête haute, volonté qui sonne malheureusement comme étant toujours très actuelle. La fresque historique est d’autant plus poignante que l’on s’identifie facilement à Marie et ses revendications qui subsistent de nos jours, les scènes avec ses dames de chambre, façon sabbat bienveillant des sorcières, sont très belles. " - Manon

Avec une aisance proprement indécente pour un premier passage derrière la caméra, Josie Rourke superpose ses deux portraits avec subtilité pour mieux les opposer au fil d'un récit foisonnant, infiniment juste et passionnant dans son discours sur la condition féminine (cruellement d'actualité), autant qu'il est d'une nécessité absolue dans sa mise en avant loin d'être gratuite, de l'histoire, qu'elle tord à sa guise. " - Jonathan

" Biopic et film en costume : ce n'est pas un combo qui nous met l'eau à la bouche. Surtout pour une nouvelle adaptation sur la vie de cette reine, véritable figure shakespearienne avant l'heure. Pourtant Josie Rourke réussit l'exploit, en nous proposant un nouveau point de vue et nous propose un film qui met en avant la reine en tant que femme de pouvoir plutôt qu'une femme guidée par ses amourettes. Le film résonne dans sa modernité dans notre société actuelle. " - Laura

" Un beau film historique qui vaut surtout pour la performance de Saoirse Ronan, mais qui occulte trop des réalités qui semblaient plus intéressantes à narrer ici. Appréciable. " - Léa
" Étonnant premier film de Josie Rourke, Marie Stuart Reine d'Écosse nous emporte dans une violente épopée entre l’Angleterre et l’Écosse. C’est beau, intense et superbement interprété par Saoirse Ronan et Margot Robbie. Une réalisatrice à suivre. " - Victoire


 Les Eternels (Ash is The Purest White) de Jia Zhang-ke (sortie le 27 février 2019)
" Tour comme le personnage de Zhao Tao, Jia Zhang-ke se tient droit devant son pays et ses mutations, qu’il observe avec sensibilité et intelligence, à travers sa mise en scène toujours aussi puissante et impeccable. " - Manon

" Portrait de femme vibrant citant directement son brillant Au-Delà des Montagnes, Les Eternels est un Jia Zhang-ke majeur, complexe, à la violence sèche et formellement sublime, certes un poil longuet dans son dernier tiers mais porté à bout de bras par la merveillleuse Zao Thao " - Jonathan


Isn't it Romantic de Todd Strauss-Schulson (disponible depuis le 28 février sur Netflix)
" Isn’t It Romantic est une bonne surprise même si dans le fond, ça reste assez prévisible. Long-métrage drôle et divertissant, Rebel Wilson est tout simplement incroyable dans son tout premier leading role. " - Jules

" Une bonne idée, un bon pitch mais une exécution ratée, longue et très ennuyeuse. " - Marie-Laure

" Profondément méta sans ne jamais être trop cynique, et boosté par des écarts musicaux désopilants, Isn't it Romantic, dominé par la géniale Rebel Wilson, joue justement sa partition de satire "mais pas trop" et incarne une vraie/fausse anti-romcom (très) drôle et vraiment craquante  " - Jonathan


Mars 2019



Captain Marvel d'Anna Boden et Ryan Fleck (sortie le 06 mars 2019)
" Il a fallu plus de dix ans au MCU pour mettre en avant une héroïne à part entière, sans l'ombre d'un autre super-héros. S'il n'est pas exempt de défauts, Carol Danvers est une héroïne badass à souhait, avec une orign story solide et prenante. La nouvelle vedette du MCU va nous en mettre plein la vue. " - Laura

" Captain Marvel est un film efficace qui réussit l'introduction d'une nouvelle héroïne dans l'équipe des Avengers. Si le film ne s'impose pas comme le meilleur origin story il n'a cependant pas de quoi rougir; son style épuré est efficace, ses scènes de combats-rythmées par une b.o inspirées des années 90 - sont maîtrisées et il parvient à raconter l'histoire dont les spectateurs ont besoin pour attaquer l'acte final de la phase 3. " - Laure

