Critiques

[CRITIQUE] : Paris est à Nous


Réalisateur : Elisabeth Vogler
Acteurs : Noémie Schmidt, Grégoire Isvarine, Marie Mottet,...
Distributeur : Netflix France
Budget : -
Genre : Drame.
Nationalité : Français.
Durée : 1h23min.

Synopsis :
Anna rencontre Greg à une soirée. Ils se rapprochent, se dévoilent l’un à l’autre. Un an plus tard, Greg part travailler à Barcelone. Anna décide de le rejoindre. Elle rate son vol. L’avion s’écrase. Prise dans le vertige d’une mort évitée de peu, elle s’éloigne de la réalité et du présent. Alors que son couple se désagrège, Paris devient le miroir de sa détresse.



Critique :


Paris est à Nous, projet ambitieux d'une équipe de producteurs et de comédiens immortalisés par l’œil d'Elisabeth Vogler, n'est pas la révolution du cinéma français qu'elle prétendait être dans sa vidéo de financement.
Ressemblant plus à une publicité trop longue pour la "Black Magic Pocket", une caméra nouvelle génération, pratique et stable, qu'à un véritable film influencé par la liberté de la "Nouvelle Vague", "Paris est à nous" s'avère être pénible à regarder.


Il paraît évident que le "scénario" n'est qu'un prétexte à tourner des séquences se voulant actuelles et contextuelles mais dépourvues de véritable sens.
La majeure partie de l'interprétation mais aussi de la mise en scène étant improvisée, les techniciens ont l'air aussi perdus dans l'espace que les comédiens.
Ce qui pourrait une esthétique naturaliste n'aboutit donc qu'à une confusion où les parisiens filmés en arrière plan passent leur temps à regarder la caméra et où la caméra passe son temps à filmer les épaules de ces comédiens principaux.
Les voix off donnent l'impression de passer un oral de philo où ils auraient auraient sûrement une mauvaise note, leur propos est aliéné par un montage préférant l'expérience sensorielle à la réflexion. L’enchaînement des séquences et des scènes se répète énormément et ne réussis pas à éclairer le spectateur quant au propos du film. Les dialogues filmés lors des plans séquences sont souvent inaudible et renforcent le sentiment d'incompréhension.
Pensé comme le regard d'une génération sur un Paris en Etat d'urgence, un Paris blessé mais vivant, Paris est à Nous échoue à être sincère. Le film n'apporte que la vision de deux personnages sans volonté propre, aspirés par le marasme ambiant et dont l'absence de but est flagrante.


Noémie Schmit, cependant, tire son épingle du jeu, malgré une certaine vacuité amenée par les monologues interminables de son personnage, elle délivre une performance crédible et parfois touchante. Son homologue masculin, Grégoire Isvarine, n'est quant à lui pas aidé par un personnage qui ressemble à une caricature du "Parisien" dans le sens le plus péjoratif du terme (hautain, colérique, directif et paternaliste ...).
Alors, peut-être que Paris est à Nous est un film qui m'a autant déplu car je ne suis pas parisienne, mais j'ai tout de même l'impression qu'il ne restitue pas l'expérience de nombres de gens vivant à Paris. En se concentrant sur une histoire de personnages à priori bien intégrés et avec de l'argent, il passe à côté des réalités urbaines économiques et sociales. Porter un regard, c'est bien, mais porter un regard critique, c'est mieux.


Marie-Laure


M-Lore

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.