" Impersonnel et sans vrai caractère comme tout opus Marvelien moyen tout autant qu'il est étonnement rythmé, dénué de tout instant mémorable malgré des scènes d'action aux SFX maîtrisés - mais emballées sans la moindre saveur -, un comble quand on sait que le personnage est sans doute le plus puissant du roster MCU; Captain Marvel, qui use de son humour comme un enduit scénaristique, incarne un blockbuster lambda divertissant mais férocement incinsistant, approchant trop fugacement les attentes qu'il a su susciter. " - Jonathan

" Classique mais de bonne facture, la nouvelle venue de Marvel s’affiche charismatique et extrêmement puissante. Plaisant mais aurait pu être plus subversif encore. " - Léa
" Un Marvel classique en terme de scénario et de jeu d’acteur, mais marquant résolument un tournant grâce à son incroyable héroïne, puissamment interprétée par Brie Larson. Mention spéciale de mignonnerie pour Goose le chat. " - Victoire


Stan & Ollie de Jon S. Baird (sortie le 06 mars 2019)

" Ballade aussi déchirante qu'elle est drôle et enthousiasmante, sondant autant les affres de la vie d'artiste que les arcanes d'une amitié extraordinaire, Stan & Ollie est un tendre et subtil portrait de deux génies du septième art, un beau moment de cinéma débordant de générosité. " - Jonathan

Dragon Ball Super : Broly de Tatsuya Nagamine (sortie le 13 mars 2019)
" Ce film propose une nouvelle genèse au grand Broly - le personnage du guerrier légendaire ayant déjà été traité dans l'excellent oav de 1993- et c'est une réussite. L'exigence des fans sur le niveau des combats attendus est respecté, l'humour est parfaitement dosé et l'animation soignée dynamise le tout. Dragon Ball Super : Broly s'impose comme un très bon film de l'univers Dragon Ball. " - Laure
" Loin de l'OAV prétexte façon reboot facile et sans âme, Dragon Ball Super : Broly réhabilite la figure Broly pour lui offrir l'écriture qu'il mérite et incarne un fun et solide divertissement, esthétiquement affûté et riche en action, qui place puissamment les bases du futur du show. " - Jonathan


Ma Vie avec John F. Donovan de Xavier Dolan (sortie le 13 mars 2019)
" Dans un souffle romanesque Dolan signe un ambitieux dytique. Jeu d’une fascination répulsive d’un monde de rêve pulvérisé par le cauchemar du réel. Prenant le pouls de nos émotions, Dolan fait de ses persos des miroirs dont on ne peut se détacher. " - Thibaut

" Dolan a creusé profondément en lui pour nous donner ce film. Même s'il possède des défauts de rythme, Ma vie avec John F. Donovan résonne en nous,et nous démontre la nécessité d'avoir des modèles qui nous inspirent mais aussi la cruauté que le célébrité apporte. " - Laura


" Petit bijou d'humanité et d'authenticité, Ma Vie avec John F. Donovan est un merveilleux, dense et puissant poème sur pellicule aussi personnel qu'il fustige l'uniformisme étouffant de la société contemporaine par le prisme de deux âmes liées par une correspondance innocente et intime. " - Jonathan


Triple Frontière de J.C. Chandor (disponible depuis le 13 mars sur Netflix)
" En s'amusant à tordre les codes du film de casse et de l'actionner viril, J.C. Chandor fait de Triple Frontière une fable existentielle brutale d'une tension et d'une fatalité incroyable, autant qu'un portrait cinglant de l'Amérique impérialiste, dirigé et incarné à la perfection " - Jonathan


Us de Jordan Peele (sortie le 20 mars 2019)
" Jordan Peele continue de nous montrer sa maîtrise du suspens et des codes visuels dans Us, mais il se perd dans des explications inutiles à la fin. Un film à voir cependant pour la prestation de toute beauté de Lupita Nyong'o dont on ne présente plus le talent. " - Laura

" Prenant et glaçant des les premières minutes, Us regorge d’images qui s’imprimeront durablement sur votre rétine, et ça ne sera pas plaisant. Intelligent et troublant, un sommet d’horreur très marquant. " - Léa

" Construit sur une bonne idée, au début terrifiant et à la fin intrigante, le dernier Jordan Peele n’est ni mauvais ni raté, sans être pour autant le renouveau tant attendu du film d’horreur - la majeure partie du film reste un survival basique malgré ses ambitions politiques nobles. Lupita Nyong’o est excellente. " - Manon
 " Ancré dans une réalité politique étouffante, auscultant autant le passé que le présent amoral de son propre pays, Peele fustige l'American Dream et sonde la noirceur de l'âme humaine dans ce qu'elle a de plus animal pour faire de Us un sommet d'horreur viscéral et social " - Jonathan


Sunset de László Nemes (sortie le 20 mars 2019)
" Film fascinant, qui creuse dans la tête d'une jeune femme, témoin et actrice d'un changement social radical et violent. Comment ne pas être hanté par le regard perçant de Juli Jakab. " - Laura

" Poème puissant sur une quête d'initiation/émancipation fascinante et joliment immersive, Sunset est un beau et mélancolique drame humain sur un passé sombre servant de miroir douloureux à la société contemporaine, autant qu'une vraie oeuvre troublante sur la lutte des classes. " - Jonathan


Dumbo de Tim Burton (sortie le 27 mars 2019)


" Si on considère que Dumbo est Tim Burton et Vandevare Disney, on a une œuvre d'une pertinence précieuse sur l'industrie cinématographique, le rêve, la création déchue et la liberté artistique. " - Manon

" Plus universel et moins tragique que le film original tout autant qu'il met joliment l'accent sur la cause animale, Dumbo, tourné avec le coeur mais pas sans maladresses, privilégie l'inédit au copie-calque et incarne un beau poème personnel et touchant, esthétiquement renversant " - Jonathan

" Disney dans son besoin obsessionnel de rebooter ses classiques réussit mieux quand il prend des libertés avec l'œuvre originelle. C'est ce que propose ce nouveau Dumbo, avec un Tim Burton inspiré à la barre, qui nous propose un compte émouvant et féérique. " - Laura

" Loin d’être aussi bouleversant que le film d’animation de 1941, Dumbo est une jolie relecture du conte de Disney qui plaira à un public familial. En revanche, difficile de distinguer la patte de Tim Burton, outre la présence de trois de ses acteurs fétiches et de Danny Elfman. " - Victoire

 Nos critiques



Sorties du mois de Janvier 2019

Asako I&II de Ryusuke Hamaguchi
Bienvenue à Marwen de Robert Zemeckis
Une Femme d'Exception de Mimi Leder
Premières Vacances de Patrick Cassir
Undercover - Une Histoire Vraie de Yann Demange
Qui a tué Lady Winsley ? de Hiner Saleem
Never-Ending Man : Hayao Miyazaki de Kaku Arakawa
Invasion Los Angeles de John Carpenter (ressortie)
Les Invisibles de Louis-Julien Petit
Edmond de Alexis Michalik
Creed II de Steven Caple Jr.
Border de Ali Abbasi
L'Heure de la sortie de Sébastien Marnier
Forgiven de Roland Joffé
An Elephant Sitting Still de Hu Bo
L'Ange de Luis Ortega
In My Room de Ulrich Köhler
Glass de M. Night Shyamala
Colette de Wash Westmoreland
Doubles Vies de Olivier Assayas
Ben Is Back de Peter Hedges
Holy Lands de Amanda Sthers
Ayka de Sergey Dvortsevoy
The Front Runner de Jason Reitman
La Mule de Clint Eastwood
Green Book : Sur les routes du sud de Peter Farrelly
YAO de Philippe Godeau
The Hate U Give – La Haine qu’on donne de George Tillman Jr.
Les Fauves de Vincent Mariette
Si Beale Street pouvait parler de Barry Jenkins
Minuscule 2 - Les Mandibules du Bout du Monde de Thomas Szabo et Hélène Giraud
Sorry To Bother You de Boots Riley
Un grand voyage vers la nuit de Bi Gan




Sorties du mois de Février 2019

Dragons 3 : Le monde caché de Dean DeBlois
La Favorite de Yórgos Lánthimos
Nicky Larson et le parfum de Cupidon de Philippe Lacheau
Une intime conviction d'Antoine Raimbault
Tout ce qu'il me reste de la révolution de Judith Davis
My Beautiful Boy de Felix Van Groeningen
Arctic de Joe Penna

Les Drapeaux de Papier de Nathan Ambrosini
Alita : Battle Angel de Robert Rodriguez
Vice d'Adam McKay
Ralph 2.0 de Rich Moore et Phil Johnston
Happy Birthdead 2 You de Christopher Landon
Deux fils de Félix Moati
Long Way Home de Jordana Spiro
Le Chant du loup d'Antonin Baudry
Grâce à Dieu de François Ozon
La Grande Aventure Lego 2 de Mike Mitchell
Destroyer de Karyn Kusama
Black Snake, la légende du serpent noir de Thomas Ngijol et Karole Rocher
Escape Game d'Adam Robitel
Jusqu'ici tout va bien de Mohamed Hamidi
Les Éternels (Ash is purest white) de Jia Zhangke
Celle que vous croyez de Safy Nebbou
Marie Stuart, Reine d'Ecosse de Josie Rourke
Sang froid de Hans Petter Moland
Apprentis parents de Sean Anders




Sorties du mois de Mars 2019

Captain Marvel d'Anna Boden, Ryan Fleck
Le Mystère Henri Pick de Rémi Bezançon
Stan & Ollie de Jon S. Baird
Damien veut changer le monde de Xavier De Choudens
Les Etendues imaginaires de Siew Hua Yeo
Exfiltrés d'Emmanuel Hamon
Rebelles d'Allan Mauduit
Ma vie avec John F. Donovan de Xavier Dolan
Mon Bébé de Lisa Azuelos
Dragon Ball Super: Broly de Tatsuya Nagamine
Convoi exceptionnel de Bertrand Blier
Rosie Davis de Paddy Breathnach
We The Animals de Jeremiah Zagar
Us de Jordan Peele
Walter de Varante Soudjian
Dernier amour de Benoît Jacquot
Sunset de László Nemes
M de Yolande Zauberman
Du Miel plein la tête de Til Schweiger
Dumbo de Tim Burton
Let’s Dance de Ladislas Chollat
Gentlemen cambrioleurs de James Marsh
Styx de Wolfgang Fischer




Sorties VOD/Netflix

The Old Man and The Gun
de David Lowery
Io de Jonathan Helpert

Fyre de Chris Smith
Paris est à Nous d'Elisabeth Vogler
Summer of 84 de François Simard et Anouk Whissell
Polar de Jonas Åkerlund
Close de Vicky Jewson
The Wife de Björn Runge

Velvet Buzzsaw de Dan Gilroy
At Eternity's Gate de Julian Schnabel
Destination Wedding de Victor Levin
High Flying Bird de Steven Soderbergh 
The Dirt de Jeff Tremaine
Isn't It Romantic de Todd Strauss-Schulson
Serenity de Steven Knight
Les Enquêtes du Département V : Dossier 64 de Christoffer Boe
The Boy Who Harnessed The Wind de Chiwetel Ejiofor
The Highwaymen de John Lee Hancock
Triple Frontière de J.C. Chandor


John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